2023: Ça passe ou ça casse!

Publié le 03/01/2023 à 12:00

2023: Ça passe ou ça casse!

Publié le 03/01/2023 à 12:00

«Je débute donc cette nouvelle année sans aucune autre attente que celle qui prédit le pire des scénarios.» (Photo: 123RF)

BLOGUE INVITÉ. Tristement, mais réalistement, c’est avec ce titre que j’ai décidé de débuter l’année 2023. Après bientôt trois éternelles années pandémiques et une année 2022 qui nous en a fait voir de toutes les couleurs, je n’ai d’autres choix que d’appréhender 2023, comme un orignal mature au tout début de la période de chasse!

Comme la plupart d’entre nous, j’espérais que cette dernière année en soit une de transition annonçant un renouveau, une nouvelle vie, une nouvelle réalité. À la place, au lieu de sabrer le champagne pour se féliciter d’avoir traversé le pire, les mauvaises nouvelles n’ont cessé de s’accumuler.

Éternel «réal-optimiste» (un subtil et difficile assemblage de réalisme et d’optimisme), j’ai appris (pas toujours facilement), au cours des dernières années à vivre dans l’inconnu le plus total. Je débute donc cette nouvelle année sans aucune autre attente que celle qui prédit le pire des scénarios.

J’espère que j’exagère la dangerosité de la poudrière sur laquelle nous nous trouvons. Malheureusement, nous n’avons d’autres choix que de nous rappeler les moments marquants des douze derniers mois.

Invasion militaire russe de l’Ukraine, rupture des chaînes d’approvisionnement, problèmes de logistique et transport, pénurie de main-d’œuvre, nouveaux variants faisant exploser à nouveau les cas de COVID, inflation record et j’en passe… Le portrait général de la vitalité du monde dans lequel nous vivons a déjà été meilleur.

Face à ces facteurs influençant directement ou indirectement notre quotidien, deux scénarios principaux s’imposent pour 2023: ça passe ou ça casse!

Oui, aussi simple que cela… Soit nous arrivons à dompter les multiples répercussions que tous ces défis nous imposent, soit nous abdiquons face au tsunami et faisons table rase sur un pan de l’économie comme lors de la crise de 2008 sur le marché des «subprimes» ou celle des années 2000 faisant éclater la bulle techno.

En toute franchise, je considère que nous ne sommes pas si loin du «breaking point» qui redéfinira la société dans laquelle nous vivons.

La pression est si forte et implique tellement de secteurs d’activité qu’il est, à mes yeux, absolument inconcevable de continuer ainsi.

Mais je garde encore un mince espoir que 2023 sera porteuse de certaines bonnes nouvelles, malgré les nuages à l’horizon.

Déjà, nous voyons quelques signes encourageants, comme la baisse du prix du pétrole ainsi qu’une certaine stabilisation de l’inflation. Mais le tout reste fragile et cela ne prendrait pas grand-chose pour que la situation dégénère.

Sur ce, je profite de cette tribune pour vous souhaiter une merveilleuse année 2023 qui, je l’espère, sera la fameuse lumière au bout du tunnel que nous rêvons tous d’apercevoir depuis mars 2020.

À propos de ce blogue

Je me suis lancé en affaires quelques jours après avoir gradué de l’Université de Montréal en science politique. Un peu par hasard, beaucoup par folie, je suis devenu entrepreneur sans trop savoir ce qui m’attendait. Bien que ma première expérience en affaires fut catastrophique, je suis tombé en amour avec l’entrepreneuriat. Aujourd’hui, je suis à la tête d’un des plus grand producteurs de spiritueux et prêt-à-boire en Amérique du Nord et ce ne sont pas les projets qui manquent! Depuis novembre 2015, je partage chaque semaine ici mes idées, mes opinions et ma vision sur le monde des affaires et les sujets de société qui m’interpellent. Bienvenu dans mon monde!

Nicolas Duvernois

Blogues similaires

Cinq secondes pour un destin

27/04/2022 | Anne Marcotte

BLOGUE INVITÉ. Même en temps de crise, on devrait toujours aller de l’avant en ne s’éloignant jamais de l’essentiel.

Serez-vous sobre en 2022?

BLOGUE INVITÉ. Avez-vous déjà réfléchi à l’impact environnemental de votre comportement numérique?

L’entrepreneur Big Brother?

16/11/2021 | Valérie Lesage

BLOGUE INVITÉ. Les outils informatiques qui analysent le travail des employés pourraient causer des problèmes.