Comment ne plus avoir peur du changement?

Publié le 04/01/2017 à 06:06

Comment ne plus avoir peur du changement?

Publié le 04/01/2017 à 06:06

Changer, ça peut très bien être l'occasion de s'améliorer... Photo: DR

Soyons honnêtes, changer n'est jamais chose aisée. C'est que, vous comme moi, nous aimons bien nos petites habitudes, pour ne pas dire la routine que revêt notre quotidien au travail. Si bien que le moindre changement nous fait automatiquement venir à l'esprit le négatif «oui, mais...» au lieu du positif «oui, et...» ; et nous nous mettons à lui résister.

Pourtant, nombre de changements vont émailler 2017. C'est une évidence. Et avec eux, des occasions en or d'apprendre, de progresser, d'apercevoir de tout nouveaux horizons.

La question saute aux yeux : comment nous montrer moins réfractaires au changement? Eh bien, la bonne nouvelle du jour, c'est que je crois avoir identifié un bon moyen de s'y prendre, dans un petit livre à la fois rigolo et inspirant. Il s'agit de Il faut sauver la ruche (Le Dauphin Blanc, 2016) des consultants en management britanniques Paul Rigby et Craig Smith.

Ce livre est une fable. Il raconte l'histoire d'une abeille ouvrière, Buzz, qui, à la recherche de nouveaux champs de fleurs, fait la découverte d'une autre ruche, la ruche Sola, où l'on travaille tout autrement. Il l'a visite et en revient avec mille idées d'innovation en tête. Mais comment mettre en place ne serait-ce que l'une d'elles au sein d'une organisation aussi rigide et hiérarchisée que la sienne?

Buzz parvient à en parler à un gestionnaire intermédiaire, Flotteur, qui décide de prendre son courage à deux mains, sachant que l'heure est plus grave que n'en ont conscience la plupart des abeilles. Extrait.

Mon nouveau livre : 11 choses que Mark Zuckerberg fait autrement

«Sans délai, Flotteur organisa une rencontre d'équipe dans la grande salle de conférence de la ruche. Heureusement, elle était disponible sans trop de préavis.

— Les amis, commença Flotteur à l'endroit des cinquante abeilles rassemblées autour du lutrin, la ruche Luna fait face à un incroyable défi. Comme certains d'entre vous l'ont peut-être appris, le fermier Jean a labouré son champ de fleurs sauvages. Toutes les sources e nectar qui s'y trouvaient sont maintenant disparues.

«La pièce restait silencieuse.

— Est-ce pour cela que les vols ont été suspendus? demanda une abeille.

— Oui, répondit Flotteur.

— Pourquoi la reine ne nous l'a-t-elle pas dit? s'enquit une autre.

— Je vous demande de ne pas vous en préoccuper pour l'instant, répondit Flotteur. À partir de maintenant, nous regardons en avant, pas en arrière. Cette équipe a été choisie par Mme Bé-Dard elle-même pour développer une nouvelle manière de nous comporter ensemble. Le chemin que nous nous apprêtons à suivre a été développé par nos amis de la ruche Sola.

«Un murmure se propagea parmi l'assemblée.

— Sola n'est-elle pas la ruche où les abeilles se contentent de faire ce qui leur tente à la journée longue? demanda une autre abeille. Une vraie partie de plaisir...

— Je vais répondre à cela, commença Buzz. J'ai visité la ruche Sola hier. J'ai constaté par moi-même comment ils opèrent. D'un côté, vous avez raison. Ils ont du plaisir. Ils ont du plaisir parce qu'ils aiment vraiment leur travail. Ils raffolent de trouver de nouvelles espèces de fleurs. Ils adorent utiliser tous leurs talents pour créer le meilleur miel possible. À Sola, chaque abeille a le sentiment que son travail est important. Que ce soit l'abeille qui nettoie à la nursery ou celle qui sert directement la reine, toutes ont le sentiment qu'elles ne forment qu'une seule et même équipe. Et c'est justement la raison d'être de ce programme-pilote. C'est un changement de philosophie. C'est la ruche qui, dorénavant, vous offrira plus, mais qui, en même temps, s'attendra à plus de vous. Laissez-moi vous poser quelques questions. Combien d'entre vous ont le sentiment de travailler en utilisant tout leur potentiel? Allez, levez la main...

«Quelques mains se levèrent. La plupart des abeilles restèrent assises silencieusement.

— Et combien d'entre vous se contentent de faire le minimum, d'une journée à l'autre? C'est OK d'être honnête. Dites-moi la vérité...

«Presque toutes les mains se levèrent.

- Nous allons changer tout cela, intervint Flotteur. Buzz, que dirais-tu de débuter en racontant au groupe ce que tu as appris à la ruche Sola?

