China Mobile, un mammouth patient


Édition du 09 Septembre 2017

China Mobile, un mammouth patient


Édition du 09 Septembre 2017

Par Tahar Mansour

[Photo: 123rf.com]

Je connais un géant des télécommunications et de l'Internet qui fait peur tellement il est gros. C'est une entreprise chinoise qui s'appelle China Mobile (CHL, 53,20 $ US). Cette entreprise est un vrai mammouth qui marche très lentement et qui surveille scrupuleusement ses arrières et ses pas.

Elle ne met pas les pieds n'importe où ni n'importe comment. Il faut dire que son marché s'y prête bien. En effet, le marché chinois est vaste, très vaste (1,4 milliard d'habitants).

Certains diront qu'il a beau être le deuxième plus important marché mondial en valeur absolue (11 200 milliards de dollars américains [G$ US]), en matière de PIB par habitant, il est très loin derrière les meneurs : 8 500 $ US par habitant comparativement à 57 466 $ US par habitant pour les États-Unis.

C'est vrai, mais, et c'est un très gros mais, le taux de croissance de ce pays fait rougir n'importe quelle économie occidentale : 6,9 % en termes réels en 2016 comparativement à 2 % ou moins dans les économies occidentales.

À 6,9 %, le gouvernement chinois panique. C'est trop faible. Imaginez ! Et nous, nous applaudissons 2 % de croissance annuelle.

C'est dans un tel environnement qu'évolue China Mobile. L'entreprise se développe dans une économie à croissance relative forte en comparaison de celle des fournisseurs occidentaux de téléphonie mobile, câblée et Internet qui évoluent dans des économies en décroissance relative par rapport à l'économie chinoise.

Lorsqu'on regarde le comportement des entreprises et du gouvernement chinois, il y a de quoi réfléchir. Ils ont un appétit féroce. Ils gobent tout : entreprises pétrolières, chimiques, automobiles, télécoms, terres arables (surtout en Afrique), mines, et j'en passe. La seule chose capable de les arrêter semble être le veto d'un gouvernement (contre une vente potentielle). Le réveil économique de la Chine me rappelle mes cours d'histoire au secondaire et notre professeur qui citait Napoléon Bonaparte : «Laissez la Chine dormir, car le jour où elle se réveillera, tout le monde le regrettera.» Et aussi l'ex-président Obama qui disait : «Si nous ne signons pas le Partenariat transpacifique, la Chine finira par dicter les règles du jeu.»

Pile de liquidités

Selon l'agence de presse Reuters, China Mobile (anciennement China Mobile Hong Kong Ltd.) compte 849 millions d'abonnés à la téléphonie mobile (quasiment trois fois la population américaine) et 77,6 millions d'abonnés au téléphone câblé (wireline). Arrêtez-vous deux minutes et pensez aux chiffres qui seront atteints lorsque les ménages chinois auront approché le niveau de vie américain, avec deux ou trois téléphones par famille. Surtout avec la libéralisation des naissances et le degré de croissance économique. Ce sera hallucinant.

Mieux encore, avec des revenus annuels de 105 G$ US, l'entreprise est assise sur une pile de liquidités qui s'élèvent à 67 G$ US, et ce, malgré un dividende de 1,76 $ par action offrant un rendement de 3,31 %. Que fera l'entreprise avec ces liquidités ? Une seule réponse vient à l'esprit : elle guettera les occasions d'acquisitions, et l'Asie n'en manquera certainement pas avec des pays à forte croissance comme le Vietnam, l'Inde (un jour ou l'autre malgré les tensions), la Malaisie, l'Indonésie, etc.

Endettement négligeable

Le taux d'endettement de cette entreprise est négligeable. La croissance trimestrielle de ses revenus est respectable, alors que celle de Verizon (VZ) et de AT&T (T) est négative. Finalement, son ratio cours-bénéfice est plus faible que celui de ses pairs (13,46 fois).

Une fois toutes les considérations financières prises en compte, il faut cependant examiner d'autres aspects avant d'investir dans une entreprise chinoise.

Côté approche philosophique, il y a certains éléments positifs chez China Mobile. C'est une société ayant de vraies valeurs chinoises. La direction de CHL n'a pas succombé à la tentation du profit à court terme et de l'enrichissement rapide de ses actionnaires. Les administrateurs ont adopté la devise «Un pas à la fois». Ils voient à long terme, sont patients, guettent les occasions sans se précipiter, observent les lois, se tiennent loin des scandales et de l'ingérence politique. Il y a quelques éléments négatifs aussi.

Est-ce que nous comprenons bien la mentalité asiatique en général et chinoise en particulier ? Quelles seraient les conséquences, sur nos investissements en Chine, d'une guerre commerciale entre ce pays et notre voisin américain ou entre ce pays et le monde occidental ? Quelles seraient les conséquences, sur nos investissements chinois, d'une brouille militaire ou diplomatique concernant les îles convoitées par la Chine et le Japon ? Les Chinois respectent-ils scrupuleusement les règles comptables internationales ?

CHL est un bijou d'entreprise, qui innove, qui investit massivement dans les communications et l'information et qui a un avenir brillant. Le risque est plutôt d'ordre politique. À chacun de le jauger.

À la une

À surveiller: Saputo, Rogers et Agnico Eagle

Il y a 56 minutes | Catherine Charron

Que faire avec les titres de Saputo, Rogers Communications et Agnico Eagle? Voici quelques recommandations d’analystes.

Les nouvelles du marché

Mis à jour à 08:58 | Refinitiv

Chevron rate la cible, Phillips profite, Caterpillar en croissance, Cineplex en appel, acquisition de Neo Lithium

Bourse: combattre la peur

Il y a 11 minutes | Jean Gagnon

BOUSSOLE BOURSIÈRE. Depuis le début de l'année, plusieurs indices boursiers ont chuté de plus de 10%.