Coveo dompte les mégadonnées

Offert par Les Affaires


Édition du 22 Octobre 2016

Coveo dompte les mégadonnées

Offert par Les Affaires


Édition du 22 Octobre 2016

« Nous sommes les meilleurs du monde », dit Louis Têtu, chef de la direction de Coveo. [Photo : Francis Vachon]

Pour expliquer la croissance de Coveo, Louis Têtu ne s'embarrasse pas de fausse modestie.

«Si vous avez des problèmes cardiaques, vous voulez le meilleur pacemaker [stimulateur cardiaque]. Dans le domaine de la recherche intelligente, c'est la même chose. Et nous sommes les meilleurs du monde», dit le chef de la direction de Coveo.

Aujourd'hui, l'information des entreprises est éparpillée dans une multitude de plateformes et de systèmes (intranet, site Web, Dropbox, progiciels, etc.). La PME de Québec apporte une solution à cette explosion des données.

Sa technologie consolide l'information afin que les employés et les clients trouvent rapidement ce qu'ils cherchent. De plus, elle leur fournit également des recommandations sur ce qui pourrait les intéresser, un peu comme le fait Amazon.com en proposant d'autres produits correspondant aux goûts des acheteurs.

«Nous vendons notre technologie avec de bonnes marges, car elle génère beaucoup de valeur pour les clients», dit M. Têtu, en indiquant que Coveo a amassé 75 millions de dollars en financement depuis ses débuts en 2005.

Le département de l'Agriculture du gouvernement américain, Adobe, Hershey's, Johnson & Johnson, BRP et Anheuser-Busch (Budweiser) sont quelques-unes des entreprises qui se sont récemment ajoutées à sa liste de clients, qui compte plus de 1 000 noms.

La croissance provient surtout des États-Unis, là où Coveo réalise d'ailleurs les trois quarts de ses revenus. «L'an dernier, nos ventes aux États-Unis ont augmenté de 83 %, précise M. Têtu. Comme l'économie américaine est en croissance, c'est là que nous concentrons nos efforts.» Le Canada, quant à lui, représente environ 10 % des revenus.

Nouveau pied-à-terre à Montréal

Après Québec, San Francisco et Amsterdam, Coveo aura bientôt un bureau à Montréal, dans l'édifice de la gare Windsor. Une quinzaine des 50 postes qu'elle prévoit y créer d'ici la fin de 2017 sont déjà pourvus. En attendant que les nouveaux locaux soient prêts, les recrues sont à pied d'oeuvre dans l'espace de travail partagé WeWork de la Place Ville Marie.

L'équipe montréalaise sera principalement affectée au développement des logiciels et au marketing numérique.

«Il y a beaucoup de talents à Montréal dans ces domaines, dit M. Têtu. Il est arrivé que des gens de Montréal aient souhaité travailler pour nous, mais n'aient pas voulu déménager à Québec. En nous installant ici, nous avons un pôle additionnel pour attirer des employés dans les technologies avancées, comme l'apprentissage machine et l'intelligence artificielle.»

Le plein emploi en technologies de l'information (TI) complique toutefois le recrutement, souligne le dirigeant. «Toutes les entreprises ont besoin de spécialistes en TI, pas seulement celles de notre secteur. Il faut mettre beaucoup d'efforts sur le recrutement. Nous grossissons en moyenne de 50 % par année. Ça veut dire que notre effectif double tous les 18 mois.»

Pour maintenir sa croissance, la PME de 235 employés entend doubler d'ici un an son réseau de distributeurs, qui compte actuellement environ 150 intégrateurs de systèmes.

«Nos solutions sont à 100 % dans le nuage, ce qui permet une distribution à fort volume, dit M. Têtu. De plus, nous avons travaillé fort et nous continuons de le faire pour que l'utilisation de nos logiciels soit le plus simple possible. Plus nous investissons dans la simplicité, plus il y a d'applications possibles pour notre technologie.»

Pour Louis Têtu, Coveo a le potentiel de dépasser un jour le succès de Taleo, l'entreprise de recrutement par Internet qu'il a cofondée et qu'Oracle a achetée en 2012 pour 1,9 milliard de dollars. À suivre ! 

COVEO

Nombre d'employés : 235

Rang au classement : 64e

Croissance des effectifs sur 1 an : 31 %

 

À la une

Reitmans ferme des boutiques et coupe 1400 postes

L'enseigne fermera ses magasins Addition Elle et Thyme Maternité au cours de l’été.

Un plan de 400 M $ pour la relance de l'industrie culturelle

« On est confiant de pouvoir rouvrir les lieux de diffusion avant la Fête nationale » a dit la ministre Roy.

Bombardier clôture la vente des CRJ à Mitsubishi pour 550M$US

Bombardier pourra se concentrer sur sa seule source de revenus restante, les avions privés.