Élargissement de l'autoroute 30 : pas avant un bon moment

Offert par Les Affaires


Édition du 10 Octobre 2015

Élargissement de l'autoroute 30 : pas avant un bon moment

Offert par Les Affaires


Édition du 10 Octobre 2015

Par Les Affaires

Les automobilistes qui empruntent régulièrement l’autoroute 30 devront prendre leur mal en patience : il n’est pas question, pour le moment, d’élargir le tronçon de la 30 situé entre les autoroutes 10 et 20. [Photo : Steeves Scott]

MONTÉRÉGIE

Élargissement de l'autoroute 30 : pas avant un bon moment

Les automobilistes pris dans des bouchons de circulation sur l'autoroute 30 aux heures de pointe, entre les autoroutes 10 et 20, devront prendre leur mal en patience. Le projet d'élargissement de ce tronçon de l'autoroute de l'Acier a été mis sur la glace tant que le concept du nouveau pont Champlain ne sera pas officiellement présenté. «Nous devons attendre de voir les plans des accès d'entrée et de sortie du nouveau pont pour analyser leurs impacts sur les autoroutes 10 et 30», explique Isabelle Buisson, responsable des communications au ministère des Transports du Québec (MTQ). Malgré tout, la porte-parole soutient que le MTQ est proactif dans le dossier et que le récent réaménagement des bretelles d'accès de la route 116 à l'autoroute 30 en est un bon exemple : «Cela devrait permettre de réduire les bouchons de circulation, puisqu'il sera plus simple d'accéder à la 116 à partir de la 30, et vice versa.» — LES VERSANTS, SAINT-BRUNO

500 hectares de terres agricoles à dézoner

Afin de finaliser son projet de technopole en logistique de transport, la Ville de Salaberry-de-Valleyfield souhaite dézoner 500 hectares de terres agricoles voisines de la gare intermodale CSX. C’est ce qu’a indiqué le maire Denis Lapointe lors d’un récent dîner-conférence de la Chambre de commerce et d’industrie Beauharnois–Valleyfield–Haut-Saint-Laurent. Cette expansion en terres agricoles viendra compléter celle des installations portuaires et du parc industriel Perron. Interrogé à ce sujet, le maire a indiqué que le territoire visé appartient déjà à des entreprises qui le destinent à une vocation industrielle. La Ville souhaite que la Commission de protection du territoire agricole du Québec puisse répondre favorablement à sa demande. — LE JOURNAL SAINT-FRANÇOIS, VALLEYFIELD

CHAUDIÈRE-APPALACHES

Gaz naturel : expansion à Thetford Mines ?

Les intervenants du milieu économique et les élus de la région de Thetford souhaitent l’expansion du réseau actuel d’alimentation en gaz naturel sur son territoire. Ce projet, évalué à près de 19 millions de dollars, consoliderait environ 1 300 emplois. Il s’éten- drait sur une distance de 35 kilomètres et permettrait de desservir une vingtaine de clients majeurs dans les secteurs de Black Lake, de l’aéroport de Thetford, d’Adstock et de Sainte-Clotilde-de-Beauce. « Nous parlons d’économies qui varient de 30 à 40 %. Pour certaines entreprises qui sont de grandes consommatrices d’énergie, cela représente plusieurs dizaines de milliers de dollars », dit Luc Rémillard, de la Société de développement économique de la région de Thetford. — COURRIER FRONTENAC, THETFORD MINES

Nouvelle entente entre le CRIQ et la Vallée de la Plasturgie

Le Centre de recherche industrielle du Québec (CRIQ) et la Vallée de la Plasturgie ont conclu une entente de collaboration qui permettra aux entreprises de la région d'être accompagnées dans la réalisation de projets d'automatisation, de robotisation, d'impression 3D et de moulage de plastique recyclé. En vertu de cette entente, les entreprises de l'industrie des plastiques et des matériaux composites bénéficieront d'un canal unique pour leurs besoins en innovation et d'un service gratuit d'accompagnement. Ainsi, les membres qui communiqueront avec la Vallée de la Plasturgie auront gratuitement accès, en moins de 48 heures, à un expert du CRIQ pour les appuyer dans une démarche d'innovation et pour faciliter le financement de leurs projets. Le directeur général de la Vallée de la Plasturgie, Simon Chrétien, soutient que ce partenariat sera profitable aux membres de son organisation qui verront leurs demandes acheminées rapidement vers les meilleurs organismes partenaires en matière d'innovation. — LA VOIX DU SUD, LAC-ETCHEMIN

ESTRIE

Ralentissement temporaire chez Magotteaux

La fonderie Magotteaux, de Magog, subit les contrecoups du ralentissement dans le secteur minier mondial, si bien qu'elle entrevoit de réduire temporairement les heures de ses employés. La directrice des ressources humaines, Marie-Ève Germain, confirme qu'une demande officielle au programme «Travail partagé» a été récemment adressée à Services Canada. Cette mesure permet de fournir un soutien du revenu aux employés admissibles aux prestations d'assurance-emploi, qui réduisent temporairement leur semaine de travail pendant la période de redressement de l'entreprise. Cette demande doit se faire obligatoirement avec l'accord des employés qui ont donné le feu vert pour entreprendre cette démarche. «La durée maximale du programme est de 26 semaines, mais évidemment, on espère ne pas avoir à se rendre jusque-là», explique la gestionnaire. Marie-Ève Germain ajoute que ce ralentissement économique touche l'ensemble des usines de Magotteaux dans le monde. — LE REFLET DU LAC, MAGOG 

À la une

Québec lance une opération charme visant à recruter quelques milliers d'infirmières

Il y a 56 minutes | La Presse Canadienne

Québec évalue qu’il manque actuellement 4300 infirmières pour faire fonctionner le réseau de la santé normalement.

Manifestations antivaccins: Québec dépose le projet de loi 105

Un projet de loi visant à interdire les manifestations d’antivaccins à moins de 50 mètres des écoles et des garderies.

Augmenter la hauteur des tours à Montréal: un débat houleux

BLOGUE INVITÉ. Je crois à un Montréal décomplexé qui a de grandes ambitions, tout en gardant son patrimoine.