Bell prend fait et cause pour la santé mentale

Publié le 19/02/2011 à 00:00

Bell prend fait et cause pour la santé mentale

Publié le 19/02/2011 à 00:00

La maladie mentale est vraiment l'affaire de tous. C'est le message que veut transmettre Bell avec sa campagne " Bell cause pour la cause ", mettant en vedette la patineuse Clara Hughes qui a souffert de dépression avant de connaître ses succès olympiques.

Lancée à la mi-janvier, la campagne a atteint son point culminant le 9 février, alors que le géant canadien des communications a versé cinq cents par appel interurbain et message texte envoyés par ses clients à des pro- grammes de soutien à la santé mentale.

Investissement : 50 millions de dollars sur cinq ans, le plus important montant jamais consacré par une entreprise privée à la santé mentale. Bell Canada est le premier employeur du Canada à épouser cette cause de façon aussi marquée.

" Personne n'ose parler des maladies mentales. Pourtant, elles sont à la fois les plus envahissantes et les moins financées du Canada ", explique le président de l'entreprise, George Cope, en entrevue par courriel. Il ajoute : " En tant que dirigeant d'entreprise, je ne peux pas ignorer que chaque jour, un demi-million de Canadiens s'absentent du travail à cause de problèmes de santé mentale et que cela coûte 51 milliards en perte de productivité. Ces chiffres sont énormes. " M. Cope connaît personnellement les effets dévastateurs des maladies mentales mal soignées : sa mère a souffert de dépression.

La campagne ne se limite pas à des relations publiques; elle prévoit aussi de la formation en entreprise et du financement pour de la recherche.

Au Québec, Bell s'est associée à la Fondation Jeunesse-Vie (créée par Serge Godin, président exécutif du conseil du Groupe CGI) pour financer le Centre de recherche Fernand-Seguin de l'Hôpital Louis-H. Lafontaine.

Lutter contre la stigmatisation

Bell Canada a recruté Mary Deacon, ex-présidente de la fondation du Centre de toxicomanie et de santé mentale de Toronto, pour diriger son initiative en santé mentale. " Les entreprises trouvent toujours d'autres causes plus importantes à soutenir quand elles veulent jouer au bon citoyen corporatif : le cancer, les enfants malades, l'eau, le décrochage scolaire, etc. Le lien entre leur mission et la santé mentale n'est pas toujours facile à faire. Mais chez Bell, cela s'est imposé naturellement. La première façon de lutter contre la stigmatisation des maladies mentales, c'est d'en parler. Or, Bell Canada est une entreprise de communication ", explique Mme Deacon.

Bell veut être la première à adopter les meilleures pratiques en santé mentale au travail et souhaite servir de modèle.

En plus d'une campagne contre la stigmatisation menée auprès de ses employés, elle a mis sur pied cet automne une formation obligatoire de trois heures qui sera donnée à 1 000 de ses gestionnaires. Objectif : apprendre à déceler les signes annonciateurs de problèmes de santé mentale chez les employés et fournir des outils pour les résoudre.

" Nous voulons encourager nos leaders et nos employés à avoir une conversation beaucoup plus franche et ouverte sur la santé mentale, indique George Cope. Notre programme a également comme objectif de mieux outiller nos cadres dans la gestion des incidents qui pourraient survenir. "

Bell prévoit étoffer l'équipe de répondants de son programme d'aide aux employés. Elle compte revoir et améliorer le programme de retour au travail à la suite d'un congé de maladie lié à un problème de santé mentale.

C'est tout de même ironique que Bell Canada joue un rôle de pionnier dans ce dossier : une de ses filiales, Bell Mobilité, a fait l'objet d'une importante poursuite en Ontario, en 2008 (lire notre texte principal, en page 12). " Bell Canada n'est ni pire ni meilleure qu'une autre entreprise ", commente Mme Deacon. " Notre intérêt envers la santé mentale est beaucoup plus large qu'un ensemble de circonstances isolées, qui se sont déroulées il y a déjà plusieurs années ", ajoute M. Cope.

3,3 Somme, en millions de dollars, versée par Bell à l'occasion de la Journée Bell Cause pour la cause, le 9 février. Plus de 66 millions de messages textes et appels interurbains ont été effectués. Le géant des télécommunications a versé cette somme à des programmesde soutien à la santé mentale. Source : Bell

À suivre dans cette section


image

DevOps

Mercredi 09 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 26 janvier


image

Sommet en finance

Jeudi 11 février


image

Contrats publics

Mardi 09 mars

À la une

Le projet Énergie Saguenay a-t-il un avenir à long terme?

27/11/2020 | François Normand

ANALYSE — Le marché de l'énergie mute en Europe et en Asie, ce qui pourrait limiter la demande pour du GNL du Québec.

COVID-19: un général va coordonner la distribution des vaccins au Canada

27/11/2020 | AFP

Un général ayant dirigé les forces de l'OTAN en Irak coordonnera la distribution des vaccins contre la COVID au Canada.

Le prix des propriétés bondit dans la RMR de Montréal

27/11/2020 | Joanie Fontaine

BLOGUE INVITÉ. Les banlieues ont la cote en 2020 et l'intérêt pour les copropriétés sur l'île de Montréal diminue.