Augmenter son efficacité grâce au 4.0, le secret de Thyssenkrupp

Publié le 08/12/2017 à 09:00, mis à jour le 30/05/2018 à 16:25

Augmenter son efficacité grâce au 4.0, le secret de Thyssenkrupp

Publié le 08/12/2017 à 09:00, mis à jour le 30/05/2018 à 16:25

Avoir sous sa responsabilité la maintenance de plus de 1,2 million d’ascenseurs et escaliers roulants dans le monde pourrait représenter un défi colossal pour l’entreprise Thyssenkrupp. Pourtant, ce l’est beaucoup moins depuis qu’elle a adopté les principes de la maintenance 4.0.


Dans un monde où plus de 12 millions d’ascenseurs transportent plus d’un milliard de passagers par jour (et ça continue d’augmenter), Thyssenkrupp s’est donné comme mission de transformer son industrie à l’échelle internationale. Au printemps 2014, la division américaine de l’entreprise allemande s’est ainsi rendue à Seattle pour rencontrer une équipe de Microsoft.


« Nous leur avons demandé de nous aider à mettre au point un système afin d’améliorer la maintenance de nos équipements », explique Rory Smith directeur du développement stratégique pour les Amériques chez Thyssenkrupp. Il faut savoir, dit-il, que plus de 70% des problèmes rencontrés avec les ascenseurs sont causés par des portes qui bloquent. La question était donc de voir s’il était possible de mieux prévenir ces bris.


La création de MAX


La collaboration entre ces deux entreprises internationales s’est traduite par la création de MAX, le tout premier système Internet des objets (IoT) qui permet une maintenance en temps réel à l’aide de solutions préventives fournies par l’infonuagique, souligne M. Smith. Cet ingénieur de la Californie partagera justement ce bon coup de Thyssenkrupp lors d'un webinaire gratuit le 5 juin prochain à midi.


 « Collecte systématique d’informations par la voie de la connectivité, analyse des données recueillies par des algorithmes pour détecter de future panne, l’utilisation de la réalité virtuelle, incarnées par les lunettes HoloLens, pour faciliter les travaux de maintenance, les technologies fournies par Microsoft nous ont permis de passer à un mode préventif plutôt que réactif. »


Par exemple, à l’aide d’HoloLens, des appareils à réalité mixte, les techniciens de maintenance peuvent maintenant visualiser et identifier les problèmes avec les ascenseurs avant même d’effectuer le travail. Ils ont un accès mains libres aux informations techniques. Cette technologie, poursuit M. Smith, permet d'effectuer des interventions de service jusqu'à 4 fois plus rapides



Entretenir l’équipement à distance afin de réduire les temps d’arrêt


Grâce à la maintenance 4.0, les équipes de Thyssenkrupp sont en mesure désormais de prévenir les bris en suivant les données que fournissent les équipements, tels le nombre de kilomètres parcourus par les cabines, le nombre de fois que les portes ouvrent et ferment, les étages qui sont les plus utilisés, la température du moteur, la vitesse de la cabine. « Tout est transmis dans un tableau de bord qui offre aux techniciens des capacités de diagnostic instantanées et une visualisation des données. Ce qui en résulte deux alarmes. Une pour signaler un problème immédiat et une autre pour les événements qui sont stockés dans le système afin d’en faciliter la gestion », indique l’ingénieur.


En somme, toutes ces technologies aident actuellement Thyssenkrupp à réduire jusqu'à 50% le temps d'arrêt des ascenseurs. Ce qui est très apprécié par la clientèle. Un technicien d’ascenseur, tient à rappeler Rory Smith, coûte environ 100$ de l’heure…


 



Grâce à la maintenance 4.0, les équipes de Thyssenkrupp sont en mesure désormais de prévenir les bris en suivant les données que fournissent les équipements, tels le nombre de kilomètres parcourus par les cabines, le nombre de fois que les portes ouvrent et ferment, les étages qui sont les plus utilisés, la température du moteur, la vitesse de la cabine. « Tout est transmis dans un tableau de bord qui offre aux techniciens des capacités de diagnostic instantanées et une visualisation des données. Ce qui en résulte deux alarmes. Une pour signaler un problème immédiat et une autre pour les événements qui sont stockés dans le système afin d’en faciliter la gestion », indique l’ingénieur

À propos de ce blogue

En coulisses est le blogue des Événements Les Affaires. Nous vous proposons un accès privilégié aux meilleures pratiques de la communauté d’affaires québécoises qui sont partagées lors de nos conférences. Chaque semaine, nous discutons avec certains des gestionnaires qui ont accepté d’être conférenciers à nos événements, afin de vous présenter des idées concrètes pour vous aider dans votre réflexion et répondre à vos préoccupations d'affaires.

Sur le même sujet

N'essayez pas de miner le fact-checking, Facebook vous a à l'oeil

21/08/2018 | AFP

Les usagers qui signalent des informations qui paraissent fausses se voient attribuer une note de fiabilité de 0 à 1.

Ces clics qui font frémir les publicitaires

12/02/2018 | Catherine Charron

Les bots faussent les performances des publicités sur le web et font perdre de l'argent aux entreprises.