Un géant de la finance avance ses pions dans les cryptomonnaies

Publié le 15/10/2018 à 16:23

Un géant de la finance avance ses pions dans les cryptomonnaies

Publié le 15/10/2018 à 16:23

Par AFP

Le gestionnaire d’actifs américain Fidelity Investments a annoncé lundi la création d’un service dédié aux clients désireux de spéculer sur les devises virtuelles comme le bitcoin, apportant ainsi le sceau d’un géant de la finance traditionnelle à un marché en quête de légitimité.

Les services de cette nouvelle filiale, baptisée Fidelity Digital Assets, seront réservés aux « investisseurs institutionnels sophistiqués comme les hedge funds, les sociétés spécialisées dans la gestion de patrimoine familial et les intermédiaires du marché financier », détaille un communiqué. 

« Notre but est de permettre aux investisseurs d’accéder plus facilement aux actifs numériques », a souligné la patronne de la société de gestion d’actifs, Abigail Johnson, dans le document. 

Fidelity Investment, qui gère en tout 7 200 milliards de dollars d’actifs pour le compte de ses clients, est l’une des premières grandes sociétés américaines à s’être penchée sur le bitcoin, il y a environ cinq ans. 

Elle a depuis mené plusieurs expérimentations destinées à développer une fine compréhension de cette nouvelle classe d’actifs.

« La création de Fidelity Digital Assets est la première étape dans un projet à long terme de création d’une plateforme de qualité et proposant toutes sortes de services relatifs aux actifs numériques », a indiqué Tom Jessop, en charge de cette nouvelle filiale, dans le communiqué.

Les investisseurs affriolés par les devises virtuelles peuvent actuellement spéculer directement sur des plateformes spécialisées. 

Ils peuvent aussi miser sur l’évolution du bitcoin via les contrats à terme proposés depuis fin 2017 par plusieurs plateformes boursières ayant pignon sur rue comme le Chicago board options exchange (Cboe).

Mais le flou sur la législation entourant les cryptodevises, leur extrême volatilité et les risques de piratage représentent encore un frein important.

Les grandes banques de Wall Street sont ainsi encore réticentes à proposer des services directement liés aux cryptodevises comme le bitcoin, l’ethereum ou le litecoin.

Pourtant, fait valoir Fidelity, nombre d’investisseurs institutionnels cherchent à entrer sur le marché des devises virtuelles en raison « de leur popularité croissante en tant que réserve de valeur », « du fait que leur évolution est souvent indépendante du reste des marchés financiers », ou « de l’émergence de technologies informatiques pouvant alimenter de nouvelles industries ». 

Pour rassurer les courtiers circonspects, le gestionnaire d’actifs assure avoir mis en place un système de sécurité et des outils de courtage sophistiqués. 


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février

Sur le même sujet

Soupçons de manipulation des cours du Bitcoin

09/09/2019 | AFP

Le nombre de recherches effectuées sur Google avec l'abréviation du bitcoin, BTC, a explosé depuis fin août.

Bitcoin: un entrepreneur controversé revendique sa création

22/05/2019 | AFP

La procédure a été enregistrée en avril au bureau des copyrights à Washington par Craig Wright.

À la une

6 trucs ultra simples pour démarrer le lundi du bon pied!

BLOGUE. Des astuces simples et efficaces signées, entre autres, Tim Cook, Bill Gates, Jack Dorsey et Jeff Bezos.

La maison mère du New York Stock Exchange s'ouvre officiellement au bitcoin

Il y a 9 minutes | AFP

«Notre premier objectif est de fournir un écosystème dans lequel on peut avoir confiance.»

L'essor du e-commerce menacé par une pénurie de chauffeurs

Il y a 13 minutes | AFP

Le consommateur «va devoir accepter de payer plus cher».