Buffett: une grande leçon d'évaluation

Publié le 13/02/2012 à 22:15

Buffett: une grande leçon d'évaluation

Publié le 13/02/2012 à 22:15

BLOGUE. Le magazine Fortune publie un extrait de la lettre aux actionnaires du prochain rapport annuel de Berkshire Hathaway, écrite par Warren Buffett. Et ce dernier y va d’une autre grande leçon d’évaluation…

Le hasard a voulu que je lise cet extrait quelques minutes après avoir consulté un livre sur le marché immobilier («Faites de l’argent en immobilier avec l’argent des autres», de Jacques Lépine, Éditions Un monde différent). Dans ce livre, j’ai été particulièrement intéressé par les différentes approches utilisées pour évaluer un actif immobilier.

Il y a évidemment les ratios basés sur les revenus et les fonds générés, mais ceux-ci ne sont pas utiles lorsque l’immeuble ne procure pas de revenus, comme c’est le cas pour une maison unifamiliale par exemple.

Ce n’est pas parce qu’un actif ne génère pas d’argent qu’il ne vaut rien. Par exemple, une œuvre d’art ne procure aucun revenu. Pourtant bien des collectionneurs sont prêts à débourser beaucoup d’argent pour en acheter.

On peut aussi évaluer un actif en fonction de ses comparables, c’est-à-dire on compare l’immeuble à d’autres semblables qui se sont vendus récemment. Il faut compare des immeubles semblables dans des marchés semblables. C’est une façon d’avoir une idée de la valeur d’un immeuble.

C’est un peu ce que fait Warren Buffett dans son texte lorsqu’il démontre jusqu’à quel point l’or se vend à un prix élevé.

La méthode utilisée par M. Buffett est astucieuse. D’une part, il calcule la valeur de l’or qui a été produite et est en existence actuellement. On parle d’environ 170 000 tonnes métriques, soit un cube dont chaque côté aurait 68 pieds (en supposant qu’on coulerait tout cet or pour en faire un immense cube). Cet or, au cours de 1750$ US l’once, soit le prix au moment où M. Buffett a écrit son texte, vaut ainsi 9600 milliards de dollars (G$) US (tous les montants sont en US).

Avec cette somme, Warren Buffett calcule que vous pourriez acheter toutes les terres agricoles américaines (400 millions d’acres produisant des revenus de 200G$ par année), plus 16 Exxon Mobil (oui, 16 sociétés de la taille d’Exxon) dont chacune génère des bénéfices annuels de 40G$. Après ces achats, il vous resterait environ 1000 milliards (assez pour acheter deux Apple, mais M. Buffett ne le mentionne pas).

Maintenant, supposez que vous êtes investisseur et que vous avez le choix entre la première option (le cube d’or) et la deuxième option. Laquelle choisiriez-vous?

M. Buffett se met dans la situation de cet investisseur dans 100 ans. Celui qui aurait choisi la première option aurait toujours son cube de 170 000 tonnes d’or et rien d’autre. Celui qui aurait fait le deuxième choix aurait profité de la quantité phénoménale de blé, de mais, de coton, etc. produite par les terres agricoles et aurait probablement encaissé des milliers de milliards de dollars en dividendes provenant des 16 Exxon sans oublier qu’il serait propriétaire des actifs des Exxon valant plusieurs milliers de milliards de dollars…

Cela donne une bonne idée de jusqu’à quel point l’or est un actif ridiculement surévalué!

Greater Fool

La clé c’est de comprendre que celui qui achète de l’or le fait dans l’espoir de le revendre à quelqu’un qui acceptera de l’acheter à un prix plus élevé. C’est sa seule raison parce que l’or ne produit rien, n’oubliez pas. L’or ne s’apprécie pas parce qu’il génère des bénéfices; il s’apprécie quand une personne accepte de payer plus cher. Cette personne, elle, spécule qu’elle pourra le revendre à encore quelqu’un d’autre acceptant de payer un prix encore plus élevé (The Greater Fool Theory en action).

Le fait que ce phénomène se poursuive excite bien des gens et les motive à faire grimper les prix encore davantage. Jusqu’à quand? On ne le sait pas.

Mais l’histoire financière démontre avec éloquence que lorsque ce mouvement se brise, hum, la dégringolade est loin d’être agréable.

Warren Buffett mentionne dans son article les exemples des titres Internet et de l’immobilier résidentiel américain, deux exemples assez récents de bulles qui ont explosé au visage de bien des gens. Le fait qu’il les mentionne dans un article publié dans un magazine comme Fortune me fait penser qu’il est vraiment convaincu que l’or est dans une dangereuse bulle.

Je sais que bien des gens se sont réfugiés dans le métal précieux depuis quelques années. Je sais aussi que ces gens auront tendance à ne pas prendre au sérieux l’avertissement de Warren Buffett.

Croyez-moi toutefois lorsque je vous dis que c’est UNE GRAVE ERREUR.

Bernard Mooney

 

Blogues similaires

Canada Goose : le coup de froid

Édition du 26 Janvier 2019 | François Pouliot

CHRONIQUE. Le Canada a bon nom à l'étranger. Utilisons-le pour tenter de donner du levier à nos produits. Bonne ...

Shopify: prochaine victime de la malédiction boursière canadienne?

BLOGUE INVITE. Shopify est-elle différente des Nortel, Research in Motion, Valeant, Barrick Gold et autres?

Le rallye de fin d'année est déjà enclenché

Édition du 27 Octobre 2021 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. Rien ne semble arrêter le mouvement haussier.