Qui sont les étoiles montantes de la gouvernance?

Offert par Les Affaires


Édition du 09 Février 2019

Qui sont les étoiles montantes de la gouvernance?

Offert par Les Affaires


Édition du 09 Février 2019

[Photo: 123RF]

LES GRAND(E)S DE LA GOUVERNANCE — Qui sont les jeunes administrateurs promis à un brillant avenir en gouvernance ?

Le PDG de l'Institut des administrateurs de sociétés (IAS), Clemens Mayr, mentionne Geneviève Tanguay. Directrice générale de l'expansion chez Biron Groupe Santé et administratrice de l'IAS, elle siège également au conseil de Leucan depuis 2013 et à celui de Via Rail depuis 2017. «C'est quelqu'un qui, à mon avis, siégera clairement à de plus de plus de conseils plus tard», dit M. Mayr. Il nomme également Caroline Biron, avocate associée au cabinet Woods qui, depuis 2018, est administratrice à la Banque Nationale Trust et présidente du conseil du Théâtre du Nouveau Monde. Elle s'implique de plus à plus en gouvernance, explique M. Mayr, en plus d'être promise, à son avis, à un bel avenir dans le domaine.

Questionnés sur le même sujet, les membres du comité exécutif des Jeunes administrateurs de l'Institut sur la gouvernance des organisations privées et publiques (IGOPP) désignent leur ancien président Franck Béziaud, analyste à la Banque Nationale du Canada, ainsi que leur présidente actuelle, Geneviève St-Cyr Larkin. Âgée de 28 ans et avocate chez McCarthy Tetrault, elle est également administratrice du Club de ski nautique de Sherbrooke depuis 2016 et vise à sensibiliser les jeunes aux enjeux de gouvernance.

Les membres du comité mentionnent par ailleurs le directeur général de l'expansion chez Element AI, Alex Shee, qu'ils décrivent comme un jeune professionnel qui a quitté la pratique juridique traditionnelle pour se joindre à une start-up d'envergure où il s'occupe entre autres de gouvernance. Enfin, les Jeunes administrateurs de l'IGOPP désignent Jessica Major, avocate chez Davies. À 30 ans, elle préside le conseil du Groupe communautaire L'Itinéraire en plus d'être administratrice à la Caisse Desjardins du Quartier-Latin et d'aider des entreprises en démarrage à élaborer et à améliorer leurs stratégies de gouvernance.

Pour sa part, Jocelyn Proteau, président du conseil des fiduciaires du Fonds de placement immobilier BTB et du conseil de Quincaillerie Richelieu, mentionne trois personnes. La première est Kim Thomassin, membre des conseils d'administration de Centraide du Grand Montréal et de la Fondation du Grand Montréal. «Lors de nos conversations, elle m'a grandement impressionné, dit M. Proteau. C'est une personne qui, lorsqu'elle analyse une situation, ne perd pas de vue la forêt pour les arbres.» Il mentionne également Sylvie Vachon, PDG du comité de gestion de l'Administration portuaire de Montréal et administratrice pour Quincaillerie Richelieu, une «personne posée qui fait un excellent travail et qui, grâce à ses qualités, a réussi à faire sa place dans un monde d'hommes». Le troisième est Pierre Pomerleau, qu'il dit être organisé et structuré : «Je l'ai nommé sur le conseil de Quincallerie Richelieu, et je peux dire que je ne me suis pas trompé. Il a une excellente vision.»

Michael Hanley, lui, voit beaucoup de potentiel en Marie-Josée Neveu, associée chez Fasken, à Montréal, notamment en raison de son expertise en droits des valeurs mobilières et en fusions-acquisitions. «Je pense qu'elle a un excellent profil pour avoir une grande valeur ajoutée pour un conseil d'administration, dit-il. De plus, elle est dotée d'un très bon sens de l'écoute et d'une excellente capacité à communiquer, ce qui est très important. selon moi, lorsqu'on siège à un conseil.»

Rendez-vous dans dix ans.

À la une

Merci Carey!

Il y a 58 minutes | Dominic Gagnon

BLOGUE INVITÉ. Protégez-vous et votre entreprise en imaginant comment un concurrent pourrait exploiter vos faiblesses.

Les promesses de la «DeFi», entre rêve cryptoanarchiste et révolution fintech

LES CLÉS DE LA CRYPTO. La finance peut-elle se passer des mécanismes traditionnels?

Cryptomonnaie: Hydro-Québec met fin à des activités de vol d'électricité

Hydro-Québec affirme traiter près de 400 dossiers liés à la subtilisation d’électricité chaque année.