Ce que Guy Crevier, le président de La Presse, avait à me dire sur l'avenir des médias et La Presse+

Publié le 02/10/2015 à 15:10

Ce que Guy Crevier, le président de La Presse, avait à me dire sur l'avenir des médias et La Presse+

Publié le 02/10/2015 à 15:10

JB : Est-ce que le trafic de LaPresse.ca s’est effondré depuis le lancement de La Presse+ ?

GC : Le trafic est resté stable. Moi, je considère que LaPresse.ca et La Presse Mobile compétitionnent plus Facebook et cie que La Presse+. En même temps, il n’y a pas d’engagement de la part des lecteurs. Les gens viennent dans la soirée pour voir des résultats sportifs, par exemple, mais ils ne restent pas. Quand tu n’as pas d’engagement, et que tu mets à la disposition de tes annonceurs le même genre d’annonces qu’on retrouve partout sur le Web, ton CPM est à 6,7, 10 $. C’est dans les CPM de Google ou de Facebook.

JB : C’est donc grâce un engagement accru que vous êtes capables d’imposer un CPM 5, 6 ou 7 fois plus cher sur La Presse+?

GC : On a trois fois plus d’interactions dans La Presse plus que sur n’importe quelle annonce qu’on offre pour le Web. On vend dans La Presse+ un CPM qui est égal à celui du papier, mais on est loin d’être là sur le Web. [Le CPM moyen de La Presse+ serait d’entre 40 et 50$.] C’est 29 milliards de dollars que les journaux ont perdus de 2006 à 2013 en Amérique du Nord. Pendant toute cette période, sur les sites Web d’informations, il s’est créé 700 millions de nouveaux revenus. Pourquoi ? C’est parce que ce ne sont pas des plateformes engageantes et qu’elles se trouvent à offrir le même genre de produit que Facebook.

JB : Je pense qu’on partage le même constat sur l’industrie des journaux, dont l’avenir n’est pas très, très rose. J’ai même l’impression que si tous les journaux vous suivaient, votre modèle aurait peut-être des chances de fonctionner. Mais la réalité, c’est que je peux accéder gratuitement à de nombreux articles de qualité sur le Web et que je ne me limite pas à une seule source. Je vais sûrement continuer à lire des articles de La Presse, mais je ne vais pas en faire ma seule source et passer 40 minutes par jour sur son app.

GC : Ce que je dois faire, ça m’apparaît assez simple; c’est de conserver une salle de nouvelles assez grande pour couvrir les nouvelles qui intéressent la communauté. On s’est départi de l’impression, car je veux plus être une industrie lourde, je veux être une compagnie de contenu et de commercialisation. Ce qu’on a fait, c’est qu’on a protégé notre salle de nouvelles et protégé notre équipe de ventes. Aujourd’hui, on protège aussi notre équipe de technologie. Car c’est sûr qu’il va falloir évoluer, il va falloir produire quelque chose pour les phablets [les téléphones intelligents surdimensionnés]. Apple TV sort un nouveau décodeur ; on veut aussi être là-dessus. Quand je regarde où on a mis nos efforts, je suis fier qu’on ait encore une salle de nouvelles de 280 personnes. On se dit que, si on est capable de produire des nouvelles de qualité, on risque de pouvoir continuer à produire de l’engagement dans le futur.

À propos de ce blogue

DE ZÉRO À UN MILLION est le blogue de Julien Brault, qui a fondé la start-up Hardbacon en juin 2016. L’ancien journaliste de Les Affaires relate ici chaque semaine comment il transforme une idée en entreprise. Dans ce blogue, Julien Brault dévoile notamment chaque semaine ses revenus. Une démarche sans précédent qui est cohérente avec les aspirations de Hardbacon, qui vise à aider les gens à investir intelligemment en faisant voler en éclat le tabou de l’argent. Ce blogue sera ainsi alimenté jusqu’à ce que Hardbacon, qui n’avait aucun revenu lors de la publication du premier billet, génère un million de dollars en revenu annuel.

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

Divulgation ESG: le Canada très en retard sur les États-Unis

04/09/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. La moitié des sociétés du S&P/TSX produit un rapport de type ESG, alors que 4/5 sociétés du S&P 500 le font.

Apprendre à tourner la page

Édition du 20 Janvier 2021 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. J’ ai une grande nouvelle que j’ai annoncée déjà il y a quelques jours sur notre site web.