Bourse: Wall Street finit sur une note contrastée

Publié le 03/09/2021 à 10:22, mis à jour le 03/09/2021 à 17:16

Bourse: Wall Street finit sur une note contrastée

Publié le 03/09/2021 à 10:22, mis à jour le 03/09/2021 à 17:16

(Photo: 123RF)

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de New York a terminé en ordre dispersé vendredi, les opérateurs digérant facilement la déception pourtant marquée des créations d’emplois aux États-Unis en août.

La Bourse de Toronto a clôturé vendredi à un nouveau sommet record, la faiblesse des données sur l’emploi aux États-Unis ayant permis de réduire la nervosité des investisseurs quant à la possibilité de voir la Réserve fédérale américaine atténuer ses mesures de relance

 

Les indices

Le S&P/TSX de Toronto termine en hausse de 26,31 points, ou 0,13%, à 20 821,43 points.

À New York, le S&P 500 a baissé de 1,52 points, ou 0,03%, à 4 535,43 points.

Le Nasdaq a monté de 32,34 points ou de 0,21% à 15 363,52 points.

Le Dow Jones a chuté de 74,73 points, ou 0,21%, à 35 369,709 points.

Le huard augmente de 0,19% à 0,7978 dollar américain ($US).

Le pétrole a baissé de 0,75 $US, ou 1,07%, à 69,24 $US.

L'or  à haussé de 19,10 $US, ou 1,05% à 1830,60 $US.

 

Le contexte

Le marché n’a que faiblement réagi à l’annonce, avant Bourse, que le marché du travail américain n’avait créé que 235 000 emplois en août, alors qu’il attendait plus du triple (750 000). 

Le coup de frein est pourtant appuyé, après 1,1 million d’emplois créés en juillet et 962.000 en juin.

Il est en grande partie attribuée à la résurgence du variant Delta du coronavirus ainsi qu’aux difficultés de recrutement des employeurs américains.

Malgré cette déception, le taux de chômage, lui, a continué à reculer, à 5,2%, comme attendu, contre 5,4% le mois dernier.

«Le marché nous envoie un message: le tapering ne lui fait plus peur», a commenté Gregori Volokhine, de Meeschaert Financial Services, au sujet du ralentissement du programme d’achats d’actifs financiers par la banque centrale américaine (Fed) pour soutenir l’économie américaine.

Lors de son discours de Jackson Hole, il y a une semaine, le président de la Fed, Jerome Powell avait indiqué que la réduction de ces achats pourrait intervenir d’ici la fin de l’année, sans donner malgré tout de calendrier précis.

Pour Gregori Volokhine, cette mesure est maintenant déjà totalement «intégrée dans les cours».

Car si cela n’avait pas été le cas, selon lui, le mauvais chiffre de l’emploi aurait été de nature à éloigner, dans l’esprit des investisseurs, une inflexion de la Fed, et à déclencher une vague d’achats d’actions, ce qui ne s’est pas produit.

Après la publication du rapport mensuel sur l’emploi, les opérateurs vont désormais traverser un week-end férié, pas de séance lundi, suivi d’une longue période sans indicateur macroéconomique majeur et privée de publications d’entreprises.

Le principal indice de volatilité du marché, le VIX, reste à un niveau très faible.

Bien que la déception sur l’emploi soit plutôt de nature à diminuer les anticipations d’une hausse des taux, le rendement des obligations d’Etat à 10 ans est remonté vendredi, pour s’inscrire à 1,32% contre 1,28% la veille.

A la Bourse, le spécialiste du transport spatial Virgin Galactic (SPCE) continuait de subir les répercussions (-6,58% à 24,28 dollars américains) de l’annonce, jeudi, de l’agence américaine de l’aviation (FAA) que son vaisseau ne pourrait pas revoler dans l’immédiat. Le régulateur attend les conclusions d’une enquête sur un incident survenu lors d’un vol en juillet avec, à son bord, le milliardaire et fondateur de l’entreprise Richard Branson.

Le fabriquant de semi-conducteurs Broadcom (AVGO) a brillé (+1,18 à 497,68 $US) après la publication, jeudi après Bourse, d'un bénéfice trimestriel supérieur aux attentes. Le groupe a aussi dit tabler sur le maintien de son élan au quatrième trimestre (août à octobre) de son exercice décalé.

Le spécialiste des transactions numériques DocuSign a profité (+5,26% à 310,05 $US) lui aussi d'un bénéfice par action meilleur qu'attendu et de prévisions qui ont rassuré les investisseurs sur la capacité du groupe à digérer la sortie de la pandémie.

Le «Uber chinois», Didi Chuxing, symbole des déboires des sociétés chinoises cotées à Wall Street, décollait vendredi (+2,38% à 9,02 $US) grâce à une information de l'agence Bloomberg selon laquelle un groupe d'entreprises publiques de Pékin pourraient prendre le contrôle de la société.

Sur le même sujet

Le premier fonds indiciel lié au bitcoin fait ses débuts à Wall Street

Il y a 56 minutes | AFP

New York — Le premier fonds d'investissement indiciel (ETF) américain lié au bitcoin a fait ses ...

Bourse: Wall Street ouvre en hausse après de bons résultats d'entreprises

Mis à jour il y a 23 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. L'indice principal à la Bourse de Toronto a franchi le cap des 21 000 points.

OPINION Titres en action: Munich Re, Johnson & Johnson, Procter & Gamble, Halliburton
09:25 | AFP et La Presse Canadienne
Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mardi
Mis à jour à 08:25 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne
Titres en action: Hexo, Rogers Sugar, Alstom, Philips
18/10/2021 | AFP et La Presse Canadienne

À la une

Pas de contrat sans conformité cybersécuritaire

Il y a 56 minutes | Philippe Jean Poirier

Démontrer une conformité minimale en matière de cybersécurité sera bientôt un prérequis pour faire des affaires.

Aucune chance pour les PME!

Il y a 3 minutes | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Consommer est encore l’ultime pouvoir que nous avons tous collectivement!

À surveiller : Groupe Stingray, Snap et Lion Électrique

Que faire avec les titres de Groupe Stingray, Snap et Lion Électrique ? Voici quelques recommandations d’analystes.