Des nouveaux restos pour Benny&Co

Publié le 18/12/2020 à 15:12

Des nouveaux restos pour Benny&Co

Publié le 18/12/2020 à 15:12

Benny

Les trois frères copropriétaires de Benny&Co., Yves, Jean et Vincent Benny (Photo: courtoisie)

Pour fêter l’année de son 60e anniversaire, qu’elle célébrait en novembre dernier, Benny&Co. s’offre une expansion à Montréal et ailleurs au Québec. Et si la pandémie a retardé certains de ses plans, ce n’est pas par manque de demande ni de clients.

« Somme toute, la pandémie a eu un impact positif sur nos chiffres. Du 16 mars au 6 décembre, par rapport à la même période l’année précédente, nos livraisons ont augmenté de 40% et nos commandes en ligne de 200% », illustre Jean Benny, PDG de Benny&Co. Le chiffre d’affaires, lui, a crû de 18 % de septembre 2019 à septembre 2020. 

Fondée en 1960, à Joliette, la chaîne familiale de rôtisseries compte aujourd’hui 63 restaurants. Elle en comptait 12 il y a dix ans. L’entreprise compte poursuivre sa croissance en 2021. 

« Nous venons d’ouvrir un restaurant à Sainte-Hyacinthe, dit Jean Benny. On en ouvrira sept autres au Québec cette année, peut-être plus. » Les nouveaux restaurants ouvriront notamment à Valleyfield, à Magog et à Drummondville. Cette expansion représente un investissement de 16 M$ et la création de près de 200 emplois. Pour la suite, Benny&Co. ciblera les régions qu’elle ne dessert pas encore, comme la Beauce, le bas du fleuve et le Saguenay. 

À terme, d’ici quatre ou cinq ans, l’entreprise aimerait avoir complété sa croissance au Québec. « On estime qu’on pourrait, au total, avoir entre 85 et 90 restaurants », dit Jean Benny. Par la suite, Benny&Co. aimerait développer le marché ontarien, où elle opère déjà deux restaurants.


Quelques chiffres
Nombre d’employés: 1800
Nombre annuel de repas de poulets rôtis vendus: 8 millions


Benny&Co. ouvrira également trois nouveaux restaurants à Montréal. Le premier sera situé au centre-ville près de la Place Ville-Marie, sur le boulevard Robert-Bourassa. Le second sera au 450, Beaubien Est, et le troisième dans le Vieux-Montréal, sur Saint-Jacques. 

« La pandémie a retardé nos plans, mais ils vont ouvrir d’ici au printemps », dit Elisabeth Benny, vice-présidente, marketing et les relations publiques, qui note par ailleurs que les restaurants Benny&Co. de la métropole se feront une cure de jeunesse. 

« On modernise notre concept, on y va pour un concept urbain, dit-elle. On parle surtout d’un changement de look. Le menu va se ressembler beaucoup, mais on va rafraîchir le décor et l’ambiance. Il va y avoir un bar central et les clients pourront commander de leur table. » 

Ce nouveau concept servira ensuite de modèle pour les nouveaux restaurants et pour les salles à manger qui seront rénovées.

 

Nouveaux partenariats 

Les clients qui commandent chez Benny&Co. doivent également s’attendre à des changements dans leur assiette… littéralement. En novembre dernier, la chaîne de rôtisseries annonçait devenir actionnaire de l’entreprise AecopaQ, une start-up québécoise spécialisée dans l’emballage alimentaire vert. C’est elle qui produira les nouvelles barquettes – en fibres de bois – qu’utilisera le restaurateur dès le début de 2021. 

« Ce nouvel emballage est non seulement recyclable et biodégradable, mais en plus, il gardera les repas plus chauds et il est hydrofuge, alors le dessous de l’emballage reste sec », dit Elisabeth Benny.

La chaîne s’approvisionne aussi depuis septembre en laitue du Québec, chez Hydroserre, basée à Mirabel. L’approvisionnement en produits québécois atteint désormais 80 % chez Benny&Co., soit 10 % de plus qu’en juillet dernier. 

« On achetait principalement aux États-Unis, en Californie, pour la salade, et on avait des problèmes de qualité, de conservation, dit Jean Benny. Avec Hydroserre, on a un produit plus frais, d’excellente qualité, avec une meilleure durée de vie. » 

Avec tous ces changements, l’entreprise familiale, où travaillent 36 membres de la famille appartenant à quatre générations différentes, s’attend à passer une bonne année 2021. « Notre croissance reste difficile à prévoir, parce qu’il reste de l’incertitude liée à la pandémie, reconnaît Jean Benny. Mais si tout se passe bien, on prévoit une augmentation du chiffre d’affaires de 20 %. »

La relève est prête.

 

Relire: Pénurie de main-d'oeuvre: Benny&Co. connaît pas... ou presque

Sur le même sujet

Activité physique en entreprise: l'inertie n'est plus un alibi

27/05/2022 | Catherine Charron

BALADO. Dans cette enquête en cinq chapitres, on recueille des solutions aux freins à l'activité en entreprise.

Cessez de «snoozeRH»

27/05/2022 | Catherine Charron

RHÉVEIL-MATIN. Voici ce que vous avez (peut-être) raté cette semaine.

À la une

Bourse: Wall Street termine la semaine en hausse pour la première fois en deux mois

Mis à jour le 27/05/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en hausse de plus de 200 points.

La Banque Nationale surpasse les attentes tandis que l'horizon économique s'assombrit

Les résultats du plus récent trimestre de la Banque Nationale montraient des hausses de revenus pour tous ses secteurs.

À surveiller: Quincaillerie Richelieu, Saputo et Costco

27/05/2022 | Catherine Charron

Que faire avec les titres de Quincaillerie Richelieu, Saputo et Costco? Voici quelques recommandations d’analystes.