Diversification en obligations internationales, non merci !

Publié le 26/11/2011 à 00:00

Diversification en obligations internationales, non merci !

Publié le 26/11/2011 à 00:00

En quête de coupons plus élevés pour accroître vos revenus ? Investir en obligations d'une autre devise n'est rien d'autre que de la spéculation sur le taux de change. Une obligation traditionnelle en monnaie locale peut générer un rendement grâce à son coupon et temporairement sur le prix si les taux baissent. Sortez de votre monnaie, et le mouvement du taux de change pourra, en un clin d'&#339il, effacer tous ces rendements. Certains vous recommanderont aussi de vous diriger vers les obligations de pays émergents. Le risque n'en vaut pas la chandelle. Vous juxtaposerez alors un risque de crédit non négligeable. En plus de réduire la volatilité d'un portefeuille, le rôle de la partie obligataire est essentiellement de générer du revenu. À moins d'avoir besoin de revenus dans une autre monnaie (par exemple, en dollars américains pour les hivernants), un placement dans une obligation d'une autre devise s'approche plus de la spéculation que de l'investissement. Trompez-vous sur la direction du taux de change et, au lieu d'en faire votre miel, vous pourrez être fauché comme les blés.

Jean-Paul Giacometti est gestionnaire de portefeuille à la Corporation gestion de placements Claret.

À la une

Il faut concentrer les investissements en R-D, dit le Conseil de l’innovation du Québec

24/04/2024 | Emmanuel Martinez

L’État devrait davantage concentrer les investissements en R-D dans certains secteurs, selon le Conseil de l’innovation.

Repreneuriat: des employés au rendez-vous

23/04/2024 | Emmanuel Martinez

REPRENEURIAT. Le taux de survie des coopératives est bien meilleur que celui des entreprises privées.

De nouvelles règles fiscales favorisent le repreneuriat familial

Édition du 10 Avril 2024 | Emmanuel Martinez

REPRENEURIAT. Elles devraient stimuler le transfert d'entreprise à des proches.