Tendance RH 2024: porter plusieurs casquettes


Édition du 24 Janvier 2024

Tendance RH 2024: porter plusieurs casquettes


Édition du 24 Janvier 2024

Par Catherine Charron

«Réduflation» de la main-d’œuvre

Cette meilleure compréhension des acquis des membres de son équipe permet aussi de braquer les projecteurs là où l’organisation accuse du retard ou manque carrément de compétence.

En effet, en 2022, les entreprises du Fortune 500 clientes d’Explorance avaient en moyenne besoin de sept ans pour retrouver un niveau d’expertise similaire à celui de 2019 d’après ses calculs. Ce phénomène est non moins vrai au sein des PME du Québec, rapporte Samer Saab, PDG de la société montréalaise spécialiste du développement de logiciels pour améliorer l’expérience des employés.

Selon ce qu’observe Martin Lafrance, directeur du conseil des ressources humaines chez Raymond Chabot Grant Thornton, faute du candidat idéal, nombre d’entreprises embauchent des travailleurs qui n’ont ni les compétences ni même l’expérience autrefois exigées pour camper un rôle.

« Avant, on pouvait se permettre de choisir la crème de la crème, mais là, avec la pénurie et un bassin de main-d’œuvre plus restreint, on engage des gens beaucoup moins expérimentés, ce qui nous oblige à adapter nos programmes de formation », confirme Annie Bélanger.

Annie Bélanger, directrice pour le développement des compétences à Hydro-Québec (Photo: Martin Flamand)

Les départs à la retraite et la mine d’or de connaissances que les travailleurs emportent avec eux expliquent aussi ce phénomène, d’après Marie-Pier Bédard, vice-présidente exécutive à Randstad Canada.

Les entreprises qui surveillent de près les aptitudes des employés évitent que la transition climatique et la démocratisation de l’IA ne rendent désuète une partie de leur équipe.

En 2018 déjà, Deloitte soulignait que « la demi-vie d’une compétence professionnelle — soit la période au bout de laquelle 50 % de son impact ou de sa pertinence disparaît — est aujourd’hui de moins de cinq ans, alors qu’elle se situait aux alentours de 30 ans dans les années 1980. »

« Le défi est double : maintenir les compétences nécessaires et soutenir l’émergence de nouvelles, souligne Annie Bélanger. En connaissant celles de ma main-d’œuvre, je m’assure de la rattraper, de la former et de l’amener [dans une autre division] où j’aurai besoin d’elle. »

 

SUIVANT -> Changer une culture

Sur le même sujet

La RJCCQ lance un nouvel incubateur à intrapreneurs

Mis à jour le 15/04/2024 | Catherine Charron

RHÉVEIL-MATIN. Des experts accompagneront 15 projets dans l'objectif qu'ils créent de la valeur économique.

3 étapes à suivre quand un collègue nous énerve

12/04/2024 | Annie Boilard

EXPERTE INVITÉE. Toutes choses peuvent être dites, si vous avez les bons mots pour le faire.

À la une

Bourse: Wall Street craint une escalade au Moyen-Orient

Mis à jour le 15/04/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Toronto a perdu près de 160 points, plombé par la faiblesse des actions du secteur de l’énergie.

À surveiller: Quincaillerie Richelieu, Cogeco Communications et Constellation Brands

15/04/2024 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Richelieu, Cogeco et Constellation Brands ? Voici quelques recommandations d'analystes.

Bourse: les gagnants et les perdants du 15 avril

Mis à jour le 15/04/2024 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.