Des uniformes qui tuent les virus

Publié le 26/11/2009 à 07:19

Des uniformes qui tuent les virus

Publié le 26/11/2009 à 07:19

L'uniforme de Protec-Style conserve ses propriétés antimicrobiennes au-delà de 100 lavages. Illustration: Stephan Defago.

Le lavage des mains ne suffit pas toujours. Le H1N1 et d'autres pathogènes, tels le E Coli et le SARM, peuvent survivre de longues heures sur les vêtements. Dans le cas du virus de la grippe, on parle de 24 heures. Les travailleurs de la santé peuvent donc bien malgré eux propager des maladies. Protec-Style croit bien avoir trouvé une solution grâce à ses uniformes antibactériens.

Son président, François Simard, en a eu l'idée en 2006 en voyant sa fille infirmière revenir de l'hôpital vêtue de son uniforme. C'était au moment où la bactérie C. difficile faisait les manchettes. François Simard travaillait alors à titre de vice-président de la R-D chez Stedfast, un fabricant de tissus-barrières pour des éléments dangereux tels le feu, le froid, la chaleur, l'eau ou les balles.

Le traitement antimicrobien Aviscen a été crée dans cette entreprise de Granby, sous la direction d'Hamid Benaddi, docteur en chimie. " Le défi a été de concevoir un traitement permanent, c'est-à-dire que le tissu puisse être lavé plusieurs fois sans perdre ses propriétés antibactériennes ", explique M. Simard. Il a fallu deux ans de travail pour mettre au point le biocide qui est appliqué sur le textile. Jean Barbeau, microbiologiste à la Faculté de médecine de l'Université de Montréal, a validé le traitement.

Le confort n'a pas été sacrifié dans le processus. " Cela donne un tissu très doux, ce qui impressionne toujours les utilisateurs ", insiste François Simard.

Investisseurs recherchés

L'homme d'affaires a conclu une entente avec Stedfast pour lancer sa propre entreprise, Protec-Style, afin de produire et commercialiser un produit fini. Certains modèles de ces uniformes et vêtements qui tuent les germes ont été dessinés par le designer Jean-Claude Poitras. Ils sont disponibles depuis le début de 2009 directement par l'entremise du site Internet de l'entreprise.

Pour le moment, ils sont portés par des employés de quelques cliniques privées et pharmacies. Protec-Style, qui cherche des investisseurs, tente de percer le marché du réseau public de la santé. Ces vêtements antibactériens pourraient aussi intéresser l'hôtellerie et la restauration. " Nous visons tous les secteurs où les employés sont en contact avec plusieurs clients ", dit François Simard.

À la une

Comment lutter contre la xénophobie (en politique et au travail)?

Il y a 31 minutes | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. C'est qu'il est intolérable de laisser souligner une différence dans le but de créer une souffrance.

Faites comme les frères McDonald: sortez vos craies!

Il y a 31 minutes | Anne Marcotte

BLOGUE INVITÉ. Comment peut-on se distinguer et devenir le chef de file de la meilleure expérience client «COVID-19»?

Repousser les limites

BLOGUE INVITÉ. La pandémie a été un laboratoire d’expérimentation exceptionnel pour plusieurs entreprises.