Les marchés : la journée noire des financières

Publié le 15/12/2008 à 00:00

Les marchés : la journée noire des financières

Publié le 15/12/2008 à 00:00

Ainsi, les bourses nord-américaines qui avaient ouvert en hausse dans l'attente d'une nouvelle baisse des taux d’intérêts de la Réserve fédérale mardi sont redescendus à leurs niveau de fermeture, voire en dessous.

C'est le secteur des financières qui est à nouveau la source de la déprime alors que s'allonge la liste des grandes banques, américaines et européennes, qui auraient été prises au piège de la fraude de Bernard Madoff.

Au Canada, le secteur a aussi été affecté par l'annonce de l'émission d'actions de privilège de la BMO au taux de 10%. "Quand on se finance à ce taux là, c'est un signal clair qu'on a besoin d'argent", explique Luc Girard, directeur Groupe Conseil en portefeuilles chez Desjardins.

Le Dow Jones perdait 0,75% pour atteindre 8564 points. Le S&P500 redescendait à 869 points, en baisse de 1,24% alors que le Nasdaq perdait de 2,11% à 1508 points.

Le S&P/TSX gagnait cependant de l'avance soutenu par le secteur de l'énergie et des matériaux, mais restait tiré vers le bas par les financières qui ont perdu 2,34% pour la journée. L'indice revenait ainsi à 8459 points pour une baisse de 0,66%.

En Europe, les indices ont perdu en fin de journée les gains inscrits à la mi-journée. Ils ont clôturé en baisse. Le FTSE perdait 0,30, le CAC40 chutait de 0,96% et le Dax allemand perdait 0,35%.

En Asie, le Nikkei de Tokyo a clôturé en hausse de 5,21%, le Xinhua chinois en hausse de 0,78% alors que le Hang Seng hongkongais progresse de 1,96%.

Le pétrole a démarré la journée par une forte hausse de 3,28 dollars à 49,56 dollars américains le baril dans l’attente d’une baisse de production de l’Organisation de pays producteurs de pétrole (Opep) le 17 décembre. Mais les déboires du secteur financier revenant hanter les perspectives de croissance ont mis fin au mouvement et le baril de pétrole est retombé à 44,61 dollars américains, soit une baisse de 1,77 dollars américains.
La journée a été favorable pour l'or alors que le dollar américain s'est affaibili. "L'or recommence à trouver les faveurs des investisseurs comme valeur refuge", pense Luc Girard. Le prix de l'once d'or a gagné 16 dollars pour atteindre 836 dollars américains.

Le dollar canadien a aussi repris de la vigueur soutenu dans un premier temps par la hausse du pétrole mais bénéficiant aussi de la faiblesse du dollar américain. Le huard valait 81,12 cents américains.


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

À la une

L'ordinateur personnel revient en force grâce au télétravail

Il y a 7 minutes | AFP

«Ce qui reste à déterminer c’est si la demande et le haut niveau d’utilisation vont se poursuivre pendant la récession».

Les producteurs serricoles obtiennent un tarif préférentiel d'Hydro-Québec

L’annonce de vendredi étand ce tarif préférentiel aux producteurs dont la puissance installée est de 50 kW.

Pourquoi indexer ses revenus de retraite?

EXPERT INVITÉ. Il faut toutefois réaliser que viser un revenu global indexé coûte cher, très cher.