Transat rapporte une perte de 11 M $ au troisième trimestre

Publié le 12/09/2019 à 09:29, mis à jour le 12/09/2019 à 16:39

Transat rapporte une perte de 11 M $ au troisième trimestre

Publié le 12/09/2019 à 09:29, mis à jour le 12/09/2019 à 16:39

Par La Presse Canadienne
Un avion de Transat sur le tarmac

Elle avait affiché une perte de 5 millions $ sur la même période l'an dernier. (Photo: 123RF)

La perte nette de Transat A.T. (TRZ) a plus que doublé au troisième trimestre, par rapport à la même période l’an dernier, alors que le voyagiste s’employait à finaliser sa prise de contrôle par Air Canada.

La société montréalaise a perdu 11,0 millions $ au cours du trimestre clos le 31 juillet, comparativement à une perte nette de 5,0 millions $ l’année précédente.

Les efforts visant à conclure la vente de Transat à Air Canada ont généré des coûts supplémentaires de 14 millions $ au troisième trimestre, ce qui comprend des honoraires professionnels de 6 millions $ et une rémunération à base d’actions de 7,7 millions $ pour les dirigeants.

Une partie des dépenses a été contrebalancée par le fait que plus de voyageurs ont choisi de réserver des vols de dernière minute, qui coûtent généralement plus cher que les réservations à long terme. Cette tendance « étonnante » a fait grimper les revenus par passager, a souligné la chef de l’exploitation, Annick Guérard.

« Je pense que c’était une différence importante que nous avons constatée, qui nous a permis bien sûr d’augmenter les coefficients d’occupation, mais également d’augmenter les prix », a souligné Mme Guérard lors d’une conférence téléphonique avec les investisseurs jeudi.

« Je ne sais pas si cela va continuer comme ça en Europe pour les mois à venir, mais c’est ce que nous observons encore pour septembre. »

Le trafic de passagers transatlantique, primordial à la fin du printemps et en été, lorsque les voyages vers les destinations soleil chutent, a augmenté de plus de quatre pour cent par rapport au trimestre précédent, ce qui a permis de faire passer les revenus trimestriels à 698,9 millions $, alors qu’ils étaient de 664,6 millions $ un an auparavant.

Mme Guérard a souligné que l’interdiction de vol frappant les avions Boeing 737 Max, qui a contraint des compagnies aériennes telles qu’Air Canada et WestJet à se rabattre sur des avions plus énergivores et à dépenser davantage pour la location d’appareils, n’avait pas profité à Transat, qui n’a pas d’avions Max dans sa flotte.

« Ils ont été en mesure de trouver des solutions alternatives pour remplacer cette capacité dans la plupart des marchés sur lesquels nous sommes en concurrence », a noté Mme Guérard à propos de ses concurrents.

La proposition d’acquisition par Air Canada, une transaction évaluée à 720 millions $, a été approuvée le mois dernier par 94,7 % des actionnaires de Transat. L’opération fait l’objet d’un examen minutieux de la part des organismes de réglementation, qui s’intéressent aux conséquences d’une acquisition qui permettra au plus grand transporteur du pays de contrôler au moins 60 % des voyages aériens transatlantiques en provenance du Canada.

Transports Canada a indiqué que son évaluation de la transaction serait terminée d’ici le 2 mai 2020.

Transat s’attend à ce que l’achat des actions à 18 $ chacune soit finalisé d’ici le deuxième trimestre de l’année civile 2020 si les approbations réglementaires requises sont obtenues et les conditions remplies.

« Nous sommes très satisfaits d’avoir obtenu un soutien massif de nos actionnaires et la validation définitive du plan d’arrangement », a affirmé le président et chef de la direction, Jean-Marc Eustache, dans un communiqué.

À la une

FNB: trois idées d'experts pour un contexte incertain

Ils n'anticipent pas de récession, mais prône la prudence.

En attente du marché baissier?

BLOGUE INVITÉ. En fait, sommes-nous vraiment dans un marché haussier qui bat des records de longévité?

Les régimes de retraite et les profits, plus liés que jamais

BLOGUE INVITÉ. La profitabilité des entreprises influence plus que jamais les régimes de retraite.