Diversification en obligations internationales, non merci !

Publié le 26/11/2011 à 00:00

Diversification en obligations internationales, non merci !

Publié le 26/11/2011 à 00:00

En quête de coupons plus élevés pour accroître vos revenus ? Investir en obligations d'une autre devise n'est rien d'autre que de la spéculation sur le taux de change. Une obligation traditionnelle en monnaie locale peut générer un rendement grâce à son coupon et temporairement sur le prix si les taux baissent. Sortez de votre monnaie, et le mouvement du taux de change pourra, en un clin d'&#339il, effacer tous ces rendements. Certains vous recommanderont aussi de vous diriger vers les obligations de pays émergents. Le risque n'en vaut pas la chandelle. Vous juxtaposerez alors un risque de crédit non négligeable. En plus de réduire la volatilité d'un portefeuille, le rôle de la partie obligataire est essentiellement de générer du revenu. À moins d'avoir besoin de revenus dans une autre monnaie (par exemple, en dollars américains pour les hivernants), un placement dans une obligation d'une autre devise s'approche plus de la spéculation que de l'investissement. Trompez-vous sur la direction du taux de change et, au lieu d'en faire votre miel, vous pourrez être fauché comme les blés.

Jean-Paul Giacometti est gestionnaire de portefeuille à la Corporation gestion de placements Claret.

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

À la une

Quel est le plan B pour nos héros du système de santé?

Il y a 50 minutes | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. C'est qu'ils sont plus fragiles que ce qu'on croit, selon une étude cosignée par un chercheur de McGill.

COVID-19: profiter de la crise pour se réinventer

Il y a 50 minutes | Denis Lalonde

«J'ai pris mes meilleures décisions en temps de crise», dit Marion Duchesne, PDG de Mediaclip.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture lundi

Il y a 26 minutes | LesAffaires.com et AFP

L’espoir de voir l’Europe se diriger vers un possible pic du coronavirus redonnant de l’énergie.