American Apparel pourrait demander la protection de la loi sur la faillite

Publié le 01/04/2011 à 14:05, mis à jour le 01/04/2011 à 14:05

American Apparel pourrait demander la protection de la loi sur la faillite

Publié le 01/04/2011 à 14:05, mis à jour le 01/04/2011 à 14:05

Par La Presse Canadienne

La chaîne de détaillants de vêtements American Apparel a indiqué vendredi qu'elle pourrait devoir se placer sous la protection de la loi américaine sur les faillites.

Dans un document déposé auprès de la commission des valeurs mobilières des États-Unis (Securities and Exchange Commission, ou SEC) la société new-yorkaise a indiqué qu'elle "pourrait ne pas avoir suffisamment de liquidités pour soutenir ses activités et continuer d'être une entreprise viable".

S'il ne réussit pas à améliorer sa situation de trésorerie, le détaillant affirme qu'il pourrait être forcé de demander la protection de la cour contre ses créanciers.

American Apparel, qui a en outre fait état vendredi d'une perte nette pour son quatrième trimestre, a fait face à divers problèmes récemment.

La société a amendé en octobre son entente de crédit avec Lion Capital. Le même mois, elle a évité d'être radiée de la cote de la Bourse Amex de New York _ l'équivalent de la Bourse de croissance TSXV pour le parquet de New York _ en présentant un plan au sujet de ses déclarations financières.

En outre, une ancienne employée a lancé une poursuite en justice contre le fondateur de la société, Dov Charney, pour agression sexuelle.

À la une

Commerce Québec-France: allez, on peut en faire plus!

Il y a 44 minutes | François Normand

ANALYSE. Les premiers ministres Gabriel Attal et François Legault ont plaidé pour hausse majeure de nos échanges.

Oatbox à l’assaut de l’Ontario avec le Fonds de solidarité FTQ

12/04/2024 | Emmanuel Martinez

Le fabriquant de boisson d'avoine montréalais Oatbox a reçu 5M$ du Fonds de solidarité FTQ.

Bourse: Toronto perd près de 1%

Mis à jour le 12/04/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les tensions géopolitiques et l’inflation ont déprimé les investisseurs à la Bourse de New York.