À surveiller: Rogers, Saputo et Canadien Pacifique

Publié le 22/10/2021 à 09:00

À surveiller: Rogers, Saputo et Canadien Pacifique

Publié le 22/10/2021 à 09:00

Par Catherine Charron
Rogers

La recommandation d'achat d'un analyste demeure pour Rogers Communications. (Photo: 123RF)

Que faire avec les titres de Rogers, Saputo et Canadien Pacifique? Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement. Note: l’auteur peut avoir une opinion totalement différente de celle exprimée.

Rogers Communications (RCI.B, 60,19$): le feuilleton de la direction laisse un analyste (presque) de marbre

Si Aravinda Galappatthige de Canaccord Genuity révise légèrement à la baisse son cours cible pour Rogers Communications, ce n’est pas à cause des tensions qui persistent au conseil d’administration et de la haute direction de la société.

En effet, on apprenait jeudi qu’Edward Rogers ne présiderait plus le conseil d’administration de l’entreprise. C’est John A. MacDonald qui reprend les rênes.

Bien qu’il concède que toute cette discorde peut créer de la volatilité autour du titre de Rogers Communications, ce n’est pas ce qui a teinté ses prévisions, mais bien l'incertitude qui persiste autour de la reprise des activités du sans-fil, et les effets négatifs anticipés de sa division des médias sur ses bénéfices au quatrième trimestre.

Sa recommandation d’achat demeure, car, tout en gardant un œil sur les perspectives des prochains exercices, cette période trouble est un moment opportun pour acquérir des actions du géant canadien.

Après tout, l’analyste s’attend à un retour à la normale lorsque la pandémie sera chose du passé, ce qui devrait se traduire par une croissance plus marquée des résultats financiers du plus grand opérateur de téléphonie sans-fil au pays au cours des exercices subséquents à 2021. D’ailleurs, son titre est bien plus abordable que celui de ses compétiteurs, rappelle Aravinda Galappatthige, puisqu’il s’échange selon un multiple de 7,2 fois son ratio valeur d’entreprise/bénéfice avant intérêt, impôt et amortissement (BAIIA) anticipé en 2022, alors que les multiples de Bell ou Telus sont respectivement de l’ordre de 8,4 et 9,6.

Ce sont les conclusions qu’il a tiré à la suite du dévoilement de résultats du troisième de trimestre de Rogers Communications somme toute au diapason avec ce qui avait été prévu par les analystes.

Ses revenus ont atteint 3,666 millions de dollars (M$) — soit légèrement sous ses prévisions à 3,707 M$ — grâce à une hausse des revenus tirés de ses services de sans-fil. Sa croissance a toutefois été freinée par les revenus tirés de sa division Media, qui ont reculé de 3,3% par rapport à la même période l’an dernier.

L’entreprise a notamment attiré 175 000 abonnés nets à son service postpayé du sans-fil. L’entreprise a souligné que cela représente une hausse de 25 points de base de ses abonnements pour Rogers, et 45 points de base pour Fido, ce qui devrait rassurer les investisseurs à l’égard de l’équipe de gestion de l’entreprise, selon Cannacord Genuity.

L’analyste sent que les attentes à l’égard de la croissance du titre pourraient être plus grandes que celles pour ses pairs à mesure qu’on se rapproche d’un retour à la normale, surtout alors qu’on observe une hausse de certains moteurs pour Rogers, comme l’immigration. Tout dépend des revenus enregistrés au début de l’exercice 2022, et le dévoilement fort probable des attentes de la direction en janvier 2022.

Pour l’instant, le géant des télécommunications croit que son taux de croissance devrait être près de 4% sous son niveau pré-pandémique, tandis que ses compétiteurs ont déjà dépassé ce stade. L'analyste souligne que Rogers a davantage été affecté par la crise sanitaire que ces pairs, ce qui explique cette reprise plus lente. Au troisième trimestre 2021 seulement, la COVID-19 a freiné de 112 M$ ses revenus.

Sa division du câble a profité d’une importante reprise à la fin de 2020 et au début de 2021, puisque ses clients ont adapté leur équipement internet pour parvenir à travailler de la maison pendant le confinement. Toutefois, cet effet devrait s’estomper, notamment dans les prévisions de l’entreprise pour son quatrième trimestre. L’analyste garde donc un œil sur son évolution.

Son cours cible passe de 70$ à 69$.

Saputo (SAP, 31,32$): quelques réserves à l’approche du dévoilement de ses résultats

Sur le même sujet

Les titres boursiers qui ont retenu l'attention cette semaine

03/12/2021 | lesaffaires.com

Voici les titres boursiers et rapports d'analystes qui ont retenu l'attention cette semaine.

DocuSign s'effondre en Bourse alors que se dissipe le boom lié à la pandémie

03/12/2021 | AFP

Le titre de DocuSign chutait d'environ 40% à Wall Street après avoir prévenu que sa croissance allait se tasser.

À la une

Omicron plonge les Fêtes et les Canadiens dans l'incertitude

Mis à jour à 18:01 | La Presse Canadienne

Les plans de nombreux Canadiens en vue du temps des Fêtes sont plongés dans l’incertitude.

5. Calendrier de l'avent des affaires: le métavers

CALENDRIER DE L'AVENT DES AFFAIRES. Univers parallèle dans lequel rêvent de se réfugier les habitants des pays riches...

Nationaliser l’hydrogène vert serait une mauvaise idée

04/12/2021 | François Normand

ANALYSE. L'industrie n'a pas de problème, et on se priverait de capitaux privés, en plus d'assumer tous les risques.