Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mercredi

Publié le 20/12/2017 à 06:16, mis à jour le 20/12/2017 à 08:07

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mercredi

Publié le 20/12/2017 à 06:16, mis à jour le 20/12/2017 à 08:07

1. Contexte

En approche finale, la grande réforme fiscale promise par Donald Trump donne un nouvel élan aux indices américains mercredi.

Si ce développement est vu d’un bon oeil, les investisseurs ont également dans la mire le projet de loi de financement de l’État fédéral, prévu vendredi, qui doit éviter un «shutdown» des administrations publiques. 

2. Prévisions

Les indices S&P 500, Dow Jones et Nasdaq montent de respectivement 0,31%, 0,35% et 0,38% dans les négociations précédant l'ouverture officielle.

Les prix du pétrole gagnent un peu de terrain mardi. Le baril de Brent, la référence au Québec, avance de 0,93% à 63,82$US, tandis que les investisseurs attendent les données hebdomadaires du Département américain de l'Energie (DoE) sur les réserves des Etats-Unis.

3. À l'étranger

En Asie, la Bourse de Hong Kong a terminé en baisse de 0,07%, les opérateurs reprenant leur souffle après deux séances de hausse. La Bourse de Shanghai a cédé 0,27%, mais la Bourse de Tokyo a pris 0,10%.

En Europe à la mi-séance, les indices battent en retraite. Le CAC 40 de Paris cède 0,34%, le DAX de Francfort se replie de 0,34% et le FTSE 100 de Londres échappe 0,08%.

«Les marchés américains vont-ils vendre la nouvelle maintenant que la promulgation de la réforme fiscale paraît certaine? C'est une possibilité, d'autant que les investisseurs vont devoir se projeter sur le rendez-vous suivant: le plafond de la dette américaine, qui sera atteint samedi», soulignaient dans une note les stratégistes du courtier Aurel BGC.

La grande réforme de la fiscalité promise par le président américain Donald Trump était quasiment adoptée ce mercredi matin par le Congrès, où un ultime vote de nature technique et sans suspense devait avoir lieu dans la journée.

«Donald Trump tient enfin, près d'un an après son investiture, sa première victoire», a observé Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

Toutefois, «reste à savoir comment les marchés vont réagir à l'issue d'un feuilleton déjà bien intégré dans les cours», a-t-il ajouté.

En Europe, rappelait-on chez Aurel BGC, «il ne faut pas oublier que la Catalogne vote dès demain à l'occasion des régionales anticipées convoquées par Madrid» et que le résultat du scrutin reste «très incertain» même si l'organisation d'un nouveau référendum sur l'indépendance paraît «peu probable».

Aussi, «à court terme, les marchés pourraient finalement végéter, à quelques jours du début des vacances de Noël», ont conclu les stratégistes du courtier.

4. Agenda

Les ventes de maisons existantes de novembre seront dévoilées aux États-Unis.

Au Canada, on attend les ventes et les stocks de grossistes d'octobre.

5. Titres en action

Imvescor(IRG, 4,21$) a dévoilé des résultats du quatrième trimestre légèrement supérieurs aux attentes de l’analyste Michael Glen, de Macquarie. Cela dit, toute l’attention des investisseurs sera rivée sur l’offre d’achat de Groupe MTY(MTY, 54,90$) au cours de la téléconférence avec la direction qui se tient ce matin, note l’analyste. M. Glen cherchera à connaître la logique du PDG Frank Hennessey de vendre la chaîne de restaurants. Aussi, quel rôle jouera-t-il une fois la transaction complétée. Des questions au sujet du franchiseur Cara Operations(CARA, 25,83$) et d’une potentielle contre-offre seront aussi sur la table.

Cameron Doerksen, de la Financière Banque Nationale, fait passer sa cible pour le titre de Transat A.T.(TRZ, 10,90$) de 13,50$ à 15$, après que le voyagiste montréalais eut dévoilé des résultats du quatrième trimestre supérieurs aux attentes. Le bénéfice par action ajusté s’est établi à 1,24$, tandis qu’il visait 0,94$. La concurrence sur les destinations outre-Atlantique apparaît plus vive pour la période estivale 2018, souligne M. Doerksen. La capacité de Transat est en hausse de plus de 15% et celle de l’industrie, de 9%. De nouveaux transporteurs à bas prix, tel Primera Air et LEVEL, pourraient ajouter aussi un peu de pression sur le transporteur. Cela dit, M. Doerksen laisse sa recommandation à surperformance. Il souligne que Transat détient 450M$ de liquidités excédentaires qui peuvent alimenter sa croissance dans le secteur des hôtels.

Loblaw(L, 68,65$) va offrir à ses clients admissibles qui s'enregistrent en ligne une carte de 25$, qui peut être utilisée pour l'achat d'articles vendus dans des supermarchés Loblaw partout au Canada. Cette mesure a été annoncée mardi en fin de journée, dans la foulée de la découverte d'un stratagème de fixation des prix dans le secteur de la boulangerie impliquant le détaillant et sa société mère George Weston.  Keith Howlett, de Desjardins Marché des capitaux, juge ce développement négatif. Il note que l'offre de cartes va entraîner une charge exceptionnelle qui va réduire son bénéfice par action de 0,14$ à 0,28$. Loblaw risque en outre de faire face à des recours collectifs, dit M. Howlett. Pour l'heure, il réitère sa recommandation d'achat pour le titre et sa cible de 84$.

L’action de BlackBerry(BB, 11,65$US) bondit de 7% à la Bourse de New York dans les négociations précédant l’ouverture officielle, après que la société ontarienne eut dévoilé des résultats du troisième trimestre supérieurs aux attentes. L'entreprise en pleine réinvention a dévoilé des revenus de 226M$US, mieux que les 215,4M$US attendus des analystes. Le bénéfice par action ajusté de 0,03$US dépasse aussi les attentes, puisque les analystes visaient le point mort(0,00$US par action).

 

À la une

À surveiller: WSP, 5N Plus et Dye & Durham

Il y a 14 minutes | Dominique Beauchamp

Que faire avec les titres de WSP, 5N Plus et Dye & Durham?

Vers le vert, au-delà du marketing

BLOGUE INVITÉ. Le développement durable, au-delà de l’image et des volontés du marketing, c’est un défi de taille.

Le prix médian pour un condo à Montréal atteint 436$/pi2 en 2020

BLOGUE INVITÉ. Le prix médian au pi2 des copropriétés sur l'île de Montréal a grimpé de 14% en 2020.