La Presse: salaires gelés sur 5 des 6 années du nouveau pacte

Publié le 31/01/2019 à 18:32

La Presse: salaires gelés sur 5 des 6 années du nouveau pacte

Publié le 31/01/2019 à 18:32

Par François Pouliot

La nouvelle entente acceptée mercredi par les salariés de la rédaction de La Presse gèle leur salaire pour les trois dernières années et prévoit une seule augmentation pour les trois années à venir.

En 2020, les employés auront droit à une augmentation de salaire de 1%, mais c'est la seule de toute l'entente, ratifiée à 95% par les syndiqués présents à l'assemblée mercredi. Les détails de l'accord n'avaient pas encore été dévoilés.

La nouvelle convention prévoit aussi une réforme des régimes de retraite. Le régime à prestations déterminées et le régime à cotisations déterminées (en place depuis 2009 pour les nouveaux arrivants) seront remplacés dans l'avenir par un régime à prestations cibles. Ce nouveau régime prendra effet lorsque l'Assemblée nationale aura donné son aval à ce nouveau type de régime.

L'employeur n'aura pas de responsabilité face à un éventuel déficit dans ce nouveau régime.

L'opération est un recul pour les plus vieux salariés, mais un gain pour les plus jeunes. La présidente du Syndicat de la rédaction, Laura-Julie Perreault, a expliqué qu'à 65 ans la rente des salariés les plus vieux sera inférieure de 3% et celle des plus jeunes équivaudra à une augmentation de 7%. Elle a estimé que l'opération permettait de mettre fin à l'iniquité d'un régime à deux vitesses.

L'employeur visait à récupérer 1 million de dollars par année avec cette négociation, un objectif qui est atteint.

"Il nous a dit qu'il voulait 1 M$, mais que l'on pouvait choisir la façon dont on le ferait", a raconté la présidente.

La transformation des régimes de retraite fournit la moitié des gains obtenus par l'employeur.

Les risques de conflit étant désormais écartés, les membres du syndicat de la rédaction de La Presse ont aussi voté pour la prochaine année un congé de cotisation syndicale, ce qui équivaut à 2,2% du salaire.

Droit de regard

Laura-Julie Perreault a estimé que les 195 employés de la salle de rédaction y étaient allés de concessions importantes et soutenu qu'il s'agissait d'une illustration de leur volonté de contribué au maintien d'un média de qualité.

Elle a précisé que le syndicat avait aussi obtenu un droit de regard dans les résultats financiers de La Presse dans l'avenir. Le syndicat aura notamment accès au bénéfice opérationnel (BAIIA) de l'entreprise.

Interrogé si l'employeur avait lui aussi fait des concessions, madame Perreault a précisé que oui, en indiquant que le syndicat avait pu constater une baisse des coûts de la direction.

SUIVRE SUR TWITTER: F_POULIOT

 


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre

Sur le même sujet

La Presse précise ses pertes et demande 37 départs

08/11/2018 | François Pouliot

Le quotidien La Presse fournit pour la première fois quelques précisions sur sa situation ...

La Presse cherche 37 départs volontaires à la retraite

La Presse compte environ 230 employés dans la salle de rédaction, sur un total de 550.

À la une

Bombardier: «c'est la fin d'une époque et c’est extrêmement malheureux»

Tandis que les marchés accueillent favorablement la vente à Mitsubishi, les employés cachent mal leur déception.

Bombardier vend son programme d'avions régionaux à Mitsubishi

Mis à jour à 14:36 | Julien Arsenault, PC

Ce serait la dernière étape de la transformation de Bombardier dans le secteur aéronautique selon Alain Bellemare.

La Fed réfléchit à une éventuelle baisse des taux d'intérêt

13:24 | AFP

Depuis mai dernier, « le tableau a changé », explique le président de la Banque centrale.