Apple unit les iPhones et les Mac avec une nouvelle puce

Publié le 23/06/2020 à 09:23

Apple unit les iPhones et les Mac avec une nouvelle puce

Publié le 23/06/2020 à 09:23

Par AFP
Tim Cook.

Le PDG d'Apple, Tim Cook (Photo: Getty images)

Vos apps sur votre Mac: d'ici la fin de l'année, il sera possible d'utiliser des applications de l'iPhone sur les nouveaux ordinateurs de la gamme, a annoncé Apple lundi, en plus d'une série d'améliorations visant toujours plus une symbiose entre ses clients et ses appareils.

Le géant de l'électronique va désormais fabriquer ses propres puces pour sa gamme d'ordinateurs, sans délaisser complètement Intel, afin de rassembler les écosystèmes des iPhones, iPads et Mac.

C'est la nouvelle la plus notable des différentes innovations dévoilées lundi par la firme californienne lors de sa conférence annuelle pour les développeurs, qui a lieu en ligne en raison de la pandémie de coronavirus.

Tim Cook, le patron d'Apple, a présenté le changement comme un «bond en avant pour le Mac».

La nouvelle puce doit rendre les ordinateurs de la marque plus performants tout en réduisant leur consommation d'énergie.

La transition, orchestrée par «Apple Silicon», va prendre deux ans et la société va tout de même sortir de nouveaux modèles avec des puces Intel.

La nouvelle puce sur mesure a été inspirée par les besoins des autres appareils de la marque.

«Tout a commencé avec l'iPhone, qui nécessitait des capacités qui semblaient impossibles», a raconté Johny Srouji, responsable des technologies «hardware» (équipements).

Les développeurs vont désormais devoir adapter leurs applications. Apple a assuré que des logiciels très répandus comme ceux de Microsoft (Word, Excel) ou ceux d'Adobe étaient déjà prêts et fonctionnaient sur le nouveau système.

 

Plusieurs écrans dans l'écran

Le groupe américain a aussi présenté une myriade d'améliorations et de refontes des design, au coeur de son image de marque.

La dernière version de son système d'exploitation, iOS 14, met l'accent sur la simultanéité et la prédiction à base d'intelligence artificielle.

Au lieu d'une seule application affichée à l'écran, les utilisateurs pourront regarder une vidéo tout en répondant à un texto, et un coup de fil ou l'assistant vocal Siri ne prendront plus toute la place.

L'ergonomie est aussi revue, avec des groupements d'applications et des icônes de tailles différentes, sans compter la capacité du smartphone à prédire celle que vous allez avoir envie d'ouvrir.

Apple va aussi lancer les «app clips», sorte de minis applis qui n'ont pas besoin d'être installées et s'affichent dans d'autres programmes (pour louer un vélo en libre-service ou commander à manger, par exemple).

La firme californienne tente aussi de revenir dans la course avec Maps, que Google Maps a distancé depuis longtemps.

La nouvelle version sera largement améliorée, notamment pour les cyclistes (dénivelé, présence d'escaliers) ou les conducteurs de voitures électriques (parkings adaptés, stations pour recharger la batterie) à New York et San Francisco pour commencer.

 

Emplacement approximatif

Les écouteurs et la montre de la marque deviennent de leur côté encore plus «intelligents». Les AirPods pourront ainsi basculer automatiquement d'une source de son à une autre.

Quant à l'Apple Watch, elle détectera si son porteur est en train de dormir, s'il bouge bien tout son corps quand il danse (et pas seulement les bras), et s'il se lave les mains pendant le temps réglementaire (20 secondes).

Malgré les différentes options pour ses appareils, parfois dignes de gadgets d'espion, le groupe a de nouveau insisté sur ses compétences en matière de respect de la vie privée, par rapport à ses voisins de la Silicon Valley, dont le modèle économique est basé sur la publicité (Google et Facebook).

Les utilisateurs pourront bientôt ne partager que leur «emplacement approximatif» aux applications et une lumière s'affichera sur l'écran quand la caméra ou le micro seront activés.

Surtout, les programmes devront demander leur permission avant de pouvoir les suivre à la trace en récoltant leurs données (à des fins publicitaires et de façon anonyme, en théorie).

Et avant même le téléchargement, sous le descriptif de chaque application, l'utilisateur verra quels genres de données elles prélèvent.

«Ce sera comme les étiquettes avec les valeurs nutritionnelles des aliments», a détaillé Craig Federighi, le vice-président en charge des logiciels chez Apple.

À suivre dans cette section


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

Sur le même sujet

COVID-19: Apple referme certaines boutiques aux États-Unis

19/06/2020 | AFP

Apple va de nouveau fermer des magasins dans les États américains qui connaissent un rebond des cas de coronavirus.

À surveiller: Canadien National, BRP et Apple

19/06/2020 | Stéphane Rolland

Que faire avec les titres de Canadien National, BRP et Apple? Voici quelques recommandations d’analystes.

À la une

Le Québec brille à l'international dans les poudres métalliques

Édition du 17 Juin 2020 | Kévin Deniau

MATÉRIAUX AVANCÉS. En matière de fabrication additive, l'un des points forts du Québec les plus souvent évoqués est...

La COVID-19 a stimulé la demande de fabrication additive

Édition du 17 Juin 2020 | Kévin Deniau

MATÉRIAUX AVANCÉS. C'est l'une des belles histoires positives qui apportent un peu de contraste à cette sombre crise.

Le grand défi de l'adoption de la fabrication additive

Édition du 17 Juin 2020 | Kévin Deniau

MATÉRIAUX AVANCÉS. Avec 35 % des ventes mondiales, les États-Unis représentent le premier marché pour la fabrication...