Des fines herbes à la maison… comme dans l’espace!

Offert par les affaires.com

Publié le 24/10/2021 à 09:00

Des fines herbes à la maison… comme dans l’espace!

Offert par les affaires.com

Publié le 24/10/2021 à 09:00

Par Claudine Hébert

Le Rejuvenate utilise la vapeur d’eau pour permettre de cultiver une quinzaine de fines herbes et de légumes feuilles à la fois. (Photo: courtoisie)

FOCUS RÉGIONAL: OUTAOUAIS. À l’image de Nespresso qui a révolutionné le concept de la cafetière, Plantaform pourrait bien avoir entre les mains le prochain petit électroménager à dosettes qui suscitera la convoitise de centaines de milliers de consommateurs partout sur la planète : le mini-jardin intérieur Rejuvenate.

La start-up gatinoise est sur le point de commercialiser son dispositif en forme d’œuf de 60 cm3 qui permet de cultiver une quinzaine de fines herbes et de légumes feuilles à la fois, assure son créateur, Alberto Aguilar, un entrepreneur de 24 ans.

Inspiré de la fogponie, une technologie mise au point par la NASA qui utilise la vapeur d’eau pour faire pousser des plantes dans l’espace, le Rejuvenate ne nécessite aucune terre et surtout très peu de liquide. « Notre mini-jardin utilise moins de 95 % d’eau que nécessiterait une platebande traditionnelle », insiste celui qui en est sa troisième start-up – il a vendu les deux premières, à l’origine des logiciels YourDorm and Relomigo, en 2018 et 2020.

Et pas besoin d’avoir le pouce vert pour faire pousser du basilic, du thym ou encore de la coriandre au dans le confort de son foyer, promet l’inventeur du Rejuvenate. Il suffit d’insérer les dosettes remplies de graines dans la quinzaine d’ouvertures au cœur de l’appareil. Une application pour téléphone mobile permet ensuite d’ajuster la lumière et l’approvisionnement en nutriment. Le système, qui peut être autonome pendant trois semaines, fera le reste. Les plantes prendront environ 35 jours avant d’arriver à maturité, calcule la petite entreprise de onze employés.

Même si ses bureaux sont situés sur le boulevard de la Gappe, l’idée à l’origine de Plantaform a germé un peu partout sur la planète. Alberto Aguilar a grandi à Barcelone, puis a effectué une partie de ses études secondaires à Dubaï. « J’y ai rencontré mon ami et partenaire d’affaires Kiwa Lang, un designer industriel qui vit aujourd’hui en Australie. C’est lui qui a eu l’idée de créer un mini-jardin qui pourrait subvenir aux besoins des consommateurs en matière de fines herbes et de légumes feuilles, peu importe le moment de l’année et l’endroit où ils vivent », explique le bachelier en affaires internationales de l’Université de Carleton, à Ottawa. 

 

Production canadienne

En plus de bénéficier du soutien technique et des conseils de l’incubateur de l’Institut Innovation Gatineau, Plantaform a reçu un important coup de main financier d’Olivier Benloulou, un homme d’affaires de la région. L’investisseur outaouais, qui a injecté plus d’un quart de million de dollars dans Plantaform, aide déjà plus d’une trentaine de jeunes d’entreprises dans le domaine de l’«agriculture du futur» et des énergies renouvelables un peu partout en Amérique du Nord.

«J’ai tout de suite été conquis par le concept de ces deux jeunes créateurs, raconte Olivier Benloulou. En revanche, j’avais une condition : que l’appareil soit fabriqué au Canada et non en Asie.» La production doit justement commencer au printemps prochain à l’usine L-D Tool&Die, à Stittsville, une banlieue à l’ouest d’Ottawa, en Ontario. À l’exception des composantes électroniques qui proviendront de l’Asie, toutes les autres pièces seront fabriquées au Canada, soutient le dirigeant de Plantaform.

D’ici un an, la start-up souhaite produire près de 100 000 mini-jardins portatifs. Plusieurs restaurateurs de la région d’Ottawa-Gatineau ont déjà commandé le leur, mentionne Alberto Aguilar. Si son prix unitaire est actuellement estimé entre 700 $ et 800 $, le Rejuvenate est en prévente à moitié prix sur le site web de Plantaform, «afin de stimuler le financement de l’entreprise». Les premiers exemplaires devraient être livrés à la fin du printemps 2022.

Sur le même sujet

Cook it fait une troisième acquisition

La québécoise a acquis les actifs de l’entreprise Locaal.

Quand la guignolée ne suffit plus

30/11/2021 | Sylvie Cloutier

BLOGUE INVITÉ. Au Canada, il y a 15 344 épiceries, mais 61 000 organisations caritatives distribuant de la nourriture.

OPINION Une année mouvementée au menu
Édition du 24 Novembre 2021 | Jean-François Venne
Québec appuie sur l’accélérateur pour accroître l’autonomie alimentaire
Édition du 24 Novembre 2021 | François Normand
Conjuguer autonomie alimentaire et exportation
Édition du 24 Novembre 2021 | Simon Lord

À la une

Montréal, bientôt la capitale mondiale des taxis aériens?

C'est le «rêve ambitieux» que chérit le président de CAE, Marc Parent.

Bourse: Wall Street, le Dow Jones rebondit et efface les pertes de la semaine passée

Mis à jour à 17:19 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en hausse.

Wall Street: Lucid, visé par une enquête du SEC, s'effondre

09:47 | AFP

Le fabricant de véhicules électriques fait l'objet d'une enquête du SEC sur les conditions de son entrée en Bourse.