Les Québécois ont dépensé 8,5 milliards $ en ligne en 2016

Publié le 22/03/2017 à 17:16

Les Québécois ont dépensé 8,5 milliards $ en ligne en 2016

Publié le 22/03/2017 à 17:16

Par Denis Lalonde

(Photo: iStock)

Les internautes québécois ont dépensé 8,5 milliards de dollars en ligne en 2016, mais on ignore quelle proportion de ce montant est dépensée à l'extérieur de la province. 


Ce montant constitue une augmentation de 6% par rapport aux dépenses de 8 milliards de dollars compilées en 2015, note le Centre facilitant la recherche et l'innovation dans les organisations (CEFRIO).


«Dans une précédente édition de notre Indice du commerce électronique au Québec, on indiquait que 75% de l'argent dépensé en ligne par les adultes québécois sortait de la province. Cette donnée n'a pas été mesurée dans la présente étude, mais je ne pense pas que ça ait beaucoup changé», estime Claire Bourget, directrice principale de la recherche marketing au CEFRIO. Cette dernière participait mercredi matin au sommet Hop 2017, organisé par le Conseil québécois du commerce de détail.


Si on extrapole cette donnée aux dépenses en ligne comptabilisées au Québec en 2016, cela voudrait dire que la fuite des capitaux à l'extérieur de la province se chiffrerait à près de 6,38 milliards de dollars pour cette seule année.


Un bassin de cyberacheteurs qui stagne


L'étude soutient que 57% des adultes québécois ont réalisé des achats en ligne en 2016, comparativement à 58,1% un an plus tôt.


«On constate une stagnation du nombre d'adultes québécois qui achètent en ligne, mais ceux qui le font dépensent un peu plus», note Claire Bourget, directrice principale de la recherche marketing au CEFRIO, en conférence au sommet Hop 2017, organisé par le Conseil québécois du commerce de détail. 


Le panier moyen d'achat de 309$ par mois en 2015 est passé à 325$ en 2016, une hausse de 5%. 


Les produits les plus populaires auprès des cyberacheteurs ont été les articles de mode comme les vêtements, les bijoux, les chaussures et les accessoires (30%), les spectacles, sorties et repas au restaurant (29%), la musique, les films et les jeux vidéo (27%) et le matériel électronique (26%).


Le mobile et la tablette en hausse


Le document rapport que quel que soit l’âge, l'ordinateur reste, à 79%, le moyen le plus utilisé par les cyberacheteurs québécois pour faire leurs achats en ligne. Utilisés à hauteur de 44 % pour les achats en ligne, le téléphone intelligent et la tablette ont enregistré une hausse de 28 points et 22 points de pourcentage, respectivement, par rapport à 2015.


L'étude note également de 77% des internautes ont payé au moins une transaction avec leur carte de crédit. PayPal est le 2e mode de paiement le plus utilisé (44%), devant le service Interac en ligne (21%).


Un point très important pour les détaillants qui n'ont pas encore de présence en ligne. Parmi les adultes ayant participé au sondage, 70% d'entre eux ont révélé effectuer des recherches en ligne avant de réaliser un achat en magasin. Le comportement inverse est aussi observé, puisque 45% des cyberacheteurs disent parfois effectuer un séjour en magasin avant de passer à la caisse sur le web.


 


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

Commerce électronique: les Québécois demeurent infidèles

10/03/2015 | Martin Jolicoeur

Seulement 25% des sommes dépensées en ligne au Québec le sont sur des sites d'entreprises québécoises.

Commerce électronique: entrepreneurs en ligne recherchés!

Édition du 25 Octobre 2014 | Jean-François Venne

Les entrepreneurs québécois sont-ils en voie de rater le train du commerce électronique? Peu d'entre eux adoptent ...

À la une

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

16:11 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi:

MTY et Richelieu graduent au S&P/TSX

Le 24 septembre avant l'ouverture, MTY et Richelieu feront enfin leur entrée au grand indice de la Bourse de Toronto.