Pointe-Saint-Charles, nouvel Eldorado de l'investisseur immobilier

Publié le 12/06/2010 à 00:00

Pointe-Saint-Charles, nouvel Eldorado de l'investisseur immobilier

Publié le 12/06/2010 à 00:00

Par André Dubuc

Vieille bicoque à rénover, maximum de 15 pieds de façade en brique, qui donne directement sur le trottoir, murs mitoyens des deux côtés, deux étages sans sous-sol, pas de terrain, vendue pour 303 000 $ en juin 2009. Bienvenue à Pointe-Saint-Charles, nouvel Eldorado immobilier.

Quartier habité à l'origine par des ouvriers irlandais, longtemps réputé pour ses émeutes le soir de la fête de la Reine (aujourd'hui fête des Patriotes), sa pauvreté endémique et le dynamisme de ses groupes communautaires - le premier CLSC du Québec, la Clinique communautaire de Pointe-Saint-Charles, y a vu le jour -, le secteur situé au sud-ouest du centre-ville, enclavé entre le canal de Lachine, la gare de triage du Canadien National et l'autoroute 15 est devenu un havre recherché des acheteurs de maisons.

" Les prix des maisons sont moins chers que dans les autres quartiers centraux ", dit Patrick Marmen, enseignant au collégial et heureux papa d'un p'tit bout de chou de deux mois. Il a payé 292 500 $ à la fin d'août 2009 pour une maison en rangée datant de la fin du 19e siècle, rue du Grand-Trunk.

" On peut y avoir une maison pour le prix d'un condo sur le Plateau ", dit celui qui demeurait auparavant dans le quartier Villeray.

Dix mois après l'achat, M. Marmen dit apprécier l'esprit de village qui règne dans le quartier. Il trouve ce dont il a besoin dans les commerces de la rue Notre-Dame, dans la Petite-Bourgogne.

À proximité du centre-ville

" Cela fait dix ans que j'habite le quartier. Je ne me suis jamais fait cambrioler et je n'ai jamais eu peur d'y vivre ", dit Catherine Resch, directrice de comptes, qui veut faire taire les mauvaises langues. Elle loge rue Favard, au sud de Wellington.

" Mes deux enfants vont à l'école de quartier [Jeanne-Le Ber]. C'est une école formidable où il y a beaucoup de ressources. "

La station de métro Charlevoix, le centre-ville à sept minutes en voiture, l'accès aux grands axes routiers et la réouverture du canal Lachine à la navigation joue en faveur de la Pointe, croit Alain Gauthier, copropriétaire de la Taverne Magnan, une institution familiale qui y a pignon depuis 1932.

Peggie Hopkins, agente chez Re/Max, vend des maisons dans Pointe-Saint-Charles depuis 24 ans. " En 2000, les maisons se vendaient moins de 100 000 $ ", se rappelle-t-elle. Dix ans plus tard, les plus chères se vendent plus d'un demi-million de dollars, comme le 2625, rue Rushbrooke ou le 2716, rue Saint-Charles.

Selon une analyse de la firme JLR Recherche immobilière portant sur les transactions de 2009, les maisons se sont vendues 77 % plus cher que l'évaluation municipale, alors que l'écart se situe autour de 23 % sur l'île de Montréal.

Signe indéniable que le quartier se transforme, ses résidents s'enrichissent. Le revenu a progressé de 8 191 $ ou de 26,2 % de 2001 à 2006, parmi les plus fortes hausses observées sur l'île. C'est ce qu'a analysé la division Sigma de la firme Optima marketing, de Laval, en se fondant sur le recensement fédéral.

Construction neuve

Pendant la même période, la population a crû de 5,5 % pour atteindre 14 000 habitants. " Nous avons de la place à Pointe-Saint-Charles et dans le Sud-Ouest, ce que n'ont pas nécessairement les autres quartiers ", dit Sophie Thiébaut, conseillère d'arrondissement pour Saint-Henri- Petite-Bourgogne-Pointe-Saint-Charles.

Deux exemples : les propriétaires du complexe Le Nordelec prévoient aménager un millier de condos dans le secteur au cours des prochaines années. Samcon y construit actuellement 108 copropriétés aux Jardins Bourgeoys, rue Le Ber, sur les anciens terrains du CN, qui appartiennent au Groupe Mach.

andre.dubuc@transcontinental.ca

À suivre dans cette section

À la une

Déclin de 13% des énergies vertes en 2020, selon l’AIÉ

04/06/2020 | François Normand

Le secteur ralentit globalement, mais il y a deux gros marchés qui continueront de croître en 2020 malgré la pandémie.

Legault s'inquiète de l'avenir d'Air Transat

L’incertitude au sujet de l’avenir du transport aérien Air Transat inquiète le premier ministre du Québec.

Sail ferme six magasins, 500 emplois touchés

Sail Plein Air ferme entre autres ses quatre établissements Sportium au Québec.