Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mardi

Publié le 07/09/2021 à 08:12

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mardi

Publié le 07/09/2021 à 08:12

(Photo: 123RF)

Les marchés actions européens et asiatiques ont accueilli différemment les données sur le commerce extérieur de la Chine et la production allemande, tandis que Wall Street s'annonçait stable. En effet, la Bourse de New York, qui sort d'un week-end de trois jours, s'orientait vers une ouverture proche de l'équilibre.

Les indices

Aux États-Unis, vers 8h30, les contrats à terme du Dow Jones augmentaient de 51 points, ou de 0,14%, à 35 392 points. Ceux du S&P 500 prenaient 3 points, ou 0,07%, à 4 537,50 points alors que ceux du Nasdaq montaient de 5,25 points, ou de 0,03%, à 15 656,75 points.

En Europe, les résultats étaient mitigiés. À Londres, le FTSE 100 baissait de 0,21%. À Paris, le CAC 40 montait de 0,06% et à Francfort, le DAX descendait de 0,09%.

En Asie, le Nikkei de Tokyo a pris 0,86% et le Hang Seng de Hong Kong a haussé de 0,73%.

 

Le contexte   

Les Bourses chinoises ont profité de solides statistiques, montrant une accélération des importations et des exportations en Chine en août.

À Tokyo, les investisseurs continuent d'espérer un soutien économique plus conséquent de la part du futur successeur du premier ministre japonais, qui a annoncé son retrait vendredi. L'indice Nikkei (+0,86%) a brièvement dépassé la barre des 30 000 points pour la première fois depuis cinq mois.

En Allemagne, la production industrielle est repartie à la hausse en juillet, après trois mois d'affilée de baisse, malgré les pénuries de matériaux qui freinent toujours le secteur. 

Ces difficultés d'approvisionnement plombent cependant le moral des investisseurs allemands, à nouveau en recul en septembre. 

Les experts des marchés financiers pensent que la situation économique va continuer à s'améliorer, mais avec une «ampleur et une dynamique qui ont fortement diminué», commente le président de l'institut ZEW, Achim Wambach, qui élabore cet indicateur.

«Malgré des résultats plus encourageants que le détail des commandes publié hier», les chiffres de la production allemande «peinent à convaincre d'une reprise à la hauteur des espoirs, au moment où, précisément, les indicateurs avancés du climat des affaires plafonnent», estime le cabinet Riches Flores Research.

La croissance de la zone euro a été légèrement réévaluée à la hausse, à 2,2% au deuxième trimestre par rapport au premier, selon une nouvelle estimation d'Eurostat.

Du côté des politiques monétaires, après un statu quo de la banque centrale d'Australie, des annonces au Canada et de la Banque centrale européenne sont attendues respectivement mercredi et jeudi.

En attendant, Neil Wilson, analyste chez Markets.com, note des «commentaires intéressants de Michael Saunders, de la Banque d'Angleterre (BoE), qui a déclaré ce matin qu'il pourrait être judicieux d'envisager d'augmenter les taux à peu près l'année prochaine», en raison de l'amélioration des conditions économiques. 

Le prix de l'aluminium s'envole depuis vendredi et atteint des sommets plus vus depuis dix ans, alors que le coup d'État en Guinée menace les exportations de bauxite, composant essentiel de l'aluminium.

Dans ce contexte, les valeurs du secteur minier ont des réactions contrastées. 

ArcelorMittal se hissait en tête de l'indice de la Bourse de Paris et prenait 1,42% à 28,90 euros.

À Londres, Antofagasta baissait de 1,67% à 1 411 pence, tandis que Anglo American gagnait 1,04% à 3 111 pence.

Les valeurs du luxe profitaient de l'accélération des importations en Chine, un chiffre encourageant concernant la consommation dans le pays, principal marché du secteur. 

À Paris, Kering prenait 1,35% à 703,70 euros, LVMH 1,17% à 656,30 euros et Hermès 0,98% à 1 290 euros.

À Londres, Burberry s'appréciait de 1,78% à 1 970 pence.

À Milan, Moncler montait de 0,98% à 55,48 euros.

Le groupe agroalimentaire Danone (-2,35% à 60,31 euros) a annoncé un refinancement partiel de son obligation hybride pour un montant total de 1,25 milliard d'euros, «afin de profiter de conditions favorables du marché». Danone a par ailleurs l'intention d'émettre de nouveaux titres de dette dont les termes seront déterminés plus tard. 

Du côté du pétrole

Vers 8h30, le prix du baril de WTI américain chutait de 1,78% à 68,06 $US et le baril de Brent de la mer du Nord baissait de 1,01% à 71,49 $US.

Sur le même sujet

Les titres boursiers qui ont retenu l'attention cette semaine

14/01/2022 | lesaffaires.com

Voici les titres boursiers et rapports d'analystes qui ont retenu l'attention cette semaine.

Les banques de Wall Street ont prospéré en 2021, avec quelques nuages en fin d'année

14/01/2022 | AFP

Les bénéfices des grands établissements sont en hausse, même si quelques éléments se sont assombris en fin d'année.

À la une

Conflit du bois d’œuvre: le prix des maisons fera-t-il plier Biden?

15/01/2022 | François Normand

ANALYSE. Les démocrates sont en difficulté, tandis que la grogne monte contre la hausse du prix du bois et des maisons.

«J'manque de bras!» Attendez avant de vider votre portefeuille!

14/01/2022 | Catherine Charron

Votre PME peut tirer son épingle du jeu, même dans un contexte de pénurie de main-d'oeuvre. Voici comment.

Forte demande de bureaux en sous-location à Montréal

14/01/2022 | Charles Poulin

Premier trimestre d'absorption nette positive au pays en immobilier commercial