Les pros redeviennent prudents avant l'automne

Publié le 14/07/2020 à 16:02

Les pros redeviennent prudents avant l'automne

Publié le 14/07/2020 à 16:02

Les gros investisseurs se préparent à des turbulences si l’on se fie aux 188 clients mondiaux sondés par Bank of America Securities du 2 au 9 juillet.

Anticipant de mauvaises nouvelles d’ordre sanitaire, économique ou électoral, les gestionnaires de 570 milliards de dollars américains d’actif ont relevé leur encaisse de 4,7 à 4,9% en juillet.

En juin, les pros avaient le plus puisé dans leurs liquidités en 10 ans, rappelle la banque.

Cette proportion d'encaisse élevée indique que l’explosion récente de 40% des bourses mondiales ne suscite pas encore l’appât du gain propre aux sommets, suggère Michael Hartnett, stratège en chef de cette banque.

La part accordée aux actions en portefeuille est inférieure à la moyenne historique puisque 71% estiment que la Bourse est surévaluée. Seulement 5% des pros surpondèrent les actions.

La COVID-19 coiffe les autres risques

Bien que 72% prévoient une amélioration de l’économie mondiale (le plus haut taux depuis 2014), seulement 14% des investisseurs sondés prévoient une reprise rapide en «V» de l’économie, 44% entrevoient une récupération plus graduelle en «U» et 30% une reprise interrompue en «W».

Sans surprise, une deuxième vague d’infection de la COVID-19 est le principal risque cité par 54% des répondants, tandis qu’un vaccin renverserait ce risque tout comme la domination des titres de technologie.

Les élections américaines de novembre constituent le deuxième risque pour la Bourse à court terme, mais les pros s’en formalisent peu.

Un peu plus du tiers des répondants n’ont pas l’intention de modifier leur répartition en conséquence, 31% entendent réduire le risque global de leur portefeuille, 15% comptent miser sur une hausse de la volatilité et 13% vendent le dollar américain.

Les deux autres dangers cités concernent l’effet domino potentiel d’une défaillance de dette et des politiques budgétaires populistes pour enrayer l’inégalité.

Les États-Unis encore prisés, mais l’Europe attire l'attention

La répartition en actions américaines a baissé d’à peine 1%. Les États-Unis restent la région préférée: 21% des répondants surpondèrent cette région.

Quelque 74% des participants jugent que les titres américains de technologie sont trop populaires, la plus forte proportion dans l’histoire de ce sondage. Les autres placements prisés sont l’or, l’encaisse et les obligations de sociétés.

Les titres bancaires, de l’énergie et des services aux collectivités sont peu populaires.

La répartition accordée au secteur mondial de l’immobilier est aussi la plus faible de 2013.

Les pros affectionnent encore les secteurs de la santé et de la technologie ainsi que les actions américaines, l’encaisse et les obligations.

Par contre, l’énergie, les actions britanniques, les banques et les titres industriels restent impopulaires.


« Deux tendances émergent: les gros investisseurs font un retour aux ressources naturelles et aux actions européennes. »

Ils sont les plus nombreux à miser sur les ressources naturelles depuis 2011. Quelque 12% des répondants surpondèrent ce secteur.

Un investisseur sur cinq veut surpondérer l’Europe d’ici 12 mois, par rapport à 14% en juin.

Les prévisions de profits mondiaux augmentent: 36% prévoient un rebond des profits d’ici 12 mois. Il s’agit de la plus amérioration des attentes sur une période de trois mois depuis 2011.

Dans une forte proportion, 62% des chefs d’investissement réclament que les entreprises réduisent leur dette en priorité, avant de penser aux dépenses en capital. Seulement 9% d’entre eux veulent voir une hausse des rachats et des dividendes.

Après avoir pris connaissance de l’humeur des pros, Michael Hartnett, stratège américain en chef, entrevoit un marché en dents de scie tout au long de l’été. Les négociateurs les plus actifs peuvent transiger entre les bornes de 2950 et de 3250 pour le S&P 500.

 

 

À propos de ce blogue

La Sentinelle de la Bourse se veut un blogue pour les investisseurs qui s¹intéressent aux rouages de la Bourse et aux marchés financiers. Son objectif : surveiller et débusquer des repères financiers pertinents pour prendre le pouls des Bourses et ainsi mieux aiguiller les décisions de placement de l¹investisseur.

Dominique Beauchamp
Sujets liés

Économie , Bourse

Sur le même sujet

Une entrée en bourse plus ambitieuse que prévu pour l'Amazon russe

08:57 | AFP

L’introduction de Ozon sur le NASDAQ à New York est prévue plus tard dans la journée, à 10h30.

La Bourse de Francfort va dépoussiérer le DAX

08:12 | AFP

Les entreprises cotées au Dax «ressemble plus à un musée de l’industrie qu’à un centre d’innovation de l’économie».

Blogues similaires

Bourse: pourquoi Claret se tient loin du bal des prévisions annuelles

20/11/2020 | Denis Lalonde

BALADO. La société de gestion de portefeuille de placements Claret se tient loin du bal des prévisions annuelles.

Une chose est certaine : le futur est incertain

20/11/2020 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Je vous donne un exemple parmi d’autres: le titre de Couche-Tard.

ESG: des lettres qui ne veulent pas tout dire

Édition du 11 Novembre 2020 | Stéphane Rolland

ANALYSE. Parfois, les bonnes intentions peuvent être difficiles à mettre en action. L’acronyme ESG, ...