Vidéotron: vendre du spectre pour financer les Nordiques?

Publié le 13/08/2015 à 12:03

Vidéotron: vendre du spectre pour financer les Nordiques?

Publié le 13/08/2015 à 12:03

Par Denis Lalonde

La présidente et chef de la direction de Vidéotron, Manon Brouillette. (Photo: Vidéotron)

La présidente et chef de la direction de Vidéotron, Manon Brouillette, n'a pas voulu dévoiler la stratégie de Québecor dans le dossier de l’acquisition d’une franchise de la Ligue nationale de hockey (LNH). 

Interrogée à savoir si Vidéotron examinait la possibilité de vendre des blocs de spectre de téléphonie mobile pour financer l’achat d’une franchise de la LNH, la dirigeante est demeurée évasive: «On ne peut pas spéculer là-dessus et on examine toutes les avenues. Nous sommes contents de nos achats de spectre dans le reste du Canada. Il s’agit d’actifs de grande valeur, pour nous ou pour une autre entreprise», dit-elle.

Mme Brouillette n’avait pas de nouvelles informations sur les projets d’expansion canadienne de Vidéotron dans le secteur de la téléphonie mobile, se limitant à dire que la société suivait le dossier de la vente de Wind Mobile de près. «Nous continuons de faire nos devoirs», affirme-t-elle.

Du nouveau en télé

La dirigeante a fourni ces explications en marge du lancement d’un nouvel enregistreur 4K (ou ultra haute définition) qui serait, selon Vidéotron, quatre fois plus puissant que les actuels enregistreurs HD. 

«Même si peu de gens ont un téléviseur 4K à ce jour, de nombreux éléments ont influencé notre décision de lancer un enregistreur compatible avec l’UHD. La boîte rehausse aussi l’expérience de visionnement des propriétaires de téléviseurs HD et standard. La vitesse de navigation est quatre fois plus rapide que pour nos enregistreurs HD pour le même prix de vente (399$)», explique la dirigeante.

L’entreprise ne pouvait pas fournir de chiffres sur les ventes de téléviseurs 4K au Québec.

Internet à 1 Gbit/s

Manon Brouillette est aussi revenue sur l’arrivée prochaine de l’Internet à 1 gigabit par seconde (gbit/s) chez Vidéotron, prévue pour 2016. «Les tests effectués chez nos clients sont très concluants. Nous avons atteint des pointes à 1,19 gbit/s et nous en sommes très contents. Il nous reste à présent à travailler sur notre stratégie de commercialisation», dit-elle. 

L’entreprise offre déjà des connexions Internet à 200 mégabits par seconde et, de son propre aveu, peu de clients choisissent cette option. «L’écosystème n’est pas rendu là. Toutefois, pour avoir du succès, Vidéotron doit innover dans toutes ses lignes d’affaires», explique Mme Brouillette. 

Le concurrent Bell vient d’ailleurs de lancer le service Fibe Gigabit dans 1,3 millions de foyers au Québec et en Ontario, offrant une pointe à 940 mégabits par seconde et promettant aussi de franchir la barre du gigabit par seconde en 2016, le tout pour un montant mensuel de 150 dollars.

À la une

Régis Labeaume tire sa révérence

Régis Labeaume ne sollicitera pas un cinquième mandat à la mairie de Québec cet automne.

Construction: une entente possible d'ici le 21 mai?

Des entrepreneurs en construction croient toujours possible de s’entendre avec l’Alliance syndicale d’ici le 21 mai.

Montréal n'est pas en situation de crise du logement, selon Andrée Laforest

La ministre responsable de l’Habitation, Andrée Laforest, estime que Montréal ne vit pas de crise du logement.