Sept idées pour stimuler l'entrepreneuriat

Publié le 17/11/2011 à 09:55, mis à jour le 17/11/2011 à 10:48

Sept idées pour stimuler l'entrepreneuriat

Publié le 17/11/2011 à 09:55, mis à jour le 17/11/2011 à 10:48

Par Marie-Claude Morin

[Photo : World Entrepreneurship Forum]

Pendant quatre jours, lors du World Entrepreneurship Forum qui se tenait du 2 au 5 novembre à Singapour, 130 entrepreneurs, universitaires et politiciens ont cherché des façons de stimuler l’entrepreneuriat. À leurs réflexions se sont ajoutées celles des 10 000 participants aux forums jeunesse tenus un peu partout durant l’année. Ces étudiants étaient représentés à Singapour par une trentaine de délégués. Pas de doute : les idées ont fusé de toutes parts. Voici quelques-unes d’entre elles qui ont retenu notre attention.

1. Utiliser l’entrepreneuriat à vocation sociale comme cheval de Troie pour entrer dans les écoles. En donnant des conférences dans les écoles primaires et secondaires, les entrepreneurs sociaux sensibilisent les jeunes à l’importance de l’entrepreneuriat. Une façon d’accroître l’éducation en entrepreneuriat sans hérisser professeurs et directeurs.

2. Créer un filet de sécurité pour les entrepreneurs. Selon les participants, si les gens rêvant de fonder leur entreprise étaient assurés d’avoir un certain revenu en cas d’échec — une sorte d’assurance-emploi — ils seraient plus enclins à passer à l’action.

3. Noter les villes en fonction de leur climat pro-entrepreneuriat.
Quand on se compare, on se console... ou on se fouette pour faire mieux.

4. Sensibiliser les plus petites villes à l’importance de l’entrepreneuriat.
C’est un des nombreux projets de Silvia Torres Carbonell, directrice du centre d’entrepreneuriat de l’Université Austral, à Buenos Aires, en Argentine. « Je travaille avec le gouvernement central, mais aussi avec les autorités locales de villes à l’extérieur de la capitale. Pour avoir un impact maximal, il faut étendre l’écosystème entrepreneurial à l’ensemble du pays. Or, dans les plus petites villes, il est beaucoup moins bien développé. »

5. Aider les grandes entreprises à trouver, sélectionner puis financer des entreprises en démarrage pertinentes à leur développement.
Bref, les amener à financer de l’innovation à l’extérieur de leurs murs, tout en conservant le côté pratico-pratique. En Argentine, Silvia Torres Carbonell a récemment mis sur pied un partenariat entre Pepsi et le centre d’entrepreneuriat universitaire qu’elle dirige afin d’explorer cette approche.

6. Créer un secrétariat d’État pour les entreprises en démarrage dans chaque pays. Leur mission serait triple. Un, rassembler et diffuser l’information dont ont besoin les nouveaux entrepreneurs. Deux, s’assurer que l’entrepreneuriat occupe une place centrale dans les stratégies du gouvernement. Par exemple, les bureaux de chômage font-ils la promotion de l’entrepreneuriat? Trois, faciliter la vie des nouvelles entreprises, par exemple en diminuant la bureaucratie. Ainsi, les entreprises en démarrage se concentreraient sur leur croissance.

7. Convaincre les gouvernements de faciliter le financement par la foule («crowd financing»). « L’idée n’est pas pour le gouvernement de participer activement à ce type de financement. Nous souhaitons plutôt qu’il mette à la disposition des entrepreneurs en démarrage des infrastructures, par exemple un site web, qui facilitent le recours au financement par la foule », a résumé un délégué du forum jeunesse français.

PLUS :  Notre dossier complet sur Les Affaires au World Entrepreneurship Forum

À suivre dans cette section


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

À la une

L'affaire Trudeau-WE Charity: on ne lésine pas avec l'éthique

Il y a 20 minutes | Jean-Paul Gagné

Une apparence de conflits peut en effet être aussi dommageable pour sa réputation qu’un véritable conflit d’intérêts.

L'ordinateur personnel revient en force grâce au télétravail

Il y a 43 minutes | AFP

«Ce qui reste à déterminer c’est si la demande et le haut niveau d’utilisation vont se poursuivre pendant la récession».

Les producteurs serricoles obtiennent un tarif préférentiel d'Hydro-Québec

L’annonce de vendredi étand ce tarif préférentiel aux producteurs dont la puissance installée est de 50 kW.