Nstein : bel exemple du piège des petites sociétés «prometteuses»

Publié le 23/02/2010 à 13:09

Nstein : bel exemple du piège des petites sociétés «prometteuses»

Publié le 23/02/2010 à 13:09

Blogue.

Bonne journée hier pour les actionnaires de Nstein Technologies. En effet, le titre a doublé à la suite de l’offre d’acquisition faite par Open Text.

Par contre, si vous regardez à plus long terme, les actionnaires de la société technologique ne roulent certes pas en Rolls Royce.

À peu près tout le monde a oublié que Nstein s’est vendu à 35$ en juillet 2000 (tenant compte d’un «reverse split » de 10 contre 1 en 2006). Dix ans plus tard, Open Text paie 98 % de moins!

Pourtant, ce n’est pas la croissance qui a manqué. Ses revenus dépassaient les 25 M$ en 2008 alors qu’elle n’avait aucune vente à son exercice 2000.

C’est vous dire l’enthousiasme de ceux qui ont payé plus de 30 $ pour un titre sans revenus, mais plein de promesses!

Le problème c’est que Nstein n’a jamais été rentable. Et, à long terme, promesse ou pas, si les profits ne sont pas là, vous ferez patate.

Voilà la leçon impitoyable de la Bourse : évitez comme la peste les sociétés prometteuses lorsque celles-ci ne font pas de profit.

Bernard Mooney

 

Blogues similaires

Canada Goose : le coup de froid

Édition du 26 Janvier 2019 | François Pouliot

CHRONIQUE. Le Canada a bon nom à l'étranger. Utilisons-le pour tenter de donner du levier à nos produits. Bonne ...

Shopify: prochaine victime de la malédiction boursière canadienne?

BLOGUE INVITE. Shopify est-elle différente des Nortel, Research in Motion, Valeant, Barrick Gold et autres?

Bourse: à la recherche du «nouveau normal»

ANALYSE. En attendant la Fed le 21 septembre, le duel entre l'inflation et l'économie soulève des débats.