«Quelques minutes plus tard, quand Buzz eut terminé, un sentiment d'excitation remplit la pièce. Les mains se levaient à mesure que les abeilles curieuses criaient leurs questions pendant que Flotteur tentait de garder un peu d'ordre dans l'assemblée.

— Comment la ruche Sola décide-t-elle des champs qui seront visités?

— Demandent-ils vraiment à leurs clients de leur donner leur opinion sur leurs produits?

— Est-ce vrai que la reine se promène parmi les abeilles ordinaires?

— Ont-ils vraiment un endroit appelé la fabrique d'idées, où n'importe quelle abeille peut faire des suggestions?

«Buzz essayait de répondre à chaque question du mieux qu'il le pouvait. Les abeilles souhaitaient tout savoir.

— OK, prenons une pause, finit par lancer Flotteur, [en invitant Buzz à présenter son plan].

— Très bien, dit Buzz, qui présenta alors au groupe quatre idées qu'ils pourraient mettre en pratique.

1. Structurer les collecteurs en deux groupes. D'une part, les éclaireurs, qui tenteront de trouver de nouvelles sources de nectar. D'autre part, les collecteurs en tant que tels, qui les récolteront.

2. Adopter un nouvel ensemble de valeurs basé sur la coopération et orienté sur les objectifs communs. Par exemple, si vous apercevez des abeilles qui sont surchargées, allez les voir et aidez-les. Si vous pensez qu'un plan ne fonctionnera pas, dites-le immédiatement à votre superviseur et travaillez ensemble afin de l'améliorer. Écoutez les idées des autres abeilles et attribuez-leur autant de valeur que si c'était les vôtres. Une fois qu'une idée est acceptée, soutenez-la jusqu'au bout. Soyez fiers de votre travail parce que tous les gestes posés par chaque abeille sont importants.

3. Communiquer davantage. Partagez l'information librement. N'attendez jamais la prochaine rencontre pour faire part de vos préoccupations. Tenez une rencontre informelle, debout, quand c'est nécessaire.

4. Devenir non plus un boss, mais un coach. Flotteur, le chef de l'équipe, est ainsi votre coach. C'est son rôle de vous aider à accomplir le meilleur travail possible et de s'assurer que vous avez à votre disposition toutes les ressources nécessaires. Si vous faites confiance à Flotteur, il vous fera confiance à son tour.

«Flotteur annonça alors que la période de discussion était ouverte. Même si la majorité des abeilles se montrèrent enthousiastes face à ces changements, quelques abeilles exprimèrent des doutes. Une ou deux d'entre elles allèrent jusqu'à dire que cela ne fonctionnerait pas.

— Ne vous y trompez pas, leur répondit Flotteur, les enjeux sont de taille. Notre ruche est confrontée à un défi majeur. Nous croyons pouvoir le relever et ainsi devenir meilleurs qu'avant. Mais pour ce faire, il faut que chacun donne son 110%. Par le passé, nous acceptions de traîner comme des boulets les abeilles qui ne contribuaient pas. Nous supportions les lambineux. La ruche était pleine d'abeilles qui passaient leurs journées à leur bureau à juste gérer du papier. Ces jours-là sont terminés. À partir de maintenant, nous avons besoin de la contribution de chaque membre de chaque équipe. Je vais travailler avec vous pour vous aider. Je vais donner à chacun une chance de se faire une place dans l'équipe. Et je vais superviser le transfert des abeilles dépassées par le programme.

«Tout le monde — même ceux qui doutaient — se déclara d'accord avec cette proposition. La rencontre se termina et, avec un sentiment de renouveau, les abeilles entreprirent de réinventer leur équipe.»

Voilà. Une belle histoire, n'est-ce pas? À la fois rigolote et inspirante, comme je vous l'avais dit. C'est que vous disposez à présent d'un plan de match en quatre étapes pour vous lancer avec succès dans un changement, quel qu'il soit. Il vous suffit juste de l'adapter en tant soit peu à votre propre réalité, et le tour sera joué!

En passant, le philosophe français Montesquieu a dit dans ses Cahiers : «Ce qui n'est point utile à l'essaim n'est point utile à l'abeille».

Découvrez mes précédents billets

Mon groupe LinkedIn

Ma page Facebook

Mon compte Twitter

Et mon nouveau livre : 11 choses que Mark Zuckerberg fait autrement

 

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Sur le même sujet

À la une: Shawinigan, la grande conversion

Édition du 24 Août 2019 | Les Affaires

En dix ans, Shawinigan a accompli une véritable mutation économique. Un miracle opéré par le maire.

La collaboration transversale : un atout encore peu maîtrisé

BLOGUE. Avez-vous déjà proposé aux départements de votre organisation de collaborer sur un projet ? ...

Blogues similaires

Voici la première Québécoise certifiée pour enseigner Brené Brown

08/08/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. Après 50M vues de son TED Talk sur la vulnérabilité, Brené Brown se lance dans la coaching d'entreprise.

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...