La relève ? Pas un problème chez L'Oréal Canada

Publié le 30/10/2014 à 06:00

La relève ? Pas un problème chez L'Oréal Canada

Publié le 30/10/2014 à 06:00

Contrairement à beaucoup d'entreprises, les questions de relève n'inquiètent pas L'Oréal Canada, où il n'est pas rare de voir promu un jeune de 25 ans.


Cliquez ici pour consulter le dossier «Mesurer et optimiser vos RH»


«Quand je vais dans des conférences et des colloques en ressources humaines et que je parle avec des collègues provenant d'autres organisations, ils tombent toujours à terre en apprenant que 48 % de notre population est de la génération Y, tandis qu'eux ont plus souvent un taux de moins de 10 %», raconte la directrice de la formation, du développement et de la diversité chez L'Oréal Canada, Marjolaine Rompré.


L'Oréal mise sur les jeunes depuis la fondation de l'entreprise en France en 1907, assure la directrice. «Mais on est un des pays dans lequel L'Oréal l'applique le plus aujourd'hui.»


En effet, depuis huit ans, les jeunes ont littéralement envahi les bureaux canadiens de l'entreprise. Il y a d'ailleurs des journées de formation pour aider les employés de toutes les générations à travailler ensemble. «C'est une formation qui permet de découvrir ce qui définit chaque génération», indique Marjolaine Rompré. Après tout, les baby-boomers et les représentants des générations X et Y ont chacun des façons de travailler influencées par les contextes social et économique qui les a vus grandir.


Miser sur les campus


L'entreprise estime que la sortie de l'école est le meilleur moment pour repêcher des recrues et les intégrer à ses équipes. «Plus tôt on est intégré dans la culture de l'entreprise, plus on sera capable d'y fonctionner», affirme Mme Rompré. Au total, près de 70 % des recrutements se font d'ailleurs sur les campus.


C'est pourquoi L'Oréal organise le concours annuel Brandstorm dans plusieurs universités à travers le monde, dont HEC Montréal et McGill. Ce concours est crédité comme un cours dans le parcours scolaire des étudiants en administration des affaires. À l'aide de leurs professeurs et de représentants de L'Oréal, les étudiants développent en équipe une ligne de produits fictive, prévoir sa mise en marché et défendre leur stratégie devant L'Oréal.


«Puisqu'ils viennent chez nous et côtoient nos équipes de marketing dans le cadre du concours, ils voient comment on travaille et peuvent déterminer si ça leur plait, souligne Marjolaine Rompré. De notre côté, ça nous permet de les observer en action. On voit quelles questions ils posent et qui a un côté entrepreneur. En fin de projet, certains obtiennent une entrevue et une offre d'emploi.»



image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Pierre Karl Péladeau acquiert des actifs de Taxelco

On compte les compagnies Taxi Diamond et Taxi Hochelaga, ainsi que Téo Techno.

Débat: les sables bitumineux, un investissement vert?

Il y a 43 minutes | Diane Bérard

BLOGUE. Le panel «L'avenir de la finance durable au Canada» a soulevé plusieurs questions. Je les dépose pour réflexion.