Cyberattaque au gouvernement fédéral

Publié le 17/06/2015 à 14:08, mis à jour le 17/06/2015 à 17:12

Cyberattaque au gouvernement fédéral

Publié le 17/06/2015 à 14:08, mis à jour le 17/06/2015 à 17:12

Par Denis Lalonde

De nombreux sites du gouvernement du Canada ont été en panne quelques heures mercredi après-midi, victimes d'une cyberattaque.

Un internaute du nom de SplendidMass29, dont la photo de profil arbore le masque d'Anonymous, a revendiqué l'attaque sur Twitter, disant ainsi vouloir s'en prendre à la loi antiterroriste C-51.

Les sites gouvernementaux Canada.ca, sencanada.ca, de Service Canada, d'Industrie Canada, du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) et du ministère de la Justice, notamment, sont inaccessibles.

«Le 17 juin, les sites web du gouvernement du Canada ont été touchés par une attaque par déni de service, ayant des répercussions sur les courriels, l’accès à Internet et d’autres biens informatiques essentiels. Nous travaillons à rétablir les services dès que possible. Nous continuons d’être vigilants en surveillant les vulnérabilités potentielles», a déclaré la directrice des communications du Conseil du Trésor, Stephanie Rea, dans un échange de courriels.

Le président du Conseil du Trésor, Tony Clement, a aussi confirmé l'attaque sur son compte Twitter. «Je peux confirmer qu'il y a une cyberattaque contre les sites gouvernementaux», a indiqué en français M. Clement. Le message en anglais précisait que l'attaque était ciblée sur des serveurs.

«Utilisez 1-800-OCanada pour les services. Merci», a-t-il ajouté en référence au numéro vert du gouvernement canadien pour les démarches administratives.

À Lire également: Le Canada va exercer un contrôle inédit d'Internet

Anonymous a également diffusé une vidéo sur YouTube, affirmant que la loi C-51 viole la Déclaration universelle des droits de l'homme. Le collectif tiendra le 20 juin «l'opération vie privée en ligne» et appelle dans son message à la résistance face à une dérive totalitaire du gouvernement Harper.

Le gouvernement a fait adopter cette loi en réponse aux premières attaques islamistes en sol canadien à l'automne, où deux militaires avaient perdu la vie au Québec et au Parlement d'Ottawa. 

Le texte controversé avait été adopté en dépit de l'opposition d'une vaste coalition de la société civile qui craint une surveillance systématique d'internet.

La loi pénalise la promotion du terrorisme, augmente la durée de la détention préventive de suspects par la police et étend considérablement les pouvoirs des services canadiens de renseignement, qui pourront exercer un contrôle inédit d'internet et se livrer pour la première fois à de l'espionnage à l'étranger.

 

 

Avec AFP

 

À la une

Santé publique: une gouvernance de broche à foin

BLOGUE. On nous a présenté Horacio Arruda comme étant l’autorité de la Santé publique au Québec. Or, il n'en est rien.

Deux exemples percutants de titres dits «défensifs»

BLOGUE INVITÉ. Jamais n’a-t-on vu le taux de chômage exploser comme on l’a vu au cours des dernières semaines.

Shopify: prochaine victime de la malédiction boursière canadienne?

BLOGUE INVITE. Shopify est-elle différente des Nortel, Research in Motion, Valeant, Barrick Gold et autres?