À surveiller : Dollarama, Aimia et Savaria

Publié le 29/03/2019 à 08:45

À surveiller : Dollarama, Aimia et Savaria

Publié le 29/03/2019 à 08:45

Par Stéphane Rolland

Que faire avec les titres de Dollarama, Aimia et Savaria? Voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement. Note: l'auteur peut avoir une opinion différente de celle des analystes.

Dollarama (DOL., 35,20 $) : deux opinions bien différentes

Les résultats décevants de Dollarama au quatrième trimestre ont forcé la direction à tempérer les attentes avec une prévision de croissance de 9% en 2020 tandis que le consensus était de 14%. Deux analystes réagissent bien différemment à la même annonce.

Vishal Shreedhar, de Financière Banque Nationale, croit que le marché a revu ses attentes pour incorporer les prévisions prudentes de la direction. Pour cette raison, il bonifie sa recommandation de «performance de secteur» à «surperformance». Sa cible passe de 40$ à 41$. «Nous reconnaissons que Dollarama n’est plus le titre de croissance qu’il était, mais à 19,4 fois les bénéfices par action des douze prochains mois, contre une moyenne de 25,8 fois pour les cinq années précédentes, le multiple est beaucoup plus bas, également. »

L’analyste pense que le marché aura une appréciation grandissante pour le flux de revenus défensifs du détaillant. Il ajoute que si les revenus et les marges avant intérêts, impôts et amortissement remontaient plus que prévu, le titre pourrait obtenir une meilleure évaluation.

Derek Dley, Canaccord, émet une opinion bien différente. Il pense que le marché n’a pas encore terminé de s’ajuster à la perte du statut de «croissance» du détaillant. Il pense que le multiple va encore s’affaisser. Pour cette raison, il fait passer sa recommandation «d’achat» à «conserver». La cible est abaissée de 45$ à 37$.

Il pense que les investisseurs voudront que Dollarama fasse ses preuves dans les prochains trimestres. Or, ceux-ci risquent d’être déçus si les prévisions de la société ne se révèlent pas aussi prudentes qu’espérées.

À plus long terme, M. Dley aime toujours le modèle d’entreprise. Il juge que le détaillant n’affronte pas un concurrent «digne de mention». Sa rentabilité demeure en tête de l’industrie. Ses flux de trésorerie sont généreux et l’entreprise obtient un bon rendement sur le capital investi.


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

Expérience

Jeudi 20 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 - Québec

Mercredi 18 mars

Sur le même sujet

Aimia rachète 34,9 millions d'actions au coût de 4,30$ par action

Elle réduit son nombre d’actions émises et en circulation à environ 117,4 millions.

Aéroplan se restructure et sabre le quart de son effectif

La société est sur la bonne voie pour devenir rentable d’ici 2020, selon le chef de la direction, Jeremy Rabe.

À la une

Bourse: Wall Street en légère hausse, le Nasdaq à un record

Mis à jour à 16:36 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. La montée de Facebook permettant au Nasdaq de grappiller un nouveau record.

Trump minimise l'impact de la guerre commerciale sur les États-Unis

15:24 | AFP

«Le réel coût aurait été de ne rien faire», a-t-il dit dans un discours à New York.

Cybersécurité: la Banque du Canada réclame une meilleure collaboration

La meilleure défense de l’économie globale du Canada réside dans une large collaboration, croit Filipe Dinis.