Une compagnie de vêtements retire les bottes Caterpillar

Publié le 06/02/2012 à 06:48, mis à jour le 06/02/2012 à 06:56

Une compagnie de vêtements retire les bottes Caterpillar

Publié le 06/02/2012 à 06:48, mis à jour le 06/02/2012 à 06:56

Par La Presse Canadienne

Photo : Bloomberg

Une ligne nationale de vêtements de travail a retiré les bottes Caterpillar de ses magasins de London, en Ontario, pour protester contre la fermeture d'une usine de ce fabriquant d'équipement lourd.

La direction de Mark's Work Wearhouse a expliqué que ce geste avait pour but de démontrer un soutien aux centaines de travailleurs d'Electro-Motive, qui ont perdu leur emploi vendredi.

Le détaillant a annoncé sa décision sur sa page Facebook samedi, au lendemain de la fermeture de l'usine de London de l'entreprise américaine Caterpillar, une fermeture qui a mis un terme à un long conflit de travail.

La compagnie avait demandé à ses 450 employés d'accepter une réduction de salaire de cinquante pour cent pour aider à la survie de l'usine d'Electro-Motive.

Les syndiqués du TCA avaient rejeté l'offre patronale, entraînant du même coup l'imposition d'un lock-out, le 1er janvier.

Une filiale de Caterpillar, Progress Rail Services, a mentionné que les coûts de structure de l'usine de London étaient trop élevés. Caterpillar a toutefois fait savoir la semaine dernière que ses gains avaient augmenté de 58 pour cent au quatrième trimestre, avec un profit record de près de 5 milliards $.

PLUS : Caterpillar fermera son usine de London

À la une

Les chefs de parti donnent un dernier coup à la veille du scrutin

Mis à jour à 18:20 | La Presse Canadienne

Plusieurs chefs se sont rendus dans des circonscriptions où se déroulent des luttes serrées à la veille du scrutin.

Questions des entrepreneurs, réponses des partis: la relève manufacturière

Édition du 21 Septembre 2022 | Catherine Charron

La question de François-Xavier Tétreault, cofondateur des équipements Ostrya.

Questions des entrepreneurs, réponses des partis: la transition énergétique

Édition du 21 Septembre 2022 | François Normand

La question de Patrick Decostre, président et chef de la direction de Boralex.