L'industrie technologique mécontente des mesures sur les gains en capital

Publié le 17/04/2024 à 12:51, mis à jour le 17/04/2024 à 17:22

L'industrie technologique mécontente des mesures sur les gains en capital

Publié le 17/04/2024 à 12:51, mis à jour le 17/04/2024 à 17:22

Par La Presse Canadienne

Le secteur accueille avec déception la proposition des libéraux d’augmenter la proportion des gains en capital sur laquelle les entreprises paient de l’impôt sur le revenu. (Photo: La Presse Canadienne)

Toronto — Le budget fédéral est accueilli avec mépris par l’industrie canadienne de l’innovation, y compris le chouchou de la technologie Shopify, qui a qualifié les mesures entourant les gains en capital de cause potentielle de «préjudice irréparable».

Le secteur est déçu de la proposition du gouvernement libéral d’augmenter la proportion des gains en capital sur laquelle les entreprises paient de l’impôt sur le revenu. Les deux tiers des gains seront imposés, plutôt que la moitié.

La hausse s’appliquerait également aux particuliers dont les gains en capital dépassent 250 000$ par an. Elle entrerait en vigueur le 25 juin.

L’augmentation n’affecterait que les 0,13% les plus riches et générerait 19,3 milliards de dollars (G$) de revenus au cours des cinq prochaines années. Cependant, la proposition a suscité la consternation de la part de l’industrie technologique, qui a tourné en dérision les changements.

«Mon téléphone explosait de messages texte de dirigeants de tout le pays disant: “C’est un cauchemar. Vous devez régler ce problème. Ils ne savent pas ce qu’ils font”», a dit le président du Conseil des innovateurs canadiens, Benjamin Bergen, mercredi.

Au cœur des commentaires qu’il a reçus, il y avait le sentiment que les changements potentiels encourageraient les entrepreneurs à ouvrir leurs entreprises ailleurs et éloigneraient les travailleurs du secteur du Canada alors qu’ils tentent d’éviter de payer plus d’impôt lorsqu’ils encaissaient des options d’achat d’actions.

«Si la fiscalité et les gains en capital sont si punitifs qu’il n’est pas logique que quelqu’un reste dans le pays ou choisisse de quitter un emploi, peut-être plus traditionnel, pour aller créer une nouvelle entreprise, vous privez (le pays) des talents dont il a besoin», soutient M. Bergen.

Sur les 500 entreprises interrogées par le cabinet de conseil KPMG en 2021, 80% d’entre elles ont déclaré avoir besoin de davantage de travailleurs possédant des compétences numériques, mais les deux tiers ont du mal à trouver et à embaucher de tels talents.

Le rapport a été publié avant que l’intelligence artificielle ne commence à exploser à la suite de la sortie de ChatGPT en 2022, ce qui n’a fait qu’accroître la demande de talents technologiques.

«Un impôt sur l’innovation»

Alors que les mesures sur les gains en capital sont considérées comme un moyen d’imposer les plus riches, M. Bergen estime que le contenu du budget pourrait affecter les travailleurs du secteur technologique qui n’occupent pas de postes de direction.

«Les personnes qui rejoignent les jeunes pousses et les entreprises en expansion au début de leur parcours se voient offrir des options d’achat d’actions et d’autres avantages, qui sont finalement déterminés comme des gains en capital à l’avenir», affirme-t-il.

«Ce sont les experts en marketing, les experts commerciaux, les experts juridiques qui sont traditionnellement à mi-carrière qui […] sont complètement sapés par ce type de levier politique mis en œuvre.»

Ces préoccupations se sont également répercutées aux plus hauts échelons de la technologie canadienne. Plusieurs dirigeants de Shopify, dont le président Harley Finkelstein, ont réagi aux modifications des gains en capital sur le réseau social X.

«Ce n’est pas un impôt sur la fortune, c’est un impôt sur l’innovation et la prise de risque, a-t-il écrit mercredi. Nos échecs politiques sont les gains de l’Amérique.»

Pendant ce temps, la présidente de l’Association canadienne du capital de risque et d’investissement a déclaré sur LinkedIn que les modifications apportées aux gains en capital la laissaient «déconcertée».

«Cette mesure, qui taxe effectivement l’innovation et la prise de risque, affaiblira considérablement l’esprit entrepreneurial du Canada, étouffera la croissance économique dans des secteurs critiques de notre économie et aura un impact sur la création d’emplois», a commenté Kim Furlong.

«Un tel changement de politique mine la capacité du Canada à attirer les talents nécessaires à la croissance et à l’expansion des entreprises ici», poursuit-elle.

Mme Furlong a promis de «travailler sans relâche pour revenir sur la décision».

Des avantages éclipsés

Alison Nankivell, directrice générale du centre d’innovation MaRS à Toronto, considère cette réaction au budget comme le reflet d’un bras de fer qui peut opposer l’équité aux opportunités économiques.

«D’une certaine manière, ce que vous entendez de la part de la communauté des entrepreneurs, c’est le sentiment que cet équilibre n’est peut-être pas celui qu’ils souhaitent en matière de capacité à bâtir une entreprise», mentionne-t-elle.

Les tensions ont masqué certains des avantages qu’elle a notés dans le budget pour le secteur.

Par exemple, le gouvernement a réservé 2,4 milliards $ afin de renforcer la capacité de l’intelligence artificielle (IA), la majeure partie étant consacrée à un fonds destiné à accroître l’accès aux infrastructures informatiques et techniques.

Mme Nankivell se réjouit que l’IA reçoive une certaine attention, car elle a déclaré que le Canada devait se demander s’il disposait d’une capacité suffisante en puces et en parcs de serveurs pour alimenter les utilisations futures de cette technologie.

De l’argent a également été alloué à un programme qui voit Ottawa travailler avec le marché privé pour co-investir dans des entreprises canadiennes prometteuses, en créant l’Agence de la consommation en matière financière du Canada afin de superviser l’ouverture du système bancaire et façonner l’approche du pays en matière de déclaration des actifs de cryptomonnaie.

Tara Deschamps, La Presse Canadienne

 

 

Inscrivez-vous à notre infolettre thématique pour du contenu qui répond à votre réalité:

Techno – Tous les lundis

Retrouvez les conseils de nos experts en cybersécurité, des analyses sur les cryptomonnaies, et les dernières actualités sur les innovations technologiques.

À la une

OBNL: le sentiment d’imposture bien plus présent chez les femmes que les hommes

28/05/2024 | Emmanuel Martinez

Le sentiment d’imposture est plus présent chez les femmes que chez les hommes qui siègent sur les CA d’OBNL québécoises.

Adaptation au climat: les entreprises doivent se préparer au pire

28/05/2024 | François Normand

Le Groupe d’experts en adaptation aux changements climatiques (GEA) a publié un rapport crucial pour le Québec.

Climat: le GEA recommande de la «cohérence gouvernementale»

Mis à jour le 28/05/2024 | La Presse Canadienne

Les membres du GEA ont publié une liste de 20 recommandations, soutenues par plus de 90 moyens.