Des titres à dividendes qui recèlent encore une plus-value


Édition du 09 Mai 2015

Des titres à dividendes qui recèlent encore une plus-value


Édition du 09 Mai 2015

Par Jean Décary

[Photo: iStock]

En raison des taux d'intérêt faméliques des dernières années, plusieurs investisseurs se sont tournés vers des titres à dividendes pour obtenir un meilleur rendement de leurs investissements. Au moment où les Bourses atteignent des sommets et à l'aube d'une hausse des taux d'intérêt, y a-t-il encore des actions qui offrent une plus-value permettant de contrer cette hausse projetée ? Les Affaires a demandé à quatre gestionnaires de portefeuille de partager leurs choix de titres canadiens à dividendes, tous secteurs confondus.

Les choix d'Alexandre Legault, v.-p. et gestionnaire de portefeuille chez Allard Allard et Associés

Banque Toronto-Dominion (Tor., TD, 55,70 $)

Des six grandes banques canadiennes, c'est le titre de la TD qui semble le plus prometteur aux yeux d'Alexandre Legault, d'Allard Allard et Associés. «L'action de la TD se négocie légèrement en dessous de sa moyenne historique des bénéfices prévus. Ce n'est pas cher compte tenu de la hausse des marchés», explique-t-il. Le vice-président et gestionnaire de portefeuille aime aussi la diversification des revenus de la banque d'un point de vue géographique. «Les deux tiers des revenus proviennent du Canada et le reste, des États-Unis. La TD est bien positionnée pour profiter de la reprise au sud de la frontière.» Les revenus d'intérêt représentent près de 60 % des revenus totaux de la deuxième institution financière en importance du Canada. M. Legault y voit un incitatif supplémentaire d'acquisition du titre dans le contexte d'une éventuelle hausse des taux. «Les dépôts ont crû beaucoup au cours des dernières années. Les banques paient peu sur ces dépôts. Si, par exemple, les hypothèques ou les obligations cinq ans augmentent, les banques vont se trouver à emprunter pas cher et à prêter beaucoup plus cher. Donc, leurs marges d'intérêt augmenteront et, conséquemment, leurs bénéfices aussi», résume-t-il. Il rappelle par ailleurs que le dividende de la TD a connu une belle croissance d'environ 11 % par année depuis le début des années 2000. «C'est une banque qui hausse régulièrement ses dividendes.» L'action de la Banque TD offre en ce moment un rendement de 3,6 %.

Val. bours. : 103,05 G$ | Dividende : 2,04 $

Financière Manuvie (Tor., MFC, 21,96 $)

Pour son second choix, le gestionnaire reste dans le secteur financier, mais se tourne vers le secteur de l'assurance avec la Financière Manuvie. Il trouve particulièrement encourageante la forte croissance de l'actif sous gestion de l'entreprise torontoise. Celui-ci est passé de 599 à 691 milliards de dollars en une année, soit une augmentation de plus de 15 %. Il constate que l'équipe de direction a été capable d'attirer l'actif de nouveaux épargnants, mais surtout celui des fonds de retraite à cotisations déterminées, pour lesquels elle a bâti des plateformes de gestion. «Plus d'actifs, c'est très bon, car cela représente un levier extraordinaire. Une fois que la structure est en place, gérer un dollar de plus ne représente pas un gros coût marginal. C'est un plus pour la profitabilité de l'entreprise», dit-il. Le gestionnaire voit aussi comme une bonne nouvelle une future hausse des taux d'intérêt. «Quand les taux d'intérêt baissent, le passif d'une société d'assurance grossit. À l'inverse, quand les taux d'intérêt augmentent, le passif diminue. Un dollar de demain vaut soudainement beaucoup moins qu'un dollar d'aujourd'hui, ce qui est fort positif dans leur modèle d'entreprise.» M. Legault aime également comment se répartissent les revenus de l'assureur sur le plan géographique entre l'Asie (30 %), les États-Unis (42 %) et le Canada (28 %). Il juge le titre sous-évalué en Bourse, compte tenu de la moyenne historique de son cours/bénéfice de plus ou moins 15, soit passablement plus élevé que son présent ratio à environ 12. «Le dividende de Manuvie a connu une croissance du dividende de 8 % en moyenne par année depuis 2000, et ce, malgré une baisse en 2008, lors de la crise. Si les résultats sont au rendez-vous, je ne serais pas surpris qu'il y ait une hausse prochaine du dividende.» À son cours actuel de négociation, l'action offre un rendement de 2,9 %.

Val. bours. : 43,26 G$ | Dividende : 0,62 $

À la une

Bourse: Wall Street finit la semaine en hausse, moins anxieuse d'une récession et de l'inflation

Mis à jour le 24/06/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en hausse de près de 350 points.

Bourse: un parallèle avec le début des années 2000

24/06/2022 | Philippe Leblanc

EXPERT INVITÉ. Je suis en train de lire «No Rules Rules» écrit par Reed Hastings, le cofondateur de Netflix.

Le français, notre langue d'affaires

BLOGUE INVITÉ. Soyons fiers de cette langue rassembleuse qui rythme nos vies depuis des générations.