Pour des grands projets informatiques qui gardent le cap

Publié le 02/03/2013 à 00:00

Pour des grands projets informatiques qui gardent le cap

Publié le 02/03/2013 à 00:00

Par J.B.

Moins de deux ans après avoir accédé au poste de pdg d'Alithis, le bilan des réalisations de Paul Raymond est déjà impressionnant. L'ancien officier de l'armée canadienne, qui a obtenu son diplôme de génie informatique au Collège militaire royal de Saint-Jean, semble avoir imposé une nouvelle cadence à son équipe.

Depuis son entrée en fonction, la firme de consultation spécialisée en TI a fait l'acquisition de la Québécoise Sinapse et ouvert des bureaux satellites au Canada anglais, aux États-Unis et en Europe. Durant cette période, l'entreprise a doublé son nombre d'employés, franchissant la barre des 500, tandis que son chiffre d'affaires annuel a franchi celle des 65 millions de dollars.

Fondée sous le nom de CIA en 1992, l'entreprise a été absorbée par CGI au fil des ans, avant que cette dernière ne vende sa participation majoritaire dans l'entreprise en 2011. Paul Raymond, qui a occupé plusieurs postes de gestionnaire chez CGI entre 1993 et 2010, voulait se lancer dans les affaires lorsqu'il a appris que CGI cherchait à se départir de CIA. Sautant sur l'occasion, il en a fait l'acquisition, avec le fondateur de l'entreprise Ghyslain Rivard et d'autres employés.

Afin de faciliter son incursion dans de nouveaux marchés, l'entreprise a entre-temps adopté le nom d'Alithis, qui signifie «vrai» en grec. Un nom sans aucun doute moins trompeur que le nom CIA, qu'elle partageait avec la célèbre agence de renseignements américaine : «Le nom était simplement inutilisable aux États-Unis», reconnaît Paul Raymond.

Aller là où se trouve la clientèle

Néanmoins, Paul Raymond mise avant tout sur le marché canadien pour soutenir la croissance d'Alithis : «Lorsqu'on ouvre un bureau comme on l'a fait à Boston, c'est parce que les besoins de notre clientèle actuelle le justifient, et non un pari sur notre capacité à recruter de nouveaux clients une fois sur place.»

Paul Raymond vise à gagner des parts de marché localement grâce à l'expertise de son entreprise en TI et en gestion. Cette double spécialisation permettrait aux consultants d'Alithis d'éviter à leurs clients des faux pas très coûteux : «On parle beaucoup des échecs dans les grands projets informatiques, mais dans 99 % des cas, ce n'est pas le choix technologique qui est en cause, mais la politique interne ou un problème de communication», explique-t-il. Avec un ancien officier à la barre, il serait surprenant qu'Alithis n'ait pas, pour sa part, une chaîne de commandement efficace.

À la une

Cinq prévisions pour l'immobilier et le bois en 2023

ANALYSE. Fastmarkets vient de publier cinq prévisions qui affecteront plusieurs entreprises au Québec.

Elon Musk déclaré non coupable de fraude pour ses tweets sur l’action Tesla

03/02/2023 | AFP

Elon Musk a été déclaré non coupable de fraude pour ses tweets sur l’action Tesla.

Robert Miller, visé par des allégations, quitte la direction de Future Electronics

Radio-Canada a rapporté des allégations selon lesquelles il aurait payé des mineures pour des relations sexuelles.