L'aéroport de Bagotville, levier de Saguenay

Publié le 27/03/2010 à 00:00

L'aéroport de Bagotville, levier de Saguenay

Publié le 27/03/2010 à 00:00

Par Claudine Hébert

Si certaines villes ont pris en grippe leur aéroport en raison du bruit de ses activités, la ville de Saguenay souhaite faire du sien un moteur économique. Elle veut plus de vols, plus de transporteurs et, surtout, les emplois qui gravitent dans ce secteur.

Propriétaire de l'aéroport de Bagotville depuis la fusion de la ville, en 2002, Saguenay prévoit depuis trois ans un ambitieux plan de développement pour maximiser le potentiel des infrastructures de l'aérodrome militaire. Il faut savoir que, grâce à la présence militaire, ce site aéroportuaire dispose d'infrastructures (tour de contrôle, radar de précision, service de sauvetage 24 heures sur 24) peu communes aux aéroports régionaux.

Appuyé par la communauté d'affaires, le maire Jean Tremblay veut que ces installations se trouvent au coeur d'un nouveau parc industriel de 30 hectares, destiné à l'industrie du transport aérien.

Un projet de 20 millions de dollars

Géré par Promotions Saguenay (un organisme présidé par le maire lui-même), un grand projet de 20 millions de dollars a été annoncé l'été dernier, afin de revamper les installations connexes à l'aéroport, construit en 1942. Pour financer ces travaux, qui s'échelonneront jusqu'en 2012, Promotions Saguenay a instauré des frais aéroportuaires de 20 $ par passager comme c'est le cas dans la plupart des aéroports nationaux. " Ces frais nous ont permis d'amasser près d'un million de dollars en un an, montant nécessaire pour convaincre les institutions financières de nous accorder un prêt de 20 millions ", explique le maire.

Avant de tripler la superficie du tarmac à 31 600 m2, de doubler celle du stationnement à 600 places et d'agrandir l'aérogare, la Ville s'est occupée d'embellir la route qui mène à l'aéroport.

L'aéroport de Bagotville propose plus de 160 vols par semaine qui comptent au total 110 000 passagers. Plus de 70 % d'entre eux voyagent par affaires. Les transporteurs à destinations du Sud, comme Sunwing et Transat, qui peuvent déjà poser leur Boeing 737 (189 passagers), y offrent quatre départs par semaine vers Cuba, le Mexique et la République dominicaine.

Promotions Saguenay estime que l'aéroport est sous-exploité, une situation qui pourrait être corrigée par la présence de douaniers. Faute d'avoir un tel service sur place, aucun vol outre-frontière ne peut atterrir à Bagotville sans avoir effectué un arrêt obligatoire à l'aéroport Jean-Lesage de Québec, qui dispose d'un service de douanes. Compte tenu des coûts qu'entraînerait l'emploi de douaniers à temps plein, Promotions Saguenay suggère depuis trois ans la mise en place d'une force de réserve douanière, c'est-à-dire un regroupement de douaniers à temps partiel et sur appels, qui serait composé de militaires et de policiers retraités. " Un modèle qui pourrait être appliqué à d'autres aéroports, notamment à celui de Sept-Îles ", souligne le maire Tremblay.

Tous les paliers gouvernementaux ont salué l'idée, cependant l'Agence des services frontaliers du Canada tarde à donner son accord.

À la une

Gérer son risque de survie

EXPERT INVITÉ. Imaginez si vous épuisiez vos économies avant de mourir...

Pourquoi Claret a augmenté sa participation dans Alithya

Il y a 7 minutes | Denis Lalonde

BALADO. Claret a récemment augmenté sa participation dans Alithya. Pourquoi? On en parle avec Vincent Fournier.

10 choses à savoir vendredi

Il y a 52 minutes | Alain McKenna

Ce pickup électrique veut en découdre avec Tesla. La menace qui guette Hydro-Québec, Labatt au-delà de la bière.