Les investisseurs dépensent sans compter en conseils financiers

Publié le 12/01/2017 à 13:00

Les investisseurs dépensent sans compter en conseils financiers

Publié le 12/01/2017 à 13:00

Même si les investisseurs sont au courant qu'ils payent des frais aux conseillers, près de la moitié ignorent la somme que ça représente, selon un sondage effectué par le Forum Angus Reid et commandité par Fonds d'investissement Tangerine.

Malgré l'implantation progressive des nouvelles règles de la phase deux du Modèle de relation client-conseiller (MRCC 2), les clients peinent à comprendre les éléments qui se retrouveront sur les nouveaux relevés.

Le détail des frais de service et d'administration et le rendement réels sont dorénavant obligatoirement intégrés dans les relevés aux clients.

À l'heure actuelle, près d'un investisseur sur deux, ou 44 %, considère que l'information fournie sur les frais qu'ils paient n'est pas présentée de façon claire et transparente, d'après les résultats de l'enquête.

« Considérant que les fonds gérés activement facturent en moyenne 2,13 % de frais, cette nouvelle information encouragera certainement les Canadiens à considérer de nouvelles manières d'investir l'argent qu'ils ont durement gagné », a dit David McGann, directeur, Fonds d'investissement Tangerine, à propos des résultats du sondage.

Par ailleurs, les clients sont mitigés sur l'impact réel de ces changements sur leur autonomie comme investisseur, où 46 % ont répondu que l'implantation du MRCC 2 ferait d'eux des investisseurs plus avisés et plus autonomes.

Le sondage a été mené du 29 juin au 4 juillet 2016 auprès de 1003 adultes canadiens choisis au hasard parmi les personnes inscrites au Forum Angus Reid et qui répondaient aux critères suivants : principal décideur ou décideur conjoint pour les finances du ménage et possédant actuellement des comptes de placements, des fonds communs de placement, des obligations ou des actions.

À la une

La start-up de Sherbrooke qui veut commercialiser un médicament

03/03/2024 | Emmanuel Martinez

«Les gens pensent que l’argent coule à flots pour les start-ups, parce qu’on nous montre des exceptions.»

La start-up qui voulait faire économiser 1G$ en soins à l'Amérique du Nord

01/03/2024 | Émilie Parent-Bouchard

Une start-up de Sherbrooke propose des solutions aux victimes d'un traumatisme crânien qui doivent être opérées.

Pas de démondialisation, à l’exception des semi-conducteurs

01/03/2024 | François Normand

ANALYSE. Aucun «ralentissement durable» de la mondialisation, mais on observe une incertitude techno-géopolitique.