Alimplus achète AOF service alimentaire

Publié le 14/02/2019 à 15:21

Alimplus achète AOF service alimentaire

Publié le 14/02/2019 à 15:21

Un homme

Daniel Le Rossignol, président d’Alimplus (Photo: courtoisie)

PME DE LA SEMAINE. Alimplus continue son expansion sur le territoire québécois, alors que le distributeur alimentaire a acheté le 28 janvier AOF service alimentaire, situé à Drummondville, qui dessert les secteurs de l’hôtellerie, de la restauration et des institutions.


Cette acquisition est un pas de plus dans la quête de l’entreprise indépendante de se hisser parmi les chefs de file de cette industrie.


En plus de solidifier sa présence dans les régions reliant Gatineau, Montréal et Québec, l’entreprise peut désormais étendre son offre dans l’est de la province.


Le centre de distribution de près de 125 000 pieds carrés d’AOF ainsi que leurs quelque 130 employés s’ajoutent aux deux centres, l’un à Montréal et l’autre à l’Ange-Gardien, que possède déjà le groupe.


« C’était une expansion naturelle, souligne Daniel Le Rossignol, président d’Alimplus. AOF nous est très similaire, avec le même type de clientèle et une même culture axée sur le service, mais sur un territoire différent. Nous sommes forts à Montréal et dans l’ouest, alors qu’ils le sont dans les régions de Drummondville, Trois-Rivières et un peu dans l’est. »


L’acquisition permet également à l’entreprise de distribuer des fruits et des légumes, soit une marchandise qu’elle ne touchait que très peu, mais où AOF excelle.


« Ça nous amène à une croissance organique, parce que notre force en matière de protéines, de viandes et de poissons et fruits de mer est la faiblesse d’AOF », ajoute M. Le Rossignol.


S’il refuse de dévoiler le montant de la transaction, le président précise qu’AOF représente une augmentation d’environ 60 % de leurs ventes, élevant le chiffre d’affaires du groupe à environ 300 millions de dollars.


Acquisitions en série


Depuis son arrivée en 2000, M. Le Rossignol a piloté sept acquisitions, dont les plus marquantes sont celles de l’entreprise montréalaise Boucher et Frères, achetée la même année, Les Produits alimentaires Galaxie de Saint-Jérôme, en 2003, et Services Alimentaires Riverview dans les Laurentides, en 2017.


« Nous avons depuis quadruplé notre chiffre d’affaires, dit fièrement celui qui a convoité AOF pendant cinq ans. Notre stratégie consiste à viser la clientèle indépendante, et notre force est le service à la clientèle. »


L’entreprise est elle-même passée entre les mains de différents propriétaires depuis sa fondation en 1976, à Sainte-Sabine, en Montérégie, avant de devenir en 1990 Alimplus.


Provigo en fit notamment l’acquisition en 1986 pour sa division de distribution Dellixo, avant de la vendre quatre ans plus tard à Robert Briscoe, l’ancien président de l’entreprise.


Bien que l’entreprise n’a pas fini d’étendre son offre sur le territoire québécois, M. Le Rossignol précise qu’aucune autre acquisition ne se trouve sur son radar, pour l’instant.


Alimplus en quelques chiffres


– Année de création : 1990


– Nombre d’employés : environ 450


– Emplacement du siège social : Ange-Gardien, en Montérégie


– Défi : s’assurer de faire l’intégration des deux entreprises le plus rapidement possible, tout en évitant que les clients s’en rendent compte.


– Objectif pour l’année à venir : procéder à l’intégration des deux entreprises en s’assurant d’avoir un seul système informatique, une culture d’entreprise et en harmonisant les politiques. Continuer également la croissance organique de l’entreprise.


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

À la une

Nous sommes vulnérables à une nouvelle crise financière

ANALYSE - «Sommes-nous plus en sécurité qu'en 2008? Oui, mais nous ne le sommes pas assez.» - Christine Lagarde du FMI.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

22/03/2019 | Martin Jolicoeur

BILAN. Quels sont les titres qui ont le plus marqué l'actualité boursière de la dernière semaine?

Bourse: que penser du nouveau signal de récession?

Il y a 46 minutes | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Le risque de récession augmente, mais le signal de l'inversion des taux divise encore les financiers.