Pourquoi lancer une entreprise en 2011 ?

Publié le 22/01/2011 à 00:00, mis à jour le 28/01/2011 à 13:35

Pourquoi lancer une entreprise en 2011 ?

Publié le 22/01/2011 à 00:00, mis à jour le 28/01/2011 à 13:35

Par Martine Turenne

Saku Tuominen, président fondateur d'Idealist Group, de Helsinki, en Finlande, une entreprise qui produit des idées


" C'est une période fantastique pour lancer une entreprise. Les possibilités sont immenses. Le monde est plus relié que jamais et n'importe qui, au Québec, peut échanger avec quelqu'un en Ukraine ou en Finlande. On s'aperçoit que des sociétés comme Google, Facebook ou Foursquare ont gagné des parts de marché extraordinaires sans l'appui d'aucune grande entreprise aux ressources et aux budgets marketing illimités. Cela aurait été impensable il y a 10 ans. Bien sûr, il y a un revers : la concurrence n'a jamais été aussi féroce, puisqu'elle vient de partout. Vous devez être différent si vous voulez réussir. "


Dany Leclerc, président de Sans-zo


" Je me suis lancé en affaires, il y a deux ans, par besoin d'aventure, de dépassement et pour relever des défis que peu de gens osent relever. J'avais un très bon emploi, stable, je vendais des planchers de bois francs, et un bon salaire, une voiture, etc. En compagnie de mes deux associés, on est partis de rien : j'ai parcouru le Québec, la voiture remplie de liquide lave-auto sans eau, venu de Californie. Les gens riaient de nous. Il faut être patient. Et être prêt à souffrir. J'ai passé un an sans salaire ! Mais ça débloque : on vient de conclure une entente avec les quelque 200 Walmart du pays. "


Claude Ananou, chargé de formation au Service de l'enseignement du management de HEC Montréal


" En 2011, ça n'a jamais été aussi simple de lancer une entreprise, en raison de la facilité de communiquer et de s'informer : Internet et ses moteurs de recherche donnent accès à des masses d'informations. On peut lancer une entreprise à moindre coût. La curiosité, que j'estime à la base de toute démarche entrepreneuriale, n'a jamais été aussi facile à satisfaire. Grâce à cette facilité de communication, les entreprises peuvent être hyper-nichées. De Montréal, je peux avoir quelques clients un peu partout dans le monde, et cela va suffire. C'était impensable il y a 10 ans. "


Yvon Gasse, titulaire de la Chaire en entrepreneuriat et innovation de l'Université Laval


" En 2011, le taux de chômage est bas, ce n'est donc pas de l'entrepreneuriat de nécessité. Les gens se lancent en affaires pour relever un défi, accomplir quelque chose, se réaliser, être leur propre patron... Être indépendant et maître de son temps, ce sont d'importantes motivations en 2011. Il y a l'argent aussi, la chance de devenir plus riche, d'être respecté par son entourage. "


Propos recueillis par Martine Turenne

À suivre dans cette section


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Jacynthe René: un nouveau rôle qui a changé sa vie

Édition de Avril 2019 | Claudine Hébert

La comédienne Jacynthe René n'attend plus que les maisons de production lui confient des rôles pour gagner sa vie. ...

À la une: notre spécial transformation numérique

Édition du 20 Avril 2019 | Les Affaires

En manchette cette semaine, notre spécial transformation numérique.

À la une

À surveiller: Caterpillar, Teck Resources et Cenovus

08:39 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Caterpillar, Teck Resources et Cenovus ? Voici quelques recommandations qui pourraient ...

Huawei et la 5G au Canada : «imposez une norme, qu'on la respecte»

BLOGUE. La propriété intellectuelle créée au Canada restera au Canada, promet en outre le fabricant chinois.