À surveiller: Goodfood, Gildan et Aritzia

Publié le 14/01/2021 à 09:24

À surveiller: Goodfood, Gildan et Aritzia

Publié le 14/01/2021 à 09:24

Par Dominique Beauchamp

Une boutique Aritzia au centre-ville de Montréal (Photo: Denis Lalonde)

Que faire avec les titres de Goodfood, Gildan et Aritzia? Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement. Note: l’auteur peut avoir une opinion totalement différente de celle exprimée.

Goodfood (FOOD, 13,08$): le confinement et l’exécution rapportent

L’accélération pandémique du commerce en ligne dans l’alimentation ainsi que plusieurs initiatives ont produit un premier trimestre supérieur aux attentes avec une hausse de 62% des revenus, de 33% du nombre d’abonnés, un troisième bénéfice d’exploitation d’affilée et une augmentation de 1,5 à 2,1 millions de dollars des flux de trésorerie excédentaires.

La société rapporte aussi un meilleur taux de commandes et moins de désabonnements. Quelque 94% des revenus du premier trimestre provenaient de clients ayant fait trois commandes ou plus.

Marchés Goodfood exécute bien dans son créneau principal des trousses de repas, incluant la livraison le même jour tandis que l’offre accrue en ligne de produits d’épicerie de marque maison est prometteuse, note Frédéric Tremblay, de Desjardins Marché des capitaux.

Le nombre de produits d’épicerie offerts devrait bientôt passer de 550 à 800, en route vers l’objectif visé de 4000.

En ce qui a trait au service de livraison le même jour Goodfood Wow, Frédéric Tremblay suivra de près le lancement prochain dans la grande région de Toronto qui deviendra un jalon important pour l’épicerie en ligne.

À son avis, la société prend le bon virage en élargissant sa mission à l’épicerie en ligne au moment où les consommateurs confinés sont réceptifs.

Les dépenses de ce virage, qui incluent l’automatisation des centres de préparation des repas et des commandes, l’embauche ainsi qu’un effort de marketing, se soldent par une perte de 0,04$ par action, au premier trimestre.

L’analyste a bon espoir que le levier opérationnel, l’automatisation, la densification des zones de livraison et le pouvoir d’achat accru continueront à améliorer la capacité bénéficiaire de la société au fil du temps.

Goodfood fait d’ailleurs moins appel aux promotions et aux crédits qu’avant pour attirer des clients ou augmenter la facture moyenne, fait aussi remarquer l’analyste. Ces rabais s’élevaient à 10,8% des revenus au premier trimestre, presque la moitié du niveau d’un an plus tôt. Goodfood cible mieux ses campagnes de marketing et améliore la qualité de ses trousses, dit-il. La société de Montréal prévoit aussi des dépenses en capital de 30 M$ en 2021 (plis que les 20M$ prévus) pour accélérer certains investissements qui optimiseront les revenus et diminueront les coûts. La société dispose de 104 M$ de liquidités au bilan pour les financer.

Encouragé par les perspectives et le potentiel de l’épicerie en ligne, Frédéric Tremblay réitère sa recommandation d’achat et son cours cible de 15$, soit deux fois les revenus prévus en 2022.

Vêtements de sport Gildan (GIL, 35,07$): de meilleures perspectives justifient un cours-cible plus élevé

À la une

Fournisseurs: pas besoin de code de conduite, selon le PDG de Metro

Mis à jour le 26/01/2021 | Stéphane Rolland

Éric La Flèche juge que les relations entre épiciers et fournisseurs fonctionnent.

Et si Couche-Tard était le prochain Amazon?

26/01/2021 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Couche-Tard finira par acheter Carrefour et deviendra un des rares joueurs pouvant rivaliser avec Amazon.

Satellites: le ton monte entre Elon Musk et Jeff Bezos

26/01/2021 | AFP

Elon Musk et Jeff Bezos rivalisent pour leurs constellations de satellites en orbite basse.