Quel est l'atout secret d'Ubisoft pour fidéliser ses employés?

Publié le 26/01/2015 à 06:09

Quel est l'atout secret d'Ubisoft pour fidéliser ses employés?

Publié le 26/01/2015 à 06:09

Bon. Vous me direz que tout cela est bien beau. Mais en quoi, au juste, cela a –t-il un impact sur la fidélité des employés ? Après tout, nombre d’entreprises incitent, elles aussi, leurs employés à se maintenir en forme (incitatifs financiers pour s’inscrire à un gym, pour pratiquer un sport sur une base régulière, etc.), et veillent également à ce qu’ils aient une bonne posture au bureau.

Cédric Orvoine, vice-président, communications et ressources humaines, d’Ubisoft Montréal, affiche un petit sourire en coin, face à cette considération. «Le gym, et de manière plus large les activités sportives soutenues par Ubisoft, ne sont pas pour nous un Nice To Have pour attirer à nous les jeunes talents, comme ça l’était – il faut aujourd’hui le reconnaître – le cas au début des années 2000 pour toute start-up techno qui voyait le jour. Non, tout ça, c’est un investissement, un investissement financier et stratégique. C’est même un investissement rentable, parce que le retour sur investissement est – je peux le dire – au vert», affirme-t-il, les yeux pétillants de joie.

Qu’est-à-dire ? «Nous avons analysé plusieurs données chiffrées significatives, quand il a fallu décider de l’avenir du gym et de nos programmes sportifs. Ça nous a permis de découvrir que ceux qui allaient régulièrement au gym ou qui pratiquaient souvent un sport affichaient, entre autres, un taux d’absentéisme nettement plus faible que les autres. Et nous avons calculé que tout ce que ça nous permettait d’économiser permettait de financer le développement du gym», explique-t-il. Et d’ajouter : «Sans parler des effets positifs liés au sport, non chiffrés mais bel et bien réels puisque basés sur des études scientifiques : par exemple, quelqu’un qui est sportif est plus créatif dans son travail qu’un autre qui ne l’est pas ; et chez Ubisoft, nous carburons de toute évidence à la créativité».

M. Orvoine a une anecdote parlante… «Un jour, un gars est venu me voir et m’a confié qu’il avait été approché par la concurrence. Il a écouté ce qui lui était proposé, et il a réfléchi. Vous ne devinerez jamais ce qui a fait peser la balance en notre faveur. Jamais. Eh bien, c’est le fait de pouvoir faire des pratiques de hockey entre midi et deux, une chose qu’aucun autre studio n’était capable de lui offrir. Vous voyez, se soucier vraiment de la santé de ses employés, c’est payant.»

Voilà. Il me reste maintenant plus qu’à vous donner quelques chiffres, histoire de finir de vous convaincre de la puissance de l’atout secret d’Ubisoft Montréal :

➢ Environ 2 000 des 2 700 employés d’Ubisoft Montréal sont inscrits au gym.

➢ 13% des employés d’Ubisoft Montréal vont au gym sur une base régulière, et suivent un programme d’entraînement personnalisé.

➢ 30% des employés d’Ubisoft Montréal participent à des cours en groupe donnés au gym (yoga et spinning sont les plus populaires) sur une base régulière.

➢ Près de 50% des employés d’Ubisoft Montréal participent à des activités sportives externes (hockey, etc.) sur une base régulière.

CQFD.

En passant, l’écrivain américain Philip Roth a dit dans Némésis : «En sport, tout demande de la détermination. Ce sont les trois D : détermination, disponibilité, discipline. Et la réussite est dès lors à portée de main».

Découvrez mes précédents billets

Ma page Facebook

Mon compte Twitter

 

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Blogues similaires

Divulgation ESG: le Canada très en retard sur les États-Unis

04/09/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. La moitié des sociétés du S&P/TSX produit un rapport de type ESG, alors que 4/5 sociétés du S&P 500 le font.

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...