Méfions-nous des «mini Trump»

Publié le 20/04/2018 à 14:50

Méfions-nous des «mini Trump»

Publié le 20/04/2018 à 14:50

Manifestation en Pologne. (Getty)

PODCAST. À l'instar de Viktor Orban, premier ministre hongrois, des dirigeants populistes font pencher l'échiquier politique d'Europe, tournant le dos à la mondialisation, au libre-échange, à l’Union. Bref, contre la démocratie libérale. Un risque non négligeable pour les investisseurs et exportateurs.




 


Poursuivre sur le sujet avec


Le populisme affaiblit
la démocratie européenne


 

À propos de ce blogue

Dans son analyse hebdomadaire Zoom sur le monde, François Normand traite des enjeux géopolitiques qui sont trop souvent sous-estimés par les investisseurs et les exportateurs. Journaliste au journal Les Affaires depuis 2000 (il était au Devoir auparavant), François est spécialisé en commerce international, en entrepreneuriat, en énergie & ressources naturelles, de même qu'en analyse géopolitique. François est historien de formation, en plus de détenir un certificat en journalisme de l’Université Laval. Il a réussi le Cours sur le commerce des valeurs mobilières au Canada (CCVM) de l’Institut canadien des valeurs mobilières et il a fait des études de 2e cycle en gestion des risques financiers à l’Université de Sherbrooke durant 15 mois. Actuellement, il est inscrit au MBA à temps partiel à l'Université de Sherbrooke. Depuis une vingtaine d’années, François a réalisé plusieurs stages de formation à l’étranger: stage à l’École supérieure de journalisme de Lille, en France (1996); stage auprès des institutions de l'Union européenne, à Bruxelles (2002); stage auprès des institutions de Hong Kong (2008); participation à l'International Visitor Leadership Program du State Department, aux États-Unis (2009). En 2007, il a remporté le 2e prix d'excellence Caisse de dépôt et placement du Québec - Merrill Lynch en journalisme économique et financier pour sa série « Exporter aux États-Unis ».

François Normand

Sur le même sujet

May laisse le choix au Parlement de reporter la date du Brexit

Mis à jour le 26/02/2019 | AFP

Mme May a répété qu’elle était personnellement opposée à ce report de la date prévue, le 29 mars.

Aucun tarif pour les entreprises canadiennes après un Brexit «dur»

Mis à jour le 12/03/2019 | François Normand

En entretien à Les Affaires, l'ambassadrice britannique explique le plan de match d'Ottawa et de Londres pour y arriver.