Connaissez-vous le sumak kawsay?

Publié le 23/11/2012 à 09:39, mis à jour le 23/11/2012 à 10:14

Connaissez-vous le sumak kawsay?

Publié le 23/11/2012 à 09:39, mis à jour le 23/11/2012 à 10:14

Le sumak kawsay est basé sur la réciprocité. Photo: DR

BLOGUE. Avez-vous déjà entendu parler du sumak kawsay? J'imagine que non. Il s'agit d'un terme issu du quechua, la langue de la civilisation inca qui est encore parlée de nos jours par 10 millions de personnes, au Pérou, en Bolivie et en Équateur. Il signifie grosso modo le "bien-vivre", qui est tout autre chose que ce que, nous, nous voulons dire par "bien-être", cette notion si à la mode dans les pays occidentaux. Et nous aurions beaucoup à gagner, à mon avis, à intégrer le "bien-vivre" inca à notre quotidien au travail.

Découvrez mes précédents posts

Suivez-moi sur Facebook et sur Twitter

Pour commencer, il convient de comprendre ce qu'est le sumak kawsay. Un peu de sémantique s'impose… Le premier mot est "sumak", qui veut dire à la fois beauté et tendresse. Et le second, "kawsay", la vie en communauté et l'entraide. Combinés, ces deux mots évoquent le mode de vie particulier des tribus incas, empreint de solidarité et d'harmonie.

«La sagesse inca repose sur plusieurs piliers, comme l'amour, la bienveillance, la symbiose, la conversation, la réciprocité et la danse, explique Francisco Salgado, professeur de sciences sociales, à l'Université d'Azuay (Équateur), dans une étude intitulée Sumak kawsay: The birth of a notion? Le sumak kawsay s'inscrit pleinement dans cette sagesse, étant fondé, lui aussi, sur la plupart des mêmes piliers.»

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Blogues similaires

Le système fédéral de crédits compensatoires pour les GES est lancé

Selon les militants écologistes, tout cela n’est qu’un moyen de permettre aux industries de continuer de polluer.

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...