AP INDUSTRIES, DE LAURIER-STATION

Publié le 25/06/2011 à 00:00

AP INDUSTRIES, DE LAURIER-STATION

Publié le 25/06/2011 à 00:00

AP Industries a dû se lever de bonne heure pour rester dans nos chambres à coucher. Plusieurs manufacturiers québécois sont tombés au combat ces dernières années, à cause de la conquête du marché du meuble entreprise par les Asiatiques, de la parité du dollar canadien par rapport à la devise américaine et de la récession de 2008. Bien qu'elle ait subi un régime amaigrissant, l'entreprise de Laurier-Station, dans Lotbinière, est parvenue à surmonter les obstacles en misant sur la qualité et sur des produits distinctifs dans la catégorie moyen-haut de gamme.

" La chance qu'on a eue a été de perdre de gros clients dès l'arrivée de concurrents asiatiques, en 2003. Cette perte nous a forcés à nous réorienter rapidement ; il fallait se distinguer ", explique le président, Daniel Benjamin.

Se distinguer par une qualité supérieure. Oubliez les tiroirs qui grincent et la mélamine : les lits et les meubles de chambre à coucher d'AP Industries sont fabriqués uniquement en bois de merisier. L'entreprise, qui emploie 150 travailleurs, offre aussi une grande variété de collections et de couleurs. Et elle peut répondre aux besoins spécifiques des détaillants dans des délais assez rapides, alors que les usines chinoises n'ont pas cette flexibilité.

Au milieu des années 2000, AP Industries a ainsi pu générer une croissance de 30 à 35 % par année dans le marché intérieur. Sa solidité au Canada, avec une présence chez tous les grands détaillants de meubles, lui a permis de tenir le coup quand la valeur du huard a progressé et que les États-Unis ont sombré dans la récession. N'empêche qu'aujourd'hui, les possibilités de développement sont au sud de la frontière et que le risque de perdre l'avantage concurrentiel du dollar est grand.

" Mais il reste que les consommateurs sont plus sensibles à la qualité qu'auparavant. Après avoir acheté des produits bon marché, qui se sont cassés au bout de deux ou trois ans, ils sont prêts à investir dans des meubles qui vont durer ", souligne le vice-président aux ventes, Ken Loh.

Mettre l'accent sur le fait qu'on fabrique tout au Québec (hormis les lits de bébés et les lits superposés) est un argument clé auprès des détaillants. C'est un gage de qualité. Mais il y a plus : AP Industries est le seul fabricant nord-américain de meubles de chambre à coucher certifié ISO 9001.

" Cette seule information définit notre efficience et notre qualité ", précise M. Loh. Il ajoute que l'entreprise s'est aussi engagée dans un processus de production allégée (lean manufacturing), il y a quatre ans. Cela a permis d'augmenter l'efficacité de 15 %.

Le prochain objectif est de devenir le premier fabricant de meubles à n'utiliser que des teintures à base d'eau. D'ici un an, AP Industries veut arriver à une production entièrement écologique.

18 000

Nombre d'emplois dans le secteur du meuble au Québec en 2010. On en comptait 30 000 en 2006.

Source : Association des fabricants de meubles du Québec.

Même si ce n'est pas facile, il s'en fabrique encore des choses ici ! Les Affaires a rencontré sept entrepreneurs d'un peu partout au Québec qui multiplient les acrobaties pour continuer de produire localement. Des sources d'inspiration. Arpentant leur usine, ces passionnés nous expliquent pourquoi ils résistent à la tentation de l'Asie. Surtout, ils nous disent comment ils réussissent à le faire sans sombrer dans le rouge.

À la une

1T: Meta dépasse les attentes avec 12,4G$US de profits

Il y a 59 minutes | AFP

Le marché est enthousiasmé par les perspectives du groupe américain dans l'IA.

1T: Rogers annonce une chute de 50% de son bénéfice

Mis à jour à 13:45 | La Presse Canadienne

L'entreprise a dû faire face à des coûts plus élevés liés à ses efforts d'acquisition et de restructuration de Shaw.

1T: Boeing affectés par ses problèmes de production, mais moins que prévu

Mis à jour il y a 43 minutes | AFP

Boeing a annoncé mercredi une perte de 343M$US au premier trimestre.