Suzanne Gagnon, le cerveau aux commandes du laurie raphaël

Publié le 17/11/2012 à 00:00

Suzanne Gagnon, le cerveau aux commandes du laurie raphaël

Publié le 17/11/2012 à 00:00

Suzanne Gagnon a beau prétendre qu'elle fait un meilleur rosbif que son célèbre mari, le chef Daniel Vézina, elle sait très bien que ce n'est pas elle qui remplit le laurie raphaël de Québec et de Montréal, deux des meilleurs restaurants du Québec. «Mais c'est moi qui conduis l'autobus !» dit-elle sans détour.

Suzanne Gagnon et Daniel Vézina, de Québec, formaient un couple alors qu'ils n'avaient encore que 16 et 18 ans. «Ce qui m'avait frappé chez lui, c'est qu'il était déjà convaincu qu'il deviendrait un grand chef, raconte Mme Gagnon, une verbomotrice hyperactive. Moi, j'avais la certitude que je ne travaillerais jamais avec lui.»

Secrétaire juridique, la jeune femme rêvait plutôt de devenir directrice de banque. «Je me voyais avec ma mallette distribuer des prêts à tout le monde», dit-elle avec humour.

Après avoir sillonné les routes de l'Amérique du Nord pendant un an, le couple revient à Québec. Son mari travaillant le soir dans un restaurant, la jeune femme combat l'ennui en suivant des cours à l'université : gestion, marketing, histoire, vente, etc.

En 1990, Daniel Vézina tombe sur un petit local vacant rue du Sault-au-Matelot, à Québec. Il a l'intuition que ce local lui est destiné, mais il n'a aucune idée de la façon de s'y prendre. Enceinte de leur deuxième enfant, Mme Gagnon se laisse prendre au jeu : «Je vais monter ton dossier et chercher du financement», lui dit-elle. Quelques mois plus tard, en 1991, le restaurant laurie raphaël, du nom de leurs deux enfants, ouvre ses portes.

La gastronomie québécoise n'est pas encore à la mode à cette époque. «Les cinq premières années ont été très difficiles», affirme Mme Gagnon, 49 ans, qui, après réflexion, n'est pas certaine que les 16 années suivantes ont été plus faciles.

Avec une marge de profit de 4 à 5 % sur un chiffre d'affaires de 4,2 millions de dollars pour les deux restaurants, la moindre erreur de gestion peut être lourde de conséquences. «Nous travaillons avec des denrées périssables, explique l'entrepreneure. Si vous achetez 100 kilos de foie gras et qu'il y a moins de clients dans votre restaurant cette semaine-là, vous avez un sérieux problème.»

Mais la clé pour réussir dans la restauration reste, selon elle, la gestion des heures travaillées. «Ça prend du génie ! Si un groupe de 50 touristes japonais a réservé au restaurant de Montréal [ouvert en 2007], il faut que je m'assure qu'il y aura assez d'employés pour offrir la qualité de service qui va avec notre réputation, mais juste le temps qu'il faut. En plus, si je veux garder mes employés, il faut que je m'arrange pour les faire travailler suffisamment.» La main-d'oeuvre représente 40 % du chiffre d'affaires.

Mme Gagnon est de plus devenue l'agente de son mari. C'est elle qui négocie ses contrats avec Radio-Canada (Les Chefs), une activité beaucoup plus payante que les restaurants.

La femme d'affaires se souvient aussi que, pour le premier livre de recettes de son mari, les éditeurs offraient si peu qu'elle a décidé de l'éditer à compte d'auteur. «Rien ne me fait peur ! La vision stratégique, l'intuition et le courage d'agir, c'est moi ! Il faut dire que j'ai un bon cheval de course.»

À court terme, le projet qui tient le plus à coeur Mme Gagnon est le transfert de l'entreprise familiale à son fils Raphaël, chef de cuisine à Québec. «Ça fait un an que je me forme à ce sujet.»

Depuis plusieurs mois, elle se familiarise avec les médias sociaux. «J'ai des choses à expliquer aux consommateurs, par exemple pourquoi notre saumon biologique est plus cher que le saumon de l'Atlantique. Je veux aussi positionner laurie raphaël comme un leader du terroir québécois.»

PROFIL

Immeubles Sudan, propriété à parts égales de Suzanne Gagnon et Daniel Vézina, c'est :

> Les restaurants laurie raphaël de Québec et de Montréal, qui emploient 84 personnes

> Le condo qui abrite le laurie raphaël de Québec

> Deux boutiques de produits du terroir

> Une école de cuisine à Québec

> Des centaines d'émissions de télévision

lesaffaires.com

Voyez la vidéo de notre Personnalité d'affaires au féminin sur lesaffaires.com/videos.

Retrouvez-la aussi à la télévision, à RDI, lundi prochain entre 18 h 30 et 19 h.

À la une

Bourse: Wall Street termine sur une note contrastée, après une semaine agitée

Mis à jour à 17:08 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en baisse pour une 3e semaine consécutive.

À surveiller: BlackBerry, Apple et Tourmaline

Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement.

Bourse: partie remise pour la Longueuilloise KDC/One?

ANALYSE. Michael Salzillo cite la «volatilité» des marchés pour expliquer sa marche arrière.