Pepsi rompt son contrat avec l'ancien Forum

Publié le 28/11/2009 à 00:00

Pepsi rompt son contrat avec l'ancien Forum

Publié le 28/11/2009 à 00:00

Par Dominique Froment

Pepsi a obtenu gain de cause dans sa poursuite pour résilier son contrat de commandite et d'approvisionnement du Forum de Montréal, l'ancien domicile du Canadien.


Pepsi alléguait que le promoteur n'a pas tenu sa promesse de transformer l'emplacement en un " centre de divertissement réputé ".


Pepsi avait conclu avec FEC, propriétaire du Forum, un contrat de 15 ans par lequel Pepsi devenait le commanditaire et fournisseur de boissons gazeuses exclusif du Forum, en contrepartie de droits importants de commandite et d'une commission sur la vente de ses produits. FEC était tenue d'exploiter le Forum comme un " centre de divertissement réputé ".


La Cour supérieure du Québec a conclu qu'un centre de divertissement se devait d'avoir une certaine catégorie de locataires et certains types d'activités commerciales et récréatives, plutôt que simplement des magasins comme ceux qu'on trouve dans les centres commerciaux. La cause a été portée en appel.

À suivre dans cette section


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre

Sur le même sujet

PepsiCo «dope sa réputation écolo» grâce à Sodastream

20/08/2018 | AFP

Le géant des sodas maintiendra les activités de Sodastream en Israël.

Indra Nooyi quitte la barre de Pepsico

06/08/2018 | AFP

Le groupe a réalisé un chiffre d’affaires de 63,5 milliards de dollars américains l’an dernier.

À la une

La gentillesse, un vilain défaut au travail?

BLOGUE. Curieusement, trop de gentillesse peut nuire Ă  la performance d'une Ă©quipe, et mĂŞme de l'entreprise...

Fiat Chrysler propose une fusion avec le constructeur français Renault

Il y a 21 minutes | La Presse Canadienne

L'alliance existante de Renault avec les groupes japonais Nissan et Mitsubishi pourrait se poursuivre.

Fusion Renault-Fiat Chrysler: Nissan, l'allié de 20 ans mis sur la touche

Il y a 11 minutes | AFP

«Nissan semble avoir été tenu à l'écart.»