Logistique: comment CargoM peut devenir plus concurrentielle

Publié le 21/01/2014 à 12:15

Logistique: comment CargoM peut devenir plus concurrentielle

Publié le 21/01/2014 à 12:15

Par François Normand

Photo: Bloomberg

Coûts de main-d'oeuvre concurrentiels, infrastructures de qualité, réglementation adéquate... Voici les trois facteurs dont a besoin l'industrie montréalaise du transport et de la logistique pour se mesurer à ses rivales comme le port Savannah, en Georgie, un important pôle de commerce internationale souvent cité comme un modèle d'efficacité en Amérique du Nord.


Voilà l'un des constats d'une étude préliminaire dévoilée mardi en fin de journée par la firme KPMG-SECOR pour le compte de CargoM, la grappe métropolitaine de logistique et transport de Montréal.


Or, ces trois facteurs de compétitivité pour la grande région de Montréal ne sont pas encore à la hauteur, selon les entreprises et les intervenants interrogés (sondages, rencontres, entrevues) par KPMG-SECOR.


Ainsi, les coûts de la main-d'oeuvre obtiennent une note de 2,9 sur 5, ce qui correspond à un niveau moyen, selon l'étude portant sur la situation actuelle et les défis de l'industrie.


Pour sa part, la réglementation est jugée à un niveau moyen faible (2,5 sur 5), tandis que la qualité des infrastructures routières obtient, elle, la note de 2 sur 5, soit le niveau le plus faible parmi les facteurs de compétitivité les plus importants aux yeux des entreprises.


Cette étude a aussi permis de constater que la vieillissement de la population est un enjeu majeur pour l'industrie. Malgré tout, une majorité de sociétés s'attendent à voir augmenter leurs revenus dans les trois prochaines années.


L'industrie du transport et de la logistique du Québec représente environ 20% de cette industrie au Canada. Et dans la province, celle de la grande région de Montréal compte pour quelque 40% des activités de ce secteur.


Dans la région métropolitaine, l'industrie du transport et de la logistique abrite près de 1 200 entreprises qui emploient plus de 5 employés.


Au total, cette industrie compte 53 000 emplois dans la grande région de Montréal. Et si l'on considère les fonctions logistiques au sein des entreprises, des manufacturiers et des détaillants, leur nombre d'emplois grimpe jusqu'à 123 000.


Dans la grande région de Montréal, cette industrie affichait un PIB sectoriel de 4,2 milliards de dollars en 2012.


 


 


 


 


 


 


 


 


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Accord commercial Europe-États-Unis: éviter un conflit commercial

12/04/2019 | AFP

Les États membres de l'Union européenne doivent valider lundi l'ouverture de négociations commerciales.

Decathlon s'amène à Boisbriand; la concurrence s'intensifie

10/04/2019 | Martin Jolicoeur

Après Brossard, la multinationale française s'apprête à attaquer le marché de la rive-nord de Montréal.

À la une

Pourquoi le changement climatique menace les investisseurs

18/05/2019 | François Normand

ANALYSE - La Banque du Canada met en garde les investisseurs contre les actifs échoués ou Stranded Assets.

La résilience de la Bourse surprend encore

BLOGUE. La confiance des consommateurs et le rebond des mises en chantier font espérer que l'économie tient bon.

Pourquoi Donald Trump s'attaque à la Chine

17/05/2019 | François Normand

BALADO - La Chine veut devenir numéro un en termes de qualité dans 10 secteurs clés à la base de l'économie américaine